Blog

Le dioxyde de titane, un ingrédient très controversé

Le dioxyde de titane est un minéral composé d’oxygène et de titane. Il connaît de nombreuses applications puisqu’on le retrouve dans l’alimentation, les produits cosmétiques ou encore dans les médicaments.

On le retrouve dans les produits sous différentes appellations : CI77891, E171, Blanc de titane,TiO2, Titanium dioxyde, etc.

Où le trouve-t-on ?

Le dioxyde de titane connaît de nombreuses applications. Il est notamment utilisé dans :

  • L’alimentation : il est utilisé comme colorant blanc dans les bonbons, biscuits ou encore chewing-gums.
  • Les cosmétiques : il sert également de colorant blanc dans les dentifrices, ou encore les crèmes. Il sert aussi de filtre anti-UV dans de nombreuses protections solaires.
  • Les médicaments : plus de 4000 médicaments en contiendraient
  • Les peintures et revêtements

Le problème des nanoparticules

Le problème du dioxyde de titane se pose notamment quand il est présent sous forme de nanoparticules. Les nanoparticules sont des molécules artificielles de très petite taille (elles sont 50 000 fois plus fines qu’un cheveu). Elles sont obtenues en réduisant certains matériaux comme l’argent, le silicium ou l’oxyde de titane.

Or, ces molécules de très petite taille peuvent passer différentes barrières physiologiques, comme la barrière cutanée, et pénétrer dans l’organisme. Du fait de leur composition et de leur transformation en contact avec d’autres éléments (sang, salive,…), les effets des nanoparticules sur l’homme peuvent varier et restent encore difficiles à évaluer. Elles peuvent pénétrer dans certaines parties du corps et pourraient alors s’y accumuler. Mais du fait de leur très petite taille, elles sont très difficiles à détecter et donc à quantifier dans les cellules.

Depuis 2013, la réglementation européenne oblige les fabricants à apposer la mention [nano] avant le nom de l’ingrédient concerné. Cela s’applique aux produits alimentaires et cosmétiques, mais malheureusement pas aux médicaments dont l’étiquetage est moins encadré. Cette obligation d’étiquetage, qui impose une plus grande transparence sur la composition des produits, comporte cependant deux principales limites :

  • Tout d’abord, difficile de savoir si cela est vraiment respecté. Des tests réalisés par l’association 60 millions de consommateurs sur 18 produits alimentaires ont montré que tous contenaient un taux élevé de dioxyde de titane sous forme de nanoparticules sans que cela soit mentionné. De la même manière, UFC Que Choisir a testé 16 produits alimentaires et cosmétiques et a déposé 9 plaintes contre des fabricants pour non-respect de l’obligation légale de signalement sur l’emballage. Les fabricants contestent cependant les méthodes de mesure des nanoparticules utilisées par ces deux associations.
  • Par ailleurs, la Commission a défini qu’un matériau est « nano » s’il contient « au minimum 50 % de particules de dimensions comprises entre 1 nm et 100 nm ». Cela signifie donc que du dioxyde de titane composé à 49% de nanoparticules n’a pas l’obligation de se voir apposer la mention [nano].

Les risques potentiels

  • Dioxyde de titane inhalé

Lorsqu’il est inspiré, il conduit alors à l’exposition des poumons : c’est le cas le plus problématique. Cela peut par exemple se produire lorsqu’une pièce a été repeinte avec une peinture contenant du dioxyde de titane.

Ainsi, il a été classé comme cancérogène avéré par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) et suspecté d’être cancérogène par l’ECHA (Agence européenne des produits chimiques ) par inhalation sans distinction de forme (nanoparticules ou pas).

Il est donc à éviter en particulier dans les produits type sprays et aérosols quelle que soit sa forme. En tant que filtre UV, son utilisation sous forme nano est dans tous les cas interdite dans les sprays et aérosols.

  • Dioxyde de titane avalé

Par voie orale (alimentation, médicaments, mais aussi dentifrice si avalé), le dioxyde de titane est suspecté d’être cancérigène, sans distinction de forme.

