Le dioxyde de titane, un ingrédient très controversé

Le dioxyde de titane est un minéral composé d’oxygène et de titane. Il connaît de nombreuses applications puisqu’on le retrouve dans l’alimentation, les produits cosmétiques ou encore dans les médicaments.

On le retrouve dans les produits sous différentes appellations : CI77891, E171, Blanc de titane,TiO2, Titanium dioxyde, etc.

Où le trouve-t-on ?

Le dioxyde de titane connaît de nombreuses applications. Il est notamment utilisé dans :

  • L’alimentation : il est utilisé comme colorant blanc dans les bonbons, biscuits ou encore chewing-gums.
  • Les cosmétiques : il sert également de colorant blanc dans les dentifrices, ou encore les crèmes. Il sert aussi de filtre anti-UV dans de nombreuses protections solaires.
  • Les médicaments : plus de 4000 médicaments en contiendraient
  • Les peintures et revêtements

Le problème des nanoparticules

L’utilisation du dioxyde de titane est controversée notamment quand il est présent sous forme de nanoparticules. Les nanoparticules sont des molécules artificielles de très petite taille (elles sont 50 000 fois plus fines qu’un cheveu). Elles sont obtenues en réduisant certains matériaux comme l’argent, le silicium ou l’oxyde de titane.

Selon plusieurs études (sources ci-dessous), ces molécules de très petite taille pourraient passer différentes barrières physiologiques, comme la barrière cutanée, et pénétrer dans l’organisme. Du fait de leur composition et de leur transformation en contact avec d’autres éléments (sang, salive,…), les effets des nanoparticules sur l’homme peuvent varier et restent encore difficiles à évaluer. Elles peuvent pénétrer dans certaines parties du corps et pourraient alors s’y accumuler. Mais du fait de leur très petite taille, elles sont très difficiles à détecter et donc à quantifier dans les cellules.

Depuis 2013, la réglementation européenne oblige les fabricants à apposer la mention [nano] avant le nom de l’ingrédient concerné. Cela s’applique aux produits alimentaires et cosmétiques, mais malheureusement pas aux médicaments dont l’étiquetage est moins encadré. Cette obligation d’étiquetage, qui impose une plus grande transparence sur la composition des produits, comporte cependant deux principales limites :

  • Tout d’abord, difficile de savoir si cela est vraiment respecté. Des tests réalisés par l’association 60 millions de consommateurs sur 18 produits alimentaires ont montré que tous contenaient un taux élevé de dioxyde de titane sous forme de nanoparticules sans que cela soit mentionné. De la même manière, UFC Que Choisir a testé 16 produits alimentaires et cosmétiques et a déposé 9 plaintes contre des fabricants pour non-respect de l’obligation légale de signalement sur l’emballage. Les fabricants contestent cependant les méthodes de mesure des nanoparticules utilisées par ces deux associations.
  • Par ailleurs, la Commission a défini qu’un matériau est « nano » s’il contient « au minimum 50 % de particules de dimensions comprises entre 1 nm et 100 nm ». Cela signifie donc que du dioxyde de titane composé à 49% de nanoparticules n’a pas l’obligation de se voir apposer la mention [nano].
  • En France, la nouvelle méthode de détection des nanoparticules (par MEB) utilisée par la DGCCRF est contestée par certains fabricants. Il existe plusieurs méthodes au sein de l’UE qui ne sont pas harmonisées et pourraient conduire à considérer que certains produits ne contiennent pas de nanoparticules.

Les risques potentiels

  • Dioxyde de titane inhalé

Lorsqu’il est inspiré, il conduit alors à l’exposition des poumons : c’est le cas le plus problématique. Cela peut par exemple se produire lorsqu’une pièce a été repeinte avec une peinture contenant du dioxyde de titane.

Ainsi, il a été classé comme cancérogène de type 2 par inhalation selon l’ECHA (Agence européenne des produits chimiques), à la suite d’une saisine de l’ANSES  (Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale) qui demandait à le classer comme cancérogène de type 1. Sur la base d’études réalisées sur les animaux, l’ANSES considère que le caractère cancérogène est avéré.

Au vu des ces résultats, il semblerait donc prudent de conseiller d’éviter son usage dans les produits type sprays et aérosols.

  • Dioxyde de titane avalé

Par voie orale (alimentation, médicaments, mais aussi dentifrice si avalé), le dioxyde de titane est suspecté d’être cancérigène, sans distinction de forme.

Depuis janvier 2020, il est interdit en France dans les produits alimentaires, suite à une forte mobilisation des consommateurs et associations. Yuka avait notamment signé une tribune dans Le Monde aux côtés d’une vingtaine d’organisations comme L’UFC Que Choisir et 60 Millions de consommateurs pour le retrait de ce colorant dans l’alimentation. Suite à l’interdiction, il restait en revanche autorisé dans les autres pays de l’Union Européenne.

Cependant, en mai 2021, l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) a indiqué que le dioxyde de titane n’était plus considéré comme un additif sûr dans l’alimentation, revenant ainsi sur sa position de 2016. Suite à ce nouvel avis de l’EFSA, il est possible que le dioxyde de titane soit bientôt interdit comme additif alimentaire dans tous les pays de l’Union Européenne.

  • Dioxyde de titane appliqué sur la peau

Il est utilisé dans de nombreux produits en tant que colorant blanc (dentifrices, crèmes), opacifiant (poudres de maquillage, fonds de teint) ou encore filtre UV dans un très grand nombre de protections solaires.

Lorsqu’il n’est pas présent sous forme de nanoparticules, les particules seraient trop grosses pour rentrer dans la peau et il ne poserait alors pas de problème (même s’il manque d’études sur le sujet).

En revanche, le problème peut se poser lorsqu’il est présent sous forme de nanoparticules. Sa présence sous forme de nanoparticules dans les protections solaires a un caractère purement esthétique : les nanoparticules empêchent la formation du fameux film blanc laissé sur la peau après l’application.

Selon l’ANSM, le risque se pose surtout pour les peaux lésées ou perméables (enfants de moins de 3 ans notamment) qui faciliteraient la pénétrance des nanoparticules. L’ANSM recommande de ne pas utiliser les produits cosmétiques contenant des nanoparticules de dioxyde de titane sur peau lésée et perméable.

Le règlement cosmétique a été modifié en 2016 pour limiter la concentration maximale de dioxyde de titane comme filtre UV à 25% dans les préparations prêtes à l’emploi (qu’il soit utilisé sous forme micrométrique, nanométrique ou de manière combinée). De plus, il exige des caractéristiques physiques et chimiques strictes pour l’utilisation de ces nanomatériaux, comme la pureté, l’enrobage ou encore la structure.

Du fait de leur composition, les effets des nanoparticules sur l’homme font encore l’objet de recherches visant à approfondir le niveau de connaissance exact sur ces risques à plus long terme.