En effet, une étude de l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) de janvier 2017 a montré que l’exposition chronique de rats au dioxyde de titane (partiellement nanométrique) par voie orale serait susceptible d’entraîner des lésions précancéreuses et des troubles du système immunitaire (effets observés chez 40% des animaux de l’étude). L’étude montre que le dioxyde de titane avalé pénètre la paroi de l’intestin et se retrouve dans l’organisme.

Les résultats de l’étude ne permettent toutefois pas de conclure sur les effets du dioxyde de titane sur l’Homme. L’ANSES a donc souligné la nécessité de réaliser des études complémentaires.

Au vu de ces risques potentiels, Yuka a signé une tribune dans Le Monde aux côtés d’une vingtaine d’organisations comme L’UFC Que Choisir et 60 Millions de consommateurs pour le retrait de ce colorant dans l’alimentation.

  • Dioxyde de titane appliqué sur la peau

Il est utilisé dans de nombreux produits en tant que colorant blanc (dentifrices, crèmes), opacifiant (poudres de maquillage, fonds de teint) ou encore filtre UV dans un très grand nombre de protections solaires.

Lorsqu’il n’est pas présent sous forme de nanoparticules, les particules seraient trop grosses pour rentrer dans la peau et il ne poserait alors pas de problème (même s’il manque d’études sur le sujet).

En revanche, le problème peut se poser lorsqu’il est présent sous forme de nanoparticules. Sa présence sous forme de nanoparticules dans les protections solaires a un caractère purement esthétique : les nanoparticules empêchent la formation du fameux film blanc laissé sur la peau après l’application.

Selon l’ANSM, le risque se pose surtout pour les peaux lésées (par coup de soleil par exemple) ou perméables (enfants de moins de 3 ans notamment) qui faciliteraient la pénétrance des nanoparticules. L’ANSM recommande de ne pas utiliser les produits cosmétiques contenant des nanoparticules de dioxyde de titane sur peau lésée et perméable.

Le règlement cosmétique a été modifié en 2016 pour limiter la concentration maximale de dioxyde de titane comme filtre UV à 25% dans les préparations prêtes à l’emploi (qu’il soit utilisé sous forme micrométrique, nanométrique ou de manière combinée). De plus, il exige des caractéristiques physiques et chimiques strictes pour l’utilisation de ces nanomatériaux, comme la pureté, l’enrobage ou encore la structure.

Sources

  • ANSES : https://www.anses.fr/fr/content/dioxyde-de-titane
  • INRA : http://www.inra.fr/Chercheurs-etudiants/Alimentation-et-nutrition/Toutes-les-actualites/E171-un-danger-identifie-chez-le-rat-un-risque-a-evaluer-chez-l-homme
  • Portail d'information des publics Cancer Environnement du Centre Léon Bérard : www.cancer-environnement.fr/559-Dioxyde-de-titane.ce.aspx
  • ECHA : https://echa.europa.eu/fr/-/titanium-dioxide-proposed-to-be-classified-as-suspected-of-causing-cancer-when-inhaled
  • CIRC : https://monographs.iarc.fr/wp-content/uploads/2018/09/ClassificationsAlphaOrder.pdf
  • Sarah Bettini, Elisa Boutet-Robinet, Christel Cartier, Christine Coméra, Eric Gaultier, Jacques Dupuy, Nathalie Naud, Sylviane Taché, Patrick Grysan, Solenn Reguer,Nathalie Thieriet, Matthieu Réfrégiers, Dominique Thiaudière, Jean-Pierre Cravedi, Marie Carrière, Jean-Nicolas Audinot, Fabrice H. Pierre, Laurence Guzylack-Piriou & Eric Houdeau Food-grade TiO2 impairs intestinal and systemic immune homeostasis, initiates preneoplastic lesions and promotes aberrant crypt development in the rat colon, Scientific Reports, 7:40373, DOI: 10.1038/srep40373
  • Trouiller B, Reliene R, Westbrook A, Solaimani P, Schiestl RH. Titanium dioxide nanoparticles induce DNA damage and genetic instability in vivo in mice. Cancer Res. 2009 Nov 15;69(22):8784-9. doi: 10.1158/0008-5472.CAN-09-2496. Epub 2009 Nov 3. PubMed PMID: 19887611; PubMed Central PMCID: PMC3873219.
  • Hu H, Guo Q, Wang C, Ma X, He H, Oh Y, Feng Y, Wu Q, Gu N. Titanium dioxide nanoparticles increase plasma glucose via reactive oxygen species-induced insulin resistance in mice. J Appl Toxicol. 2015 Oct;35(10):1122-32. doi: 10.1002/jat.3150. Epub 2015 Mar 31. PubMed PMID: 25826740.
  • Guo Z, Martucci NJ, Moreno-Olivas F, Tako E, Mahler GJ. Titanium Dioxide Nanoparticle Ingestion Alters Nutrient Absorption in an In Vitro Model of the Small Intestine. NanoImpact. 2017 Jan;5:70-82. doi: 10.1016/j.impact.2017.01.002. Epub 2017 Jan 18. PubMed PMID: 28944308; PubMed Central PMCID: PMC5604471.
  • Veille Nanos : http://veillenanos.fr/wakka.php?wiki=EffetsNanoSante
  • UFC Que Choisir : https://www.quechoisir.org/actualite-colorant-e171-les-medicaments-aussi-n24269/
  • UFC Que Choisir : https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-nanoparticules-dissimulees-9-plaintes-de-l-ufc-que-choisir-contre-des-fabricants-de-produits-alimentaires-et-de-cosmetiques-n50840/
  • 60 Millions de consommateurs : https://www.60millions-mag.com/2017/08/24/des-nanoparticules-cachees-dans-nos-assiettes-11318
  • 60 Millions de consommateurs : https://www.60millions-mag.com/2018/03/22/medicaments-des-nanos-dans-l-efferalgan-et-le-nurofen-11667

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

69 commentaires

  1. Marisa

    Me podríais decir como traduzco este texto.? No hablo frances

    1. Eduardo

      El dióxido de titanio es un mineral compuesto de oxígeno y titanio. Tiene muchas aplicaciones, ya que se encuentra en alimentos, productos cosméticos e incluso en medicamentos.

      Se encuentra en productos con diferentes nombres: CI77891, E171, blanco de titanio, TiO2, dióxido de titanio, etc.

      Donde se encuentra
      El dióxido de titanio tiene muchas aplicaciones. Se utiliza en particular en:

      Alimentos : se utiliza como color blanco en dulces, galletas o chicles.
      Cosméticos : también sirve como tinte blanco en pasta de dientes, o incluso cremas. También sirve como filtro UV en muchos protectores solares.
      Medicamentos : más de 4.000 medicamentos los contienen.
      Pinturas y recubrimientos
      El problema de las nanopartículas
      El problema del dióxido de titanio surge en particular cuando está presente en forma de nanopartículas. Las nanopartículas son moléculas artificiales muy pequeñas (son 50,000 veces más delgadas que un cabello). Se obtienen reduciendo ciertos materiales como plata, silicio u óxido de titanio.

      Sin embargo, estas moléculas muy pequeñas pueden pasar diferentes barreras fisiológicas, como la barrera de la piel, y entrar al cuerpo . Debido a su composición y su transformación en contacto con otros elementos (sangre, saliva, etc.), los efectos de las nanopartículas en humanos pueden variar y aún son difíciles de evaluar. Pueden ingresar a ciertas partes del cuerpo y luego pueden acumularse allí. Pero debido a su tamaño muy pequeño, son muy difíciles de detectar y, por lo tanto, de cuantificar en las células.

      Desde 2013, las regulaciones europeas obligan a los fabricantes a colocar la mención [nano] antes del nombre del ingrediente en cuestión. Esto se aplica a los productos alimenticios y cosméticos, pero desafortunadamente no a los medicamentos cuyo etiquetado está menos restringido. Esta obligación de etiquetado, que impone una mayor transparencia en la composición de los productos, tiene dos límites principales:

      En primer lugar, es difícil saber si esto se respeta realmente. Las pruebas realizadas por la asociación 60 millones de consumidores en 18 productos alimenticios han demostrado que todos ellos contienen un alto nivel de dióxido de titanio en forma de nanopartículas sin mencionar esto. Del mismo modo, UFC Que Choisir ha probado 16 productos alimenticios y cosméticos y ha presentado 9 quejas contra los fabricantes por incumplimiento de la obligación legal de informar sobre el empaque. Los fabricantes, sin embargo, disputan los métodos de medición de nanopartículas utilizadas por estas dos asociaciones.
      Además, la Comisión ha definido que un material es « nano » si contiene « al menos el 50% de partículas con dimensiones entre 1 nm y 100 nm ». Por lo tanto, esto significa que el dióxido de titanio compuesto por el 49% de las nanopartículas no tiene que fijarse en la mención [nano].
      Riesgos potenciales
      Dióxido de titanio inhalado
      Cuando se inspira, conduce a la exposición de los pulmones: este es el caso más problemático . Esto puede suceder, por ejemplo, cuando una parte ha sido repintada con una pintura que contiene dióxido de titanio.

      Por lo tanto, ANSES (Agencia Nacional para la Seguridad Alimentaria, Ambiental y de Salud Ocupacional) lo ha clasificado como un carcinógeno comprobado y la ECHA (Agencia Europea de Sustancias Químicas) lo sospecha como cancerígeno. inhalación independientemente de la forma (nanopartículas o no).

      Por lo tanto, debe evitarse en particular en productos como aerosoles y aerosoles, cualquiera sea su forma. Como filtro UV, su uso en forma nano está prohibido en todos los casos en aerosoles y aerosoles.

      Dióxido de titanio tragado
      Por vía oral (alimentos, medicamentos, pero también pasta dental si se ingiere), se sospecha que el dióxido de titanio es cancerígeno, independientemente de su forma.

      De hecho, un estudio realizado por el INRA (Instituto Nacional de Investigación Agronómica) en enero de 2017 mostró que la exposición crónica de ratas al dióxido de titanio (parcialmente nanométrica) por vía oral es probable que conduzca a lesiones precancerosas y trastornos del sistema inmunitario (efectos observados en el 40% de los animales del estudio). El estudio muestra que el dióxido de titanio tragado penetra en la pared del intestino y termina en el cuerpo.

      Sin embargo, los resultados del estudio no nos permiten concluir sobre los efectos del dióxido de titanio en humanos. Por lo tanto, ANSES enfatizó la necesidad de realizar estudios adicionales.

      En vista de estos riesgos potenciales, Yuka ha firmado una columna en Le Monde junto con unas veinte organizaciones como UFC Que Choisir y 60 millones de consumidores para la retirada de este colorante de los alimentos.

      Dióxido de titanio aplicado a la piel
      Se utiliza en muchos productos como un tinte blanco (pasta de dientes, crema), opacificador (polvos de maquillaje, base) o incluso filtro UV en una gran cantidad de protectores solares.

      Cuando no está presente en forma de nanopartículas, las partículas serían demasiado grandes para entrar en la piel y no plantearían un problema (incluso si faltan estudios sobre el tema).

      Por otro lado, el problema puede surgir cuando está presente en forma de nanopartículas. Su presencia en forma de nanopartículas en la protección solar tiene una naturaleza puramente estética: las nanopartículas evitan la formación de la famosa película blanca que queda en la piel después de la aplicación.

      Según el ANSM, el riesgo surge especialmente para la piel dañada (por quemaduras solares, por ejemplo) o permeable (niños menores de 3 años en particular) que facilitaría la penetración de nanopartículas. El ANSM recomienda no usar productos cosméticos que contengan nanopartículas de dióxido de titanio en la piel dañada y permeable.

      Las regulaciones cosméticas se enmendaron en 2016 para limitar la concentración máxima de dióxido de titanio como filtro UV al 25% en preparaciones listas para usar (ya sea en forma micrométrica, nanométrica o combinada). Además, requiere estrictas características físicas y químicas para el uso de estos nanomateriales, como la pureza, el revestimiento o incluso la estructura.

  2. catherine MORIN

    Paillettes de savon de Marseille pourquoi ne pas l interdire lorsque l ‘on fait sa lessive soit même pour ne pas utiliser la lessive industrielle

  3. Sof

    Je prend des comprimés de Magnesium et Calcium en complement. En lisant la composition, chez Abtei (CH) , il mentionne du colorant dyoxide de titane, sans en indiquer la proportion. Est-ce normal?

  4. Castillejos

    ¿Los productos Bio llevan el dióxido de titanio encapsulado?