Sources

  • ANSES : https://www.anses.fr/fr/content/dioxyde-de-titane
  • EFSA : https://www.efsa.europa.eu/fr/news/titanium-dioxide-e171-no-longer-considered-safe-when-used-food-additive
  • INRA : http://www.inra.fr/Chercheurs-etudiants/Alimentation-et-nutrition/Toutes-les-actualites/E171-un-danger-identifie-chez-le-rat-un-risque-a-evaluer-chez-l-homme
  • ECHA : https://echa.europa.eu/fr/-/titanium-dioxide-proposed-to-be-classified-as-suspected-of-causing-cancer-when-inhaled
  • CIRC : https://publications.iarc.fr/111
  • AFSSET : https://www.anses.fr/fr/system/files/AP2005et0010Ra.pdf
  • SCCS : https://ec.europa.eu/health/sites/health/files/scientific_committees/consumer_safety/docs/sccs_o_239.pdf, https://ec.europa.eu/health/scientific_committees/consumer_safety/docs/sccs_o_136.pdf
  • AFSSAPS : https://archiveansm.integra.fr/var/ansm_site/storage/original/application/af86f9684f0e2810a7cf1d5b0cefb0d5.pdf
  • ANSM : https://ansm.sante.fr/uploads/2021/03/11/07fee639ffe2915fd26d91d42a9487d8.pdf
  • Veille Nanos : https://veillenanos.fr/dossier/risques/sante/risques-sante/
  • Agir pour l’Environnement : https://petition.agirpourlenvironnement.org/wp-content/uploads/2020/07/Rapport_ProduitsSolairespourEnfants_wecffrance_agirpourlenvironnement20200702.pdf
  • Bettini S, Boutet-Robinet E, Cartier C, et al. Food-grade TiO2 impairs intestinal and systemic immune homeostasis, initiates preneoplastic lesions and promotes aberrant crypt development in the rat colon. Sci Rep. 2017;7:40373. Published 2017 Jan 20. doi:10.1038/srep40373 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28106049/
  • Trouiller B, Reliene R, Westbrook A, Solaimani P, Schiestl RH. Titanium dioxide nanoparticles induce DNA damage and genetic instability in vivo in mice. Cancer Res. 2009 Nov 15;69(22):8784-9. doi: 10.1158/0008-5472.CAN-09-2496. Epub 2009 Nov 3. PubMed PMID: 19887611; PubMed Central PMCID: PMC3873219 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19887611/
  • Hu H, Guo Q, Wang C, et al. Titanium dioxide nanoparticles increase plasma glucose via reactive oxygen species-induced insulin resistance in mice. J Appl Toxicol. 2015;35(10):1122-1132. doi:10.1002/jat.3150 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25826740/
  • Guo Z, Martucci NJ, Moreno-Olivas F, Tako E, Mahler GJ. Titanium Dioxide Nanoparticle Ingestion Alters Nutrient Absorption in an In Vitro Model of the Small Intestine. NanoImpact. 2017;5:70-82. doi:10.1016/j.impact.2017.01.002 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28944308/
  • Hund-Rinke K, Simon M. Ecotoxic effect of photocatalytic active nanoparticles (TiO2) on algae and daphnids. Environ Sci Pollut Res Int. 2006;13(4):225-232. doi:10.1065/espr2006.06.311 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16910119/
  • Buzea C, Pacheco II, Robbie K. Nanomaterials and nanoparticles: sources and toxicity. Biointerphases. 2007;2(4):MR17-MR71. doi:10.1116/1.2815690 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20419892/
  • Blaise C, Gagné F, Férard JF, Eullaffroy P. Ecotoxicity of selected nano-materials to aquatic organisms. Environ Toxicol. 2008;23(5):591-598. doi:10.1002/tox.20402 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18528913/
  • Jin CY, Zhu BS, Wang XF, Lu QH. Cytotoxicity of titanium dioxide nanoparticles in mouse fibroblast cells. Chem Res Toxicol. 2008;21(9):1871-1877. doi:10.1021/tx800179f : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/18680314/
  • Wu J, Liu W, Xue C, et al. Toxicity and penetration of TiO2 nanoparticles in hairless mice and porcine skin after subchronic dermal exposure. /Toxicol Lett/. 2009;191(1):1-8. doi:10.1016/j.toxlet.2009.05.020 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19501137/
  • Labille J, Feng J, Botta C, et al. Aging of TiO(2) nanocomposites used in sunscreen. Dispersion and fate of the degradation products in aqueous environment. Environ Pollut. 2010;158(12):3482-3489. doi:10.1016/j.envpol.2010.02.012 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/20346555/
  • Menard A, Drobne D, Jemec A. Ecotoxicity of nanosized TiO2. Review of in vivo data. Environ Pollut. 2011;159(3):677-684. doi:10.1016/j.envpol.2010.11.027 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21186069/
  • Kahru A, Dubourguier HC. From ecotoxicology to nanoecotoxicology. Toxicology. 2010;269(2-3):105-119. doi:10.1016/j.tox.2009.08.016 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19732804/
  • Hu R et al, Neurotoxicological effects and the impairment of spatial recognition memory in mice caused by exposure to TiO2 nanoparticles, Biomaterials, Volume 31, Issue 31, 2010 : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0142961210008525?via%3Dihub
  • Westerhoff P, Song G, Hristovski K, Kiser MA. Occurrence and removal of titanium at full scale wastewater treatment plants: implications for TiO2 nanomaterials. J Environ Monit. 2011;13(5):1195-1203. doi:10.1039/c1em10017c : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21494702/
  • Xiong D, Fang T, Yu L, Sima X, Zhu W. Effects of nano-scale TiO2, ZnO and their bulk counterparts on zebrafish: acute toxicity, oxidative stress and oxidative damage. Sci Total Environ. 2011;409(8):1444-1452. doi:10.1016/j.scitotenv.2011.01.015 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21296382/
  • Bolzinger MA, Briançon S, Chevalier Y. Nanoparticles through the skin: managing conflicting results of inorganic and organic particles in cosmetics and pharmaceutics. Wiley Interdiscip Rev Nanomed Nanobiotechnol. 2011;3(5):463-478. doi:10.1002/wnan.146 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/21618448/
  • Ma H, Brennan A, Diamond SA. Phototoxicity of TiO2 nanoparticles under solar radiation to two aquatic species: Daphnia magna and Japanese medaka. Environ Toxicol Chem. 2012;31(7):1621-1629. doi:10.1002/etc.1858 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22544710/
  • Virkutyte J, Al-Abed SR, Dionysiou DD (2012). Depletion of the protective aluminum hydroxide coating in TO2-based sunscreens by swimming pool water ingredients. Chem Eng J, 191: 95-103. : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1385894712003075?via%3Dihub
  • Zhang J, Wages M, Cox SB, et al. Effect of titanium dioxide nanomaterials and ultraviolet light coexposure on African clawed frogs (Xenopus laevis). Environ Toxicol Chem. 2012;31(1):176-183. doi:10.1002/etc.718 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22012895/
  • Slomberg DL, Catalano R, Bartolomei V, Labille J. Release and fate of nanoparticulate TiO2 UV filters from sunscreen: Effects of particle coating and formulation type. Environ Pollut. 2021 Feb 15;271:116263. doi: 10.1016/j.envpol.2020.116263. Epub 2020 Dec 16. PMID: 33383421. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0269749120369529
  • Aqueous aging of a silica coated TiO2 UV filter used in sunscreens: investigations at the molecular scale with dynamic nuclear polarization NMR, Danielle L. Slomberg, Riccardo Catalano, Fabio Ziarelli, Stephane Viel, Vincent Bartolomei, Jerome Labille, Armand Masion Rsc Advances, 10 8266-8274 (2020) https://pubs.rsc.org/en/content/articlehtml/2020/ra/d0ra00595a
  • Virkutyte, Jurate & Al-Abed, Souhail & Dionysiou, Dionysios. (2012). Depletion of the protective aluminum hydroxide coating in TiO2-based sunscreens by swimming pool water ingredients. Chemical Engineering Journal. 191. 95-103. 10.1016/j.cej.2012.02.074. : https://doi.org/10.1016/j.cej.2012.02.074
  • Zhao X, Wang S, Wu Y, You H, Lv L. Acute ZnO nanoparticles exposure induces developmental toxicity, oxidative stress and DNA damage in embryo-larval zebrafish. Aquat Toxicol. 2013;136-137:49-59. doi:10.1016/j.aquatox.2013.03.019 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23643724/
  • Chen TH, Lin CC, Meng PJ. Zinc oxide nanoparticles alter hatching and larval locomotor activity in zebrafish (Danio rerio). J Hazard Mater. 2014;277:134-140. doi:10.1016/j.jhazmat.2013.12.030 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24424259/
  • Clemente Z, Castro VL, Moura MA, Jonsson CM, Fraceto LF. Toxicity assessment of TiO₂ nanoparticles in zebrafish embryos under different exposure conditions. Aquat Toxicol. 2014;147:129-139. doi:10.1016/j.aquatox.2013.12.024 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24418748/
  • Environmental hazard of selected TiO2 nanomaterials under consideration of relevant exposure scenarios, Umwelt bundesamt, October 2014. : http://www.umweltbundesamt.de/sites/default/files/medien/378/publikationen/texte_72_2014_environmental_hazard_of_selected_tio2_nanomaterials.pdf
  • Sánchez-Quiles D, Tovar-Sánchez A. Sunscreens as a source of hydrogen peroxide production in coastal waters. Environ Sci Technol. 2014;48(16):9037-9042. doi:10.1021/es5020696 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25069004/
  • Sánchez-Quiles, David, and Antonio Tovar-Sánchez. “Sunscreens as a source of hydrogen peroxide production in coastal waters.” Environmental science & technology vol. 48,16 (2014): 9037-42. doi:10.1021/es5020696 : https://pubs.acs.org/doi/abs/10.1021/es5020696
  • Evaluation des risques liés aux nanomatériaux – Enjeux et mise à jour des connaissances, ANSES, avril 2014 : https://www.anses.fr/fr/system/files/PRES2014CPA05.pdf
  • Engineered Nanomaterials: An Emerging Class of Novel Endocrine Disruptors, Larson JK, Carvan MJ, Hutz RJ, Biology of Reproduction, 91(1) : 20, 2014) : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24899576
  • Larese Filon F, Mauro M, Adami G, Bovenzi M, Crosera M. Nanoparticles skin absorption: New aspects for a safety profile evaluation. Regul Toxicol Pharmacol. 2015;72(2):310-322. doi:10.1016/j.yrtph.2015.05.005 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25979643/
  • Nanosized TiO2 is internalized by dorsal root ganglion cells and causes damage via apoptosis, Erriquez J, Nanomedicine, 11(6):1309-19, 2015 : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1549963415000921
  • CLH report - Proposal for Harmonised Classification and Labelling Based on Regulation (EC) No. 1272/2008 (CLP Regulation), Annex VI, Part 2 - Substance Name: Titanium dioxide, Anses, May 2016 : https://echa.europa.eu/documents/10162/1e95f7c4-13ab-aa54-dccb-d5f224389cd3