    1. Christian

      Difficile d’en déduire si un produit solaire contenant l’ingrédient est sans danger.
      En conclusion, quel(s) produit(s) solaires le plus bio et ne comprenant pas des substances dangereuses, pouvez-vous recommander?
      Merci beaucoup.

  5. Sylvia

    Suivons cela de près. Nous sommes en 2020. A mon sens, beaucoup de dégénérescences sont dûs aux excès de la chimie dans l’alimentation, les médicaments… il y a certes le terrain de chacun à prendre en compte. Que pouvons-nous faire tous ensemble ?
    Voyons déjà si ce que vous nous annoncez se réalise. Cette interdiction devra s’accompagner de mesures drastiques, pas d’amendes bidons. Il faut bien sûr un temps de transition

    1. Christiane Bailloud

      Quand les nanoparticules seront elles interdites ??? Dans le médicaments c’est paradoxal !! Mais elles doivent l’être dans TOUT.

  6. France

    Le magnésium « magne
    B6 » contient du dioxyde de titane, est il dangereux de prendre ce médicament merci

  7. Silvania

    Leche solar para nens mustela pone « excelente » y tiene dióxido d titanio!!! En todo caso sería mejor poner « mediocre », aquí los de yuca se equivocan.

  8. Françoise LE CANU

    Expliquez moi pourquoi vous donnez

    une note de 90 /100 soit excellent pour un produit cosmétique Bioderma photoderm mineral spf50+ qui contient du dioxyde de titane bien que ne soit pas en nano particules mais produit toxique.
    Je trouve que cette note est trop haute pour ce produit.
    Ce qui amène à se poser des questions sur la valeur de vos jugements et de l’inter action que vous avez avec les fabricants. Merci pour votre réponse

    1. Pascaline

      En effet je rejoins tout a fait le commentaire de Françoise!
      J’ai acheté cette crème solaire (en me fiant à la note) pour mon enfant à un prix exorbitant pour au final que je découvre après coup qu’il contient du dioxyde de titane!!
      Cherchez l’erreur ?!
      Doit on vraiment se fier aux notes de Yuka? Finalement pas vraiment!

  9. Tom

    Pourquoi yuka note les produits qui contient cet additif avec risque limité ?

    1. Anonyme

      je rejoinds l avis precedent « francoiseC » j avoue être tres perplexe concernant les notes que vous attibuez à des produits qui sont en fait toxiques voir cancérigène……
      je pense ce n est pas noal et pas rassurant….

    2. Anonyme

      C’est vrai c’est bizarre

  10. JOLIVET

    DALON &GINKOR en contiennent GRAVE !!!!!!

  11. Christophe

    le fameux dioxyde de titane! Question: présent dans certaines farine ménagère? Dioxyde de titane ou silice? Merci! pour votre réponse.

  12. LEGLISE

    Dans le doute, étant donné que visiblement les fabricants ne jouent pas le jeu et ne mentionnent pas toujours « nano », est il possible de ne pas mette  » excellent » quand il y a du dioxyde de titane ? merci bien

    1. Dédé

      Je pense aussi que la note excellente ne devrait être mentionnée que sur les produits sans aucun risque.
      Merci beaucoup.

    2. Sylvia

      Le dioxyde de titane se retrouve dans de nombreux médicaments. Il n’a aucun effet thérapeutique. Quid des personnes qui prennent plus de 2 médicaments ? Je pense aux personnes âgées et à ceux en longue maladie, ou encore les enfants…

      1. Anonyme

        je rajoute avex ces principes actifs toxiques il serait plus approprié de mettre 1 mauvaise nôte…..

  13. TURLET Alice

    Je pense aussi que la note excellente ne devrait être mentionnée que sur les produits sans aucun risque

    1. Liliane

      je rajoute avex ces principes actifs toxiques il serait plus approprié de mettre 1 mauvaise nôte…..

  14. Chiaramonte

    On en trouve même dans les rouges à lèvres bio

    1. TURLET Alice

      Je pense aussi que la note excellente ne devrait être mentionnée que sur les produits sans aucun risque

    2. Nathalie

      Oui le dioxyde de titane est présent dans les crayons, crèmes à lèvres biologiques de la marque Avril, une marque française !! :'(

  15. novemail

    Je suis étonnée que vous notiez comme excellent certains dentifrices contenant ce dioxyde de titane

    1. ruiz

      moi aussi je pense que la note excellente ne devrait être mentionnée que sur les produits sans aucun risque

  16. bousquet michel

    il faut absolument que le dioxyde de titane ne soit plus utilisé dans l’alimentation et les médicaments
    c’est un produit dangereux pour la santé publique

    1. Anonyme

      que font les pouvoirs publique rien rien,action nean, ce sont des criminelles. vive les futures alzemeurs

  17. Alice Boissay

    Ps : Nom du médicament ; la titanoreïne

    1. Anonyme

      En lisant tout les commentaires il est vrai que l ont se posent beaucoup de questions quant à
      qualité du jugement sur des produits nocifs .Faut il continuer à faire confiance car beaucoup de doute s intalle?.

  18. Alice Boissay

    je m’inquiète de la présence de dioxyde de titane dans un médicament (suppositoire) censé calmer
    les crises hémorroïdaires. Cela met le produit en contact direct avec la muqueuse intestinale, anale.
    Que faut-il en penser ?

  19. Sebastien2eme

    Le dioxyde de titane va être interdit à la consommation à partir du 1er janvier 2020 en France.
    François de Rugy a signé l’arrêté suspendant la mise sur le marché des denrées contenant du dioxyde de titane. https://www.europeanscientist.com/fr/sante/la-france-va-interdire-le-dioxyde-de-titane-a-compter-de-2020/
    Maintenant, Madame, Monsieur Yuka, il faudrait mettre à jour votre application sans attendre. Le délai donné à l industrie pharmaceutique est uniquement fait pour écouler leurs stocks.
    N’attendons plus !

    1. Sylvia

      Suivons cela de près. Nous sommes en 2020. A mon sens, beaucoup de dégénérescences sont dûs aux excès de la chimie dans l’alimentation, les médicaments… il y a certes le terrain de chacun à prendre en compte. Que pouvons-nous faire tous ensemble ?
      Voyons déjà si ce que vous nous annoncez se réalise. Cette interdiction devra s’accompagner de mesures drastiques, pas d’amendes bidons. Il faut bien sûr un temps de transition

  20. MOUGARD

    Pour la plus grande partie des ses utilisations, le titane n’est donc pas recyclé. Il est dispersé dans la nature, dans l’eau de mer en particulier, sans qu’il soit possible de le récupérer ou de le traiter.

    1. remacle.lu@gmail.com

      Je suis très contente de vos informations sur les produits , vôtre site est génial et très instructif Merci

  21. Alias

    Dès le moment où ce produit est potentiellement cancérogène, il faut le considérer comme mauvais.

    1. IRAGO AGRA, MONTSE

      Estupenda aplicación. Gracias por llegar a España.

    2. Nassah

      Je suis tout à fait d’accord et je ne comprends pas que des produits soit classe bon où bien excellent avec ce poison, un poison reste un poison surtout qu’il ne sert à rien à part a donné une couleur blanche on marche vraiment sur la tête !!!!

  22. Marit Hodanger

    Bonjour,
    J’étais très étonnée que YUKA considère le dentifrice Zendium « excellent » malgré le dioxyde de titane qu’il contient! Et que vous qualifiez le risque « faible ». J’ai bien noté que le mot « nano » ne précédait pas « dioxyde de titane » mais vu as dangerosité ça laisse douter….

    1. parsy

      yuka ne prend pas non plus l huile de palme? J AI LAISSE ENTENDRE QUE YUKA TRAFICOTE AVEC CERTAINES GRANDES MARQUES info ou intox ca laisse perplexe l argent graisse pas mal de monde

      1. Anonyme

        Le huile de palme ne présente pas de danger sanitaire . C est un problème écologique et économique. Rien à voir avec l’analyse de Yuka.

  23. Joly pascal

    Bonjour.
    Pour quelle raison Yuka mentionne le dioxyde de titane à risque faible , alors qu’il est répertorié cancérogène potentiel ? N’y a t’il pas une contradiction flagrante ?