  • Zhang C, Wang J, Tan L, Chen X. Toxic effects of nano-ZnO on marine microalgae Skeletonema costatum: Attention to the accumulation of intracellular Zn. Aquat Toxicol. 2016;178:158-164. doi:10.1016/j.aquatox.2016.07.020 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27498363/
  • ZHONGHUA C. et al. TiO2 nanoparticles in the marine environment : Physical effects responsible for the toxicity on algae. Phaeodactylum tricornutum. Science of the Total Environment (2016). : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0048969716305873
  • Evaluation des effets de l’exposition aux nanoparticules de TiO2 sur le cerveau adulte et vulnérable, résumé en français de la thèse (en anglais) de Clémence Disdier, Université Paris-Saclay, avril 2016 : http://www.theses.fr/2016SACLS097
  • Grande F, Tucci P. Titanium Dioxide Nanoparticles: a Risk for Human Health?. Mini Rev Med Chem. 2016;16(9):762-769. doi:10.2174/1389557516666160321114341 : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26996620/
  • Maternal exposure to titanium dioxide nanoparticles during pregnancy and lactation alters offspring hippocampal mRNA BAX and Bcl-2 levels, induces apoptosis and decreases neurogenesis, Exp Toxicol Pathol., 5;69(6): 329-337, juillet 2017 : « The potential impact of nanoparticle exposure for millions of pregnant mothers and their offspring across the world is potentially devastating » : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28254502
  • Committee for Risk Assessment (RAC), Opinion proposing harmonised classification and labelling at EU level of Titanium dioxide EC Number: 236-675-5 CAS Number: 13463-67-7 CLH-0-0000001412-86-163/F, 14 September 2017 : https://echa.europa.eu/documents/10162/682fac9f-5b01-86d3-2f70-3d40277a53c2
  • Titanium dioxide nanoparticles exacerbate DSS-induced colitis: role of the NLRP3 inflammasome, Ruiz PA et al., Gut, 66 : 1216-1224, 2017 : http://gut.bmj.com/content/66/7/1216
  • Scientists find titanium dioxide from sunscreen is polluting beaches Scientists find titanium dioxide from sunscreen is polluting beaches, présentation de Labille J., Goldschmidt Conference, août 2018 : https://hal.science/hal-03373825/
  • TiO2 nanoparticles enhance bioaccumulation and toxicity of heavy metals in Caenorhabditis elegans via modification of local concentrations during the sedimentation process, Wang J et al., Ecotoxicology and Environmental Safety, 162(30) : 160-169, octobre 2018 : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0147651318305402
  • Gestational exposure to titanium dioxide nanoparticles impairs the placentation through dysregulation of vascularization, proliferation and apoptosis in mice, Zhang L et al., Int J Nanomedicine, 13: 777–789, 2018 : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5804269/
  • Evaluation of immunoresponses and cytotoxicity from skin exposure to metallic nanoparticles, Wang M et al., International Journal of Nanomedicine, 13, 2018 : https://doi.org/10.2147/IJN.S170745
  • Justification for the selection of a candidate CRAP substance -Substance Name (Public Name): Titanium dioxide, ANSES, 20 March 2013, 1. Update 22 March 2016, 2. Update 22 March 2018 : https://echa.europa.eu/documents/10162/5c3ad57b-efd3-4177-b096-97326458080d
  • Les nanoparticules de dioxyde de titane, leur place dans l'industrie cosmétique et ses dangers, Laura DARAGNES, 27 septembre 2018 : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01906388/document
  • Penetration, distribution and brain toxicity of titanium nanoparticles in rodents’ body: a review, Zeman T et al., IET Nanobiotechnology, 12(6), septembre 2018 : https://digital-library.theiet.org/content/journals/10.1049/iet-nbt.2017.0109
  • Parental co-exposure to bisphenol A and nano-TiO2 causes thyroid endocrine disruption and developmental neurotoxicity in zebrafish offspring, Science of the total environment, Guo Y et al., 650(1) : 557-565, février 2019 : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0048969718334259
  • Pelclova D, Navratil T, Kacerova T, et al. NanoTiO2 Sunscreen Does Not Prevent Systemic Oxidative Stress Caused by UV Radiation and a Minor Amount of NanoTiO2 is Absorbed in Humans. Nanomaterials (Basel). 2019;9(6):888. Published 2019 Jun 17. : https://www.mdpi.com/2079-4991/9/6/888
  • Thompson, C T et al. “Identification of titanium dioxide on the hair shaft of patients with and without frontal fibrosing alopecia: a pilot study of 20 patients.” The British journal of dermatology vol. 181,1 (2019) : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/bjd.17639
  • Effects of Titanium Dioxide Nanoparticles Exposure on Human Health—a Review, Baranowska-Wójcik E et al., Biological Trace Element Research, 1–12, 2019 : https://link.springer.com/article/10.1007/s12011-019-01706-6
  • The toxic effects of titanium dioxide nanoparticles on plasma glucose metabolism are more severe in developing mice than in adult mice, Hu, H et al., Environ. Toxicol., 35, 443–456, 2019 : https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/tox.22880
  • Subchronic exposure to titanium dioxide nanoparticles modifies cardiac structure and performance in spontaneously hypertensive rats, Rossi S et al., Particle and Fibre Toxicology, 16:25, 2019 : https://particleandfibretoxicology.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12989-019-0311-7
  • « Impact des caractéristiques physicochimiques sur l’effet inflammatoire et pro-allergisant respiratoires des nanoparticules manufacturées », Françoise Pons, Université de Strasbourg, in Recherche sur l’air – Sources, effets sanitaires et perspectives – Dossier du participant, ADEME & Anses, 17 octobre 2019 : https://www.anses.fr/fr/system/files/RSC191917_DP_Complet_BD.pdf
  • Règlement délégué 2020/217 de la commission UE : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32020R0217
  • TiO2 genotoxicity: an update of the results published over the last six years, Carriere M et al., Mutation Research/Genetic Toxicology and Environmental Mutagenesis, 15 mai 2020 : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1383571820300681#!
  • Comparative effects of TiO2 and ZnO nanoparticles on growth and ultrastructure of ovarian antral follicles, Santacruz-Marques R et al., Reproductive Toxicology, 96 : 399-412, septembre 2020 : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S089062382030191X
  • Nanoparticles as Potential Endocrine Disruptive Chemicals, Gunjan Dagar & Gargi Bagchi, NanoBioMedicine, 4 février 2020 : https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-981-32-9898-9_17
  • Li, Yingzhu & Cummins, Enda. (2021). A semi-quantitative risk ranking of potential human exposure to engineered nanoparticles (ENPs) in Europe. Science of The Total Environment. 778. 146232. 10.1016/j.scitotenv.2021.146232. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0048969721013000
  • Nanoparticules métalliques et perturbateurs endocriniens : Impact sur les fonctions endocrines de nanoparticules métalliques seules et en mélange avec des composés organiques perturbateurs endocriniens pour l’analyse de l’effet cocktail, Aurélien Deniaud, Les cahiers de la Recherche. Santé, Environnement, Travail, ANSES, Microplastiques et nanomatériaux, 2021 : https://hal-anses.archives-ouvertes.fr/anses-03348777/document
  • Exposure to TiO2 Nanostructured Aerosol Induces Specific Gene Expression Profile Modifications in the Lungs of Young and Elderly Rats, Valentino S et al., Nanomaterials, 11, 1466, 2021 : https://www.inrs.fr/inrs/recherche/etudes-publications-communications/doc/publication.html?refINRS=ET2016-005/P2021-066
  • Advances in genotoxicity of titanium dioxide nanoparticles in vivo and in vitro, Shi J et al., NanoImpact, 25, 100377, janvier 2022 : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S2452074821000860
  • Chronic maternal exposure to titanium dioxide nanoparticles alters breathing in newborn offspring, Colnot E et al., Particle and Fibre Toxicology, 19:57, 2022 : https://www.theses.fr/2021BORD0388
  • Avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif à l’évaluation du risque de la fraction nanométrique de l’additif alimentaire E171 : https://www.anses.fr/fr/system/files/ERCA2016SA0226-1.pdf
  • Impact of nanomaterials on human health: a review, Amsatulu et al., Environmental Chemistry Letters, 2022 : https://link.springer.com/article/10.1007/s10311-022-01430-z
  • Yanagisawa R, Takano H, Inoue K, Koike E, Kamachi T, Sadakane K, Ichinose T. Titanium dioxide nanoparticles aggravate atopic dermatitis-like skin lesions in NC/Nga mice. Exp Biol Med (Maywood). 2009 Mar;234(3):314-22. doi: 10.3181/0810-RM-304. Epub 2009 Jan 14. PMID: 19144875. https://journals.sagepub.com/doi/10.3181/0810-RM-304
  • Titanium dioxide and carbon black nanoparticles disrupt neuronal homeostasis via excessive activation of cellular prion protein signaling, Ribeiro, L.W., Pietri, M., Ardila-Osorio, H. et al., Part Fibre Toxicol 19, 48 (2022), 15 July 2022 : https://particleandfibretoxicology.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12989-022-00490-x
  • Immunotoxic effects of metal-based nanoparticles in fish and bivalves, Rastgar S et al., Nanotoxicology, 2022 : https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/17435390.2022.2041756
  • Toxicity of titanium nano-oxide nanoparticles (TiO2) on the pacific oyster, Crassostrea gigas: immunity and antioxidant defence, Arash Javanshir Khoei et Kiadokht Rezaei, Toxin Reviews, 41, 2022 : http://tandfonline.com/doi/abs/10.1080/15569543.2020.1864649
  • Vignard J, Pettes-Duler A, Gaultier E, Cartier C, Weingarten L, Biesemeier A, Taubitz T, Pinton P, Bebeacua C, Devoille L, Dupuy J, Boutet-Robinet E, Feltin N, Oswald IP, Pierre FH, Lamas B, Mirey G, Houdeau E. Food-grade titanium dioxide translocates across the buccal mucosa in pigs and induces genotoxicity in an in vitro model of human oral epithelium. Nanotoxicology. 2023 May 17:1-21. doi: 10.1080/17435390.2023.2210664. Epub ahead of print. PMID: 37194738. https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/17435390.2023.2210664

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

148 commentaires

  1. Monique TITON

    J’avale pour la 1ere fois de ma vie 2 gélules d’un médicament (Clindamycine) et dans les minutes qui suivent je ressens une gêne dans l’œsophage, et dans les 5/6 heures une grosse douleur type crampe très forte et ensuite je garde une sensation de brûlure.
    Ces effets sont-ils dus à la présence de dioxyde de titane (E171) ?????

    1
    Répondre
  2. Martine

    Les brillants à lèvres sont tout de même susceptibles d’être partiellement ingérés. Je ne comprends donc pas la notation.

    1
    Répondre
  3. Pascale

    Merci pour votre article.
    Je travaille pour une marque de compléments alimentaires BIOCYTE, qui a retiré le Dioxyde Titane de ses formules.
    Comme quoi le combat porte ses fruits!

    3
    Répondre
  4. ostralopiteque

    n’oublier pas de laisser des usines chimiques tuer des millions de gens pour le progrès sinon pourquoi ce plaindre d’êtres en vie

    3
    Répondre
  5. matie

    La crème teintée solaire 50 algo maris de Biarritz en contient est ce bon malgré tout pour une peau qui a eu un mélanome? Merci

    1
    Répondre
    1. Sans drap

      Du coup j’ai arrêté de l’utiliser celle-ci car elle est présente sous forme de nanoparticules en plus (c’est marqué dans le descriptif des composants sur le site).
      Déception pour moi aussi quand j’ai découvert ça…..

      5
      Répondre
    2. isabelle

      je serais à votre place , je ferais très attentionà ce que je mets sur ma peau et dans mon corps, ma mère est décédée d’un mélanome malin degré 3 elle s’exposait au soleil et mettait de la crème solaire. je peux vous donner le nom d’un site qui ne vend que des produits cosmétiques sans danger pour la santé , vous faites vous meme vos produits et savez ce qu’il y a dedans!!!!!!.

      Répondre
  6. Lizeta Pasho

    Merci Yuka , vous avez ouvert les yeux. Je suis choquée ! Pourquoi le gouvernement prend pas les mesures ?