    1. Rosam

      Me sumo a los comentarios que piden que Yuka otorgue únicamente la calificación de « excelente » a productos sin ningún riesgo.
      Leyendo los ingredientes de los productos pienso que las calificaciones no son correctas.

    2. Nassah

      Je suis tout à fait d’accord !

  24. Anna FRANCOU-FRANGIAMONE

    Bonjour, je reste surprise malgré votre réponse de voir que vous préconisez le dentifrice Elmex et je vais désormais être plus attentive à vos indications, notamment pour mes enfants.

  25. Linon Françoise

    Bravo à Yuja de s’intéresser aussi aux produits cosmétiques. Merci pour cet article très éclairant et pour l’ensemble de ce que vous faites.

  26. Dentifrice

    Code 77891, dans le fluocaril dentifrice pour enfants ! que je n’achèterai plus,

  27. abc

    SAUMON PECHER DURABLEMENT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  28. Try

    Il serait bien qu’on puisse faire le contraire ( donner le nom du produit sans le scanner et de connaître sa composition)

  29. Les Laboratoires Phytodia

    Pour en savoir plus sur les techniques qui permettent de repérer les nanoparticules : http://phytodia.com/blog/nanoparticules/

  30. de Brabancer

    les médicaments scannés ( code barre) naturopathie ne donnent pas de résultats !!!!! Yuca marche qu’avec des produits alimentaires ?????

    1. Anonyme

      Non également cosmétiques

  31. mazuir

    y a t-il une pétition pour supprimer le dioxide de titane et surtout dans les médicaments ? Le comble est que je prends un anti cancer Anastrazole Sandoz 1 mg et il en contient dans la pélicule ainsi que dans Atorvastatine Sandoz 10mg (Tahor) anti cholesthérol que je prends aussi tous les jours.
    Merci de nous informer

  32. Anonyme

    le nutella tellement la vie, anti végétarien on aime la viande

    1. jen

      lolll

    2. Hug

      Yuka n’est pas sérieux,noter exellent un produit avec du dioxyde de titane alors qu’il s’avère cancérigène….je vais regarder si une autre application est plus sérieuse…

      1. Rosam

        Si vous trouvez autre application plus serieuse, dite-nous svp.
        Merçi

  33. Amandine

    Bonjour,

    Merci de bien lire vos sources avant de publier de tels articles. Vous êtes une application très utilisée, il est très important de faire attention à ce que vous écrivez.
    Après avoir lu vos sources, il se trouve qu’aujourd’hui, le TiO2 n’est pas classé cancérigène. Une proposition a été faite pour le classer en « cancérigène supposé » classe 2 par inhalation. Il n’est donc pas classé pour le moment, et le risque cancérigène n’est pas avéré.

    Cordialement.

    1. Anonyme

      la flemme de lire

  34. Godfrey Spencer

    Je ne veux pas devenir obsédé, en même temps j’exige de rester informé. Merci d’y contribuer !

    1. Anonyme

      nul germain nulllll

  35. Fontan

    Les nano-particules (inférieures à 1/10 de micromètre) vont se fixer sur un support avec une force d’adhésion d’autant plus forte qu’elles sont petites en raison de forces à court rayon d’action. Dans l’air elles ont, sous forme nano, une très faible durée de vie. Leur pouvoir de pénétration dans les cellules est tès discutable.

  36. Sebastien DESVIGNES

    Pourquoi le dioxyde de titane contenu dans le dentifrice fluocaril bi-fluoré est-il seulement caractérisé comme « Risque faible » dans l’app Yuka si sa dangeurosité est (presque) avérée. Ne faut il pas appliquer le principe de précaution ?
    Sebastien

    1. Delphine BUGEAT

      Bonjour, je suis assez d’accord avec Sébastien.

      1. Anonyme

        fais toi un avis conasse

    2. Anonyme

      Bonjour Sébastien,
      C’est avec grande surprise que je découvre cela aujourd’hui également en ouvrant mon application Yuka, puisqu’il y a quelques mois encore le dioxyde de titane était caractérisé comme « risque élevé »

      1. Anonyme

        Bonjour ,

        Vous pouvez le signaler , ils répondent très rapidement et enlève s’il y a un pb

        Bonne soirée