    9
    Répondre
  7. ARSENE

    Je prends depuis des années et à vie 2,5 gros comprimés avec du dioxine de titane j’ai téléphoné au labo ou j’ai eu le médecin responsable du suivi qui m’a répondu que pour supprimer ou remplacer un excipient qui n’a rien à voir avec la molécule médicale il fallait re-déposer une AMM et que cela coûtait une fortune au labo.. tout est dit.!!!!!

    9
    Répondre
  8. NELLY

    Je suis effarée de ce que je lis. J’utilise l’application Yuka dès que je fais mes courses et je reposé chaque produit que je scanne s’il y a des additifs pour nocifs. Donc je suis pro YUKA et je suis abonnée à la version complète. Depuis que j’utilise l’application Yuka mon mode de vie à changé et pour ça merci YUKA !!!!!

    7
    Répondre
    1. Patricia

      Moi je fais de même pour Yuka du coup j ai acheté une crème solaire notée 100% (patyka 50 corps) et 30 visage notée 83%) avant de m apercevoir qu il y avait des nano particules de titane et de zinc. Je m interroge donc sur les notes distribuées pourquoi 100% si gros risques ?

      3
      Répondre
  9. Françoise

    Pourquoi aucune législation pour enlever le dioxyne de titane des médicaments ? Nous en ingérons tous les jours malheureusement c’est inadmissible
    Françoise

    14
    Répondre
  10. Graini

    Pourriez-vous me dire pourquoi les compléments pour cheveux utilise encore dans leur compositions du dioxyde de titane ?(vitamine cystiphane de chez biorga )
    Je suis choqué 🤨

    4
    Répondre
  11. Marc

    On trouve ces additifs dans certains laits de coco à des taux inférieurs à l’obligation légale de devoir les déclarer sur l’emballage.

    2
    Répondre
  12. Sabrina

    je suis dépitée de voir qu’il y avait du dioxyde de titanium dans un complément en fer qu’on m’a prescrit pendant ma grossesse. je l’ai pris pdt 8 mois… j’ai peur des conséquences futures pour mon bebe

    4
    Répondre
  13. Martine

    Il faut se battre pour interdire le dioxyde de titane dans les médicaments. J’en absorbe depuis des années!! Et là je refuse de prendre encore un autre médicament qui en contient, mais aussi du E110!!
    Un adulte est capable de gérer le fait que son médicament soit gris au lieu de blanc ou orange. Même si cela aurait a priori un effet « thérapeutique ». Il faut faire de la pédagogie…Les médecins? ça les fait rire…OK il faut mesurer le bénéfice risque, mais à force d’absorber des cochonneries ne prenons nous pas le risque de nous rendre encore plus malades que nous ne sommes?
    Cela me scandalise!

    14
    Répondre
  14. Danielle

    Et dire que je prends depuis 19 ans un cachet pour la tension qui contient du dioxyde de titane !!!
    Lorsque j’en parle à des médecins cela n’a pas l’air de les préoccuper. Le dernier un remplaçant m’a avouée ne rien savoir, tant pour le dioxyde de titane, pour les nitrites et les statines ! Et il commence sa carrière !

    10
    Répondre
    1. Françoise

      Effarant…

      3
      Répondre
    2. Skarlett

      les médecins n’ont durant leur formation dune semaine de pharmacologie : pensez-vous vraiment qu’ils sont capables de dire quoi que ce soit de véridique? pas un seul ne prend la peine de se mettre à jour et de lire des études. ya qu’a voir la crise sanitaire… s’ils s’étaient renseigné sur comment ca fonctionne, personne de normalement intelligent n’aurait pris le médicament à la mode.. et encore mois le conseiller!

      3
      Répondre
  15. Nathalie

    Bonjour
    Pourquoi n est il pas interdit dans les médicaments ?
    Si interdit dans l alimentation c est une aberration de l autoriser dans les médicaments

    12
    Répondre
    1. Skarlett

      le lobbies de BigPharma… l’ANSM est financé par eux et leurs décisionnaires sont pétris de conflits d’intérêt. Le vrai scandale c’est que ce sont les industriels qui devraient prouver l’innocuité d’une nouvelle substance AVANT de la mettre sur le marché. mais non ces institutions ne protègent pas le peuple. on ingère ces trucs et ensuite nos impôts financent les études pour prouver leur dangerosité ou innocuité. Wake up!!

      1
      Répondre
  16. Aurélie

    Bonjour, il y a 2 semaines, j’ai acheté une crème protection solaire, bébé, de chez cattier Paris. Elle avait une bonne note chez yuka. J’ai regardé à nouveau aujourd’hui, et elle devenue mauvaise, car contient du dioxyde de titane. Pouvez vous expliquer pourquoi cette note a changé de très bon à mauvais, en 15 jours ? Merci.

    21
    Répondre
  17. Estelle

    Bonjour,
    Est-ce que vous pourriez ajouter d’autres synonymes ? Lorsque je scanné le produit (même si c’en est un que j’ai ajouté), je vois qu’il y a du dioxyde de titane. Pourtant, je ne retrouve pas sur la composition du produit. Merci de m’éclairer ! 🙂

    7
    Répondre
  18. Caroline

    Merci de ne pas déclarer comme  »bon » un produit (ici, un dentifrice Sensodyne) contenant du dioxyde de titane. Sinon merci pour votre excellente Application Yuka.

    5
    Répondre
  19. Arnaud

    Dangereux dans les dentifrices si celui ci est avalé ? Mais que penser de gencives qui saignent ?
    sachant également que la muqueuse de la bouche est très perméable puisque certains médicaments sont très efficaces en sub linguale…

    5
    Répondre
  20. Paola

    Bonjour il faut enlever le dyoxide de titane des médicaments pour l’hypertension ét autres qu’on est obligés de prendre chaque jour à vie !

    3
    Répondre
    1. Jade

      Et dans les colorants pour les cheveux, les coiffeurs et les coiffeuses sont exposés à des produits très toxiques, shampooings, masques, laques, colorants et couleurs pour cheveux, les consommatrices qui se colorent les cheveux faux cheveux blonds, mèches, balayage etc… cheveux colorés ces produits contiennent du dioxyde de titane et pleins d’autres produits toxiques c’est clair et pourtant on n’en parle presque jamais des colorants pour les cheveux !

      2
      Répondre
  21. Muriel

    Et ds le Dafalgan j’ai vu ce produit comment cela. Se fait il???

    3
    Répondre
  22. Dominisue

    Bonjour

    Le dioxyde de titane est présent dans des médicaments
    Es ce légal ?
    Vous remerciant pour votre réponse
    Bien cordialement

    5
    Répondre
    1. Eric

      Oui, regardez les suppositoires anti hemorroïdes Titanoreïne

      4
      Répondre
      1. Anne

        Eh oui je me suis laissée prescrire ce médicament non remboursé à 7€. En lisant la composition, je me suis aperçue qu’il contenait 2g de dioxyde de titane pour 100g. 2% c’est énorme !

        1
  23. CHRAZY

    TRES BON ARTICLE SIMPLE à comprendre et laissant sous entendre la problématique des nanoparticules !QUID des médicaments prescrits à tort et à travers pour La moindre bobologie:rhume,douleur,petite fièvre…

    2
    Répondre
  24. Stavroula

    Bonjour, on en trouve aussi ds les bonbons, les biscuits, les chewing-gum et les crèmes colorantes cheveux! Ds la bouches, au bout de 20-30 ans, ça déchausse les dents

    2
    Répondre
  25. Alain

    Bonjour
    Je viens d’acheter un dentifrice « avec votre aide via votre application » et je me retrouve avec du dioxyde de titane classé « risque faible » alors qu’il sera interdit en 2022 !
    Mais qu’attendez-vous pour le classer en « risque élevé » ?
    Merci de réagir et surtout d’agir comme vous savbez si bien le faire.

    11
    Répondre
  26. Rachel

    Pourquoi les médecins ne se révoltent pas par rapport au dioxyde de titane dans de trop nombreux médicaments pour que ce soit blanc ???je souffre de douleurs chroniques et on ne me donne que ça. Je refuse et les médecins m en veulent de refuser quelque chose qui soigne mais cancérigène. Pouvez vous m expliquer….merci

    10
    Répondre
    1. skarlett

      les médecins n’ont durant leur formation dune semaine de pharmacologie : pensez-vous vraiment qu’ils sachent quoi que ce soit du fonctionnement des médicaments ou de vaccin? a chque injection de vaccin ils touchent des ronds et pour certains médicament c’est pareil. Pas un seul ne prend la peine de se mettre à jour et de lire des études. ya qu’a voir la crise sanitaire… ils ne lisent clairement pas les études!!!
      le lobbies de BigPharma… l’ANSM est financé par eux et leurs décisionnaires sont pétris de conflits d’intérêt. Le vrai scandale c’est que ce sont les industriels qui devraient prouver l’innocuité d’une nouvelle substance AVANT de la mettre sur le marché. mais non ces institutions ne protègent pas le peuple. on ingère ces trucs et ensuite nos impôts financent les études pour prouver leur dangerosité ou innocuité. Wake up

      1
      Répondre
  27. Sandrine

    effectivement dans le traitement ORL qu’on m’a administré (la cétirizine) il y a non seulement du dioxyde de titane et du chlorure de benzalkonium. Traitement que je ne supporte absolument pas tellement il me shoote, me donnant des problemes d’élocution , des yeux « patates », on peut se demander si les médicaments sont là pour soigner, ou pour nous intoxiquer ?

    8
    Répondre
  28. Julie

    Bonjour, je pense qu’elles en contiennent car, comme ils le disent, la réglementation liée aux médicaments est moins étiquetée.

    2
    Répondre
  29. Dominique

    Bonjour, vous dites que le dioxyde de titane alimentaire est interdit en France, depuis janvier 2020. Pouvez vous expliquer pourquoi les gélules de potassium que je donne à ma mère (difu k) sont faites de duo ode de titane. J’imagine que bon nombre de gélules sont faites ainsi , donc on les avale ?! N’est ce pas scandaleux?

    7
    Répondre
  30. denise

    A MON AVIS LE RISQUE EST PROPORTIONEL A LA DOSE INHALEE Et la durée de l exposition

    2
    Répondre
  31. Isabelle

    Bonjour
    Dans le temps, pour donner un coup de fouet à mes cheveux, je faisais une cure d’un mois, au printemps et avant l’hiver, de LOBAMINE CYSTINE, remboursée par la S. Sociale. Ce n’est plus remboursée.
    Deux cures par an et 6 par jour ou 4 .
    Si pas de problème particulier 4 suffisent.
    Mon médecin n’y voyait pas d’inconvénient.

    2
    Répondre
  32. Alexandra

    Dans le complément alimentaire Priorin N il y a du dioxyde de titane. Est ce dangereux de prendre tous les jours 3 comprimés? Ce n’est pas mentionné la quantité.

    3
    Répondre
  33. mireille

    j’ai utilise un savon contenant du titanum dioxide qui a gueri mon petit bobo

    4
    Répondre
  34. Valérie

    Annie
    Si votre peau visage et mains ne font pas une allergie après l’application ( le lendemain), il n’y a pas de raison de changer. C’est déjà assez difficile de trouver la bonne crème ou pommade.

    1
    Répondre
    1. skarlett

      et depuis quand le poison déclenche une allergie!?!?…

      Répondre
  35. Valérie

    Bonjour Annie
    Est-ce que Yuka inscrit une belle note ?

    5
    Répondre
    1. Annie

      Valérie je n’ai pas l’application Yuka dans mon téléphone, je vais y remédier… Donc je ne peux répondre à votre question.

      2
      Répondre
  36. Annie

    J’ai une peau très fragile, tendance à prendre des tâches en m’exposant au soleil.
    Sur mon visage je mets un écran total URIAGE Bariésun 100, fluide protecteur extrème SPF50 +
    Lorsque ma peau m’irrite je prends CICAPLAST Baume B5 LA ROCHE-POSAY, et CICAPLAST mains..
    Faut-il continuer à utiliser ces produits ?..

    12
    Répondre
  37. Elsa
  38. Marie jeanne

    Surconcernant le fond de teint Sublime drop foundation de Pire bio, yuka ne mentionne pas de dioxide de titane, alors que sur l’emballage il est mentionné

    4
    Répondre
  39. Béatrice

    je ne comprends pas pourquoi vous notez « excellent », le baume a levres brillant, Cien qui contient le fameux dioxyde de titane, tres controversé et dt l utilisation est supprimee ds les aliments, depuis plus d un an.
    Il y a de la complaisance, dans certaines de vos « analyses ».
    Comme un manque d’impartialité.
    Ce n est pas la première fois que je relève des contradictions.
    Déception…

    9
    Répondre
    1. Julie de Yuka

      Bonjour Béatrice,
      Dans ce produit, il s’agit de dioxyde de titane non nano. Comme nous l’expliquons dans l’article, quand le dioxyde n’est pas sous forme de nanoparticules et qu’il est appliqué sur la peau, cela est beaucoup moins problématique car les particules seraient trop grosses pour rentrer dans la peau. Dans les cosmétiques, le problème se pose lorsqu’il est présent sous formes de nanoparticules (c’est alors précisé dans la liste d’ingrédients). J’espère que cela répond à votre interrogation.

      5
      Répondre
      1. Claire

        Dans le cas d’un baume à lèvre, le dioxyde de titane a de grandes chances de finir ingéré. Cela ne pose donc pas de problème (même sous forme non nano) ? Merci pour la précision !

        6
      2. skarlett

        Par ailleurs, la Commission a défini qu’un matériau est « nano » s’il contient « au minimum 50 % de particules de dimensions comprises entre 1 nm et 100 nm ». Cela signifie donc que du dioxyde de titane composé à 49% de nanoparticules n’a pas l’obligation de se voir apposer la mention [nano].
        ce n’est pas cohérent ce que vous dites. la dame a raison.

    2. Dominique

      S’il ne s’agit pas e nanoparticules, l’article précise que le dioxyde ne pénètre pas dans la peau. J’imagine que votre réponse est là ?!

      1
      Répondre
  40. Veronique

    Moi je comprends pas. Je viens de m acheté un fard a paupiere excellent. Et voilà il y du titane et pourtant sais un produit bio . Expliqué nous merci

    4
    Répondre
    1. Julie de Yuka

      Bonjour Véronique,
      Dans ce produit, il s’agit de dioxyde de titane non nano. Comme nous l’expliquons dans l’article, quand le dioxyde n’est pas sous forme de nanoparticules et qu’il est appliqué sur la peau, cela est beaucoup moins problématique car les particules seraient trop grosses pour rentrer dans la peau. Dans les cosmétiques, le problème se pose lorsqu’il est présent sous formes de nanoparticules (c’est alors précisé dans la liste d’ingrédients). J’espère que cela répond à votre interrogation.

      3
      Répondre
      1. Eva

        Vous expliquez aussi qu’il manque d’études à ce sujet… Et si la marque n’affiche pas la mention « nano » comme bcp le font, on peut difficilement se fier aux étiquettes. Mieux vaut éviter ces produits puisque certaines marques bio n’utilisent pas de dioxyde de titane.

        3
      2. Annie

        Vous dites beaucoup moins problématique…on veut du pas du tout problématique car les articles semblent préciser que enquêtes en cours pour les non nano donc pas certain que aucune absorption par la peau…autant éviter tout produit contenant du dioxide de titane

  41. Véronique

    Comment faire il y a du titane partout. Même des fois dans les produits bio. Même dans les produits jonzac. Sa devient compliqué t acheter un produit maintenant

    11
    Répondre
  42. Jessie

    J ai vu que les compléments alimentaires auto bronzant contenaient du dioxyde de titane est ce dangereux??

    5
    Répondre
  43. Yvette

    Tout a fait d’ accord avec cette internaute  » pourquoi « noter  » le produit excellent  » alors que nous savons pertinemment qu il est cancérogène ,et depuis un an ,interdit dans les médicaments !!!!
    Je ne comprends toujours pas ??

    7
    Répondre
    1. Annick

      L application Yuka est géniale et a changé complètement ma co sommation. Je sélectionne beaucoup d articles avant d acheter mais je ne me repère que et seulement sur des articles à 100%. Même si le score est élevé, il y a souvent ce dioxyde de titane présent et potentiellement cancérigène.
      Ces articles contenant ce dyoxide de titant devrait être classé conne médiocre.
      Si non , j utilise Yuka tous les jours. Bravo à toutes l équipe.

      1
      Répondre
  44. Marie

    pourquoi donc ‘ noter ce produit EXCELLENT à 75 % ??

    4
    Répondre
  45. France

    Pourquoi n’a t’on pas supprimé le dioxyde de titane dans les médicaments (ex monagol contre constipation). ?

    4
    Répondre
  46. Marisa

    Me podríais decir como traduzco este texto.? No hablo frances

    1
    Répondre
    1. Eduardo

      El dióxido de titanio es un mineral compuesto de oxígeno y titanio. Tiene muchas aplicaciones, ya que se encuentra en alimentos, productos cosméticos e incluso en medicamentos.

      Se encuentra en productos con diferentes nombres: CI77891, E171, blanco de titanio, TiO2, dióxido de titanio, etc.

      Donde se encuentra
      El dióxido de titanio tiene muchas aplicaciones. Se utiliza en particular en:

      Alimentos : se utiliza como color blanco en dulces, galletas o chicles.
      Cosméticos : también sirve como tinte blanco en pasta de dientes, o incluso cremas. También sirve como filtro UV en muchos protectores solares.
      Medicamentos : más de 4.000 medicamentos los contienen.
      Pinturas y recubrimientos
      El problema de las nanopartículas
      El problema del dióxido de titanio surge en particular cuando está presente en forma de nanopartículas. Las nanopartículas son moléculas artificiales muy pequeñas (son 50,000 veces más delgadas que un cabello). Se obtienen reduciendo ciertos materiales como plata, silicio u óxido de titanio.

      Sin embargo, estas moléculas muy pequeñas pueden pasar diferentes barreras fisiológicas, como la barrera de la piel, y entrar al cuerpo . Debido a su composición y su transformación en contacto con otros elementos (sangre, saliva, etc.), los efectos de las nanopartículas en humanos pueden variar y aún son difíciles de evaluar. Pueden ingresar a ciertas partes del cuerpo y luego pueden acumularse allí. Pero debido a su tamaño muy pequeño, son muy difíciles de detectar y, por lo tanto, de cuantificar en las células.

      Desde 2013, las regulaciones europeas obligan a los fabricantes a colocar la mención [nano] antes del nombre del ingrediente en cuestión. Esto se aplica a los productos alimenticios y cosméticos, pero desafortunadamente no a los medicamentos cuyo etiquetado está menos restringido. Esta obligación de etiquetado, que impone una mayor transparencia en la composición de los productos, tiene dos límites principales:

      En primer lugar, es difícil saber si esto se respeta realmente. Las pruebas realizadas por la asociación 60 millones de consumidores en 18 productos alimenticios han demostrado que todos ellos contienen un alto nivel de dióxido de titanio en forma de nanopartículas sin mencionar esto. Del mismo modo, UFC Que Choisir ha probado 16 productos alimenticios y cosméticos y ha presentado 9 quejas contra los fabricantes por incumplimiento de la obligación legal de informar sobre el empaque. Los fabricantes, sin embargo, disputan los métodos de medición de nanopartículas utilizadas por estas dos asociaciones.
      Además, la Comisión ha definido que un material es « nano » si contiene « al menos el 50% de partículas con dimensiones entre 1 nm y 100 nm ». Por lo tanto, esto significa que el dióxido de titanio compuesto por el 49% de las nanopartículas no tiene que fijarse en la mención [nano].
      Riesgos potenciales
      Dióxido de titanio inhalado
      Cuando se inspira, conduce a la exposición de los pulmones: este es el caso más problemático . Esto puede suceder, por ejemplo, cuando una parte ha sido repintada con una pintura que contiene dióxido de titanio.

      Por lo tanto, ANSES (Agencia Nacional para la Seguridad Alimentaria, Ambiental y de Salud Ocupacional) lo ha clasificado como un carcinógeno comprobado y la ECHA (Agencia Europea de Sustancias Químicas) lo sospecha como cancerígeno. inhalación independientemente de la forma (nanopartículas o no).

      Por lo tanto, debe evitarse en particular en productos como aerosoles y aerosoles, cualquiera sea su forma. Como filtro UV, su uso en forma nano está prohibido en todos los casos en aerosoles y aerosoles.

      Dióxido de titanio tragado
      Por vía oral (alimentos, medicamentos, pero también pasta dental si se ingiere), se sospecha que el dióxido de titanio es cancerígeno, independientemente de su forma.

      De hecho, un estudio realizado por el INRA (Instituto Nacional de Investigación Agronómica) en enero de 2017 mostró que la exposición crónica de ratas al dióxido de titanio (parcialmente nanométrica) por vía oral es probable que conduzca a lesiones precancerosas y trastornos del sistema inmunitario (efectos observados en el 40% de los animales del estudio). El estudio muestra que el dióxido de titanio tragado penetra en la pared del intestino y termina en el cuerpo.

      Sin embargo, los resultados del estudio no nos permiten concluir sobre los efectos del dióxido de titanio en humanos. Por lo tanto, ANSES enfatizó la necesidad de realizar estudios adicionales.

      En vista de estos riesgos potenciales, Yuka ha firmado una columna en Le Monde junto con unas veinte organizaciones como UFC Que Choisir y 60 millones de consumidores para la retirada de este colorante de los alimentos.

      Dióxido de titanio aplicado a la piel
      Se utiliza en muchos productos como un tinte blanco (pasta de dientes, crema), opacificador (polvos de maquillaje, base) o incluso filtro UV en una gran cantidad de protectores solares.

      Cuando no está presente en forma de nanopartículas, las partículas serían demasiado grandes para entrar en la piel y no plantearían un problema (incluso si faltan estudios sobre el tema).

      Por otro lado, el problema puede surgir cuando está presente en forma de nanopartículas. Su presencia en forma de nanopartículas en la protección solar tiene una naturaleza puramente estética: las nanopartículas evitan la formación de la famosa película blanca que queda en la piel después de la aplicación.

      Según el ANSM, el riesgo surge especialmente para la piel dañada (por quemaduras solares, por ejemplo) o permeable (niños menores de 3 años en particular) que facilitaría la penetración de nanopartículas. El ANSM recomienda no usar productos cosméticos que contengan nanopartículas de dióxido de titanio en la piel dañada y permeable.

      Las regulaciones cosméticas se enmendaron en 2016 para limitar la concentración máxima de dióxido de titanio como filtro UV al 25% en preparaciones listas para usar (ya sea en forma micrométrica, nanométrica o combinada). Además, requiere estrictas características físicas y químicas para el uso de estos nanomateriales, como la pureza, el revestimiento o incluso la estructura.

      3
      Répondre
      1. Anonyme

        0⁰

        1
      2. AYA

        ❤❤👍👍👍

        2
    2. Cris

      Lo seleccionas y luego abres Google translate y lo entras en la casilla de la izquierda y seleccionas a qué idioma lo quieres traducido. ¡Ojo! q la traducción es de calidad aleatoria…

      2
      Répondre
  47. catherine MORIN

    Paillettes de savon de Marseille pourquoi ne pas l interdire lorsque l ‘on fait sa lessive soit même pour ne pas utiliser la lessive industrielle

    1
    Répondre
  48. Sof

    Je prend des comprimés de Magnesium et Calcium en complement. En lisant la composition, chez Abtei (CH) , il mentionne du colorant dyoxide de titane, sans en indiquer la proportion. Est-ce normal?

    2
    Répondre
  49. Castillejos

    ¿Los productos Bio llevan el dióxido de titanio encapsulado?

    Répondre
    1. Christian

      Difficile d’en déduire si un produit solaire contenant l’ingrédient est sans danger.
      En conclusion, quel(s) produit(s) solaires le plus bio et ne comprenant pas des substances dangereuses, pouvez-vous recommander?
      Merci beaucoup.

      Répondre
      1. Mercefes

        Bonjour
        D après mes recherches personnelles je n ai pas trouvé mieux que Les Laboratoires de Biarritz

        1
      2. Choupinette

        Bonjour tout le monde et en réponse à Christian, le meilleur solaire pour l’instant … et j’y fais une chasse scrupuleuse, c’est le BIOREGENA c’est une protection solaireVEGAN et respectant l’environnement mais également les fonds marins car il contient un filtre d’origine minérale. J’avais également celui cité plus haut des laboratoires de biarritz je crois moins coté si les souvenirs sont bons. Mais tous contiennent malheureusement ce dioxyde de titane… le mieux est de ne pas rester au soleil trop longtemps et sans protection….

    2. Léa

      pienso que sí

      Répondre
  50. Sylvia

    Suivons cela de près. Nous sommes en 2020. A mon sens, beaucoup de dégénérescences sont dûs aux excès de la chimie dans l’alimentation, les médicaments… il y a certes le terrain de chacun à prendre en compte. Que pouvons-nous faire tous ensemble ?
    Voyons déjà si ce que vous nous annoncez se réalise. Cette interdiction devra s’accompagner de mesures drastiques, pas d’amendes bidons. Il faut bien sûr un temps de transition

    Répondre
    1. Christiane Bailloud

      Quand les nanoparticules seront elles interdites ??? Dans le médicaments c’est paradoxal !! Mais elles doivent l’être dans TOUT.

      Répondre
      1. André

        J’ai entendu ou lu quelque part il y a quelque temps qu’il y avait 2 ou 3 usines qui ne fabriquent que ça, c’est à dire l’oxide de titanium E171 en France.
        Maintenant qu’ils ont créé ces usines, et qu’ils se font du fric, ils ne peuvent pas les fermer, ça rapporte beaucoup aux industriels et les lobbies pharmaceutiques. L’état est complice. Ils n’en ont rien à foutre de ce que le petit peuple peut en subir. Ma femme prend Aprovel et coaprovel pour son hypertension depuis plus de 15 ans, et maintenant elle a grossi et ne peut plus marcher plus de 50 mètres sans s’essouffler et obligée de s’assoir. Alors qu’elle n’avait rien avant quelques années. Cette merde se cumule dans l’organisme est passe dans le sang et les poumons, voilà ce que les pouvoirs publics n’interdisent pas.

        1
  51. France

    Le magnésium « magne
    B6 » contient du dioxyde de titane, est il dangereux de prendre ce médicament merci

    Répondre
  52. Silvania

    Leche solar para nens mustela pone « excelente » y tiene dióxido d titanio!!! En todo caso sería mejor poner « mediocre », aquí los de yuca se equivocan.

    Répondre
  53. Françoise LE CANU

    Expliquez moi pourquoi vous donnez

    une note de 90 /100 soit excellent pour un produit cosmétique Bioderma photoderm mineral spf50+ qui contient du dioxyde de titane bien que ne soit pas en nano particules mais produit toxique.
    Je trouve que cette note est trop haute pour ce produit.
    Ce qui amène à se poser des questions sur la valeur de vos jugements et de l’inter action que vous avez avec les fabricants. Merci pour votre réponse

    1
    Répondre
    1. Pascaline

      En effet je rejoins tout a fait le commentaire de Françoise!
      J’ai acheté cette crème solaire (en me fiant à la note) pour mon enfant à un prix exorbitant pour au final que je découvre après coup qu’il contient du dioxyde de titane!!
      Cherchez l’erreur ?!
      Doit on vraiment se fier aux notes de Yuka? Finalement pas vraiment!

      1
      Répondre
      1. Yvonne B.

        Est-ce dangereux d’avaler comme la pâte à dents par exemple après le brossage des dents en ne rinçant pas la bouche pour laisser agir sensodyne pro-émail. Ce fut un conseil d’un assistant dentaire. Merci!
        Le recommadez-vous?

        1
  54. Tom

    Pourquoi yuka note les produits qui contient cet additif avec risque limité ?

    1
    Répondre
    1. Anonyme

      je rejoinds l avis precedent « francoiseC » j avoue être tres perplexe concernant les notes que vous attibuez à des produits qui sont en fait toxiques voir cancérigène……
      je pense ce n est pas noal et pas rassurant….

      1
      Répondre
    2. Anonyme

      C’est vrai c’est bizarre

      Répondre
  55. JOLIVET

    DALON &GINKOR en contiennent GRAVE !!!!!!

    Répondre
  56. Christophe

    le fameux dioxyde de titane! Question: présent dans certaines farine ménagère? Dioxyde de titane ou silice? Merci! pour votre réponse.

    Répondre
  57. LEGLISE

    Dans le doute, étant donné que visiblement les fabricants ne jouent pas le jeu et ne mentionnent pas toujours « nano », est il possible de ne pas mette  » excellent » quand il y a du dioxyde de titane ? merci bien

    1
    Répondre
    1. Dédé

      Je pense aussi que la note excellente ne devrait être mentionnée que sur les produits sans aucun risque.
      Merci beaucoup.

      2
      Répondre
    2. Sylvia

      Le dioxyde de titane se retrouve dans de nombreux médicaments. Il n’a aucun effet thérapeutique. Quid des personnes qui prennent plus de 2 médicaments ? Je pense aux personnes âgées et à ceux en longue maladie, ou encore les enfants…

      Répondre
      1. Anonyme

        je rajoute avex ces principes actifs toxiques il serait plus approprié de mettre 1 mauvaise nôte…..

  58. TURLET Alice

    Je pense aussi que la note excellente ne devrait être mentionnée que sur les produits sans aucun risque

    Répondre
    1. Liliane

      je rajoute avex ces principes actifs toxiques il serait plus approprié de mettre 1 mauvaise nôte…..

      Répondre
  59. Chiaramonte

    On en trouve même dans les rouges à lèvres bio

    Répondre
    1. TURLET Alice

      Je pense aussi que la note excellente ne devrait être mentionnée que sur les produits sans aucun risque

      1
      Répondre
    2. Nathalie

      Oui le dioxyde de titane est présent dans les crayons, crèmes à lèvres biologiques de la marque Avril, une marque française !! :'(

      Répondre
  60. novemail

    Je suis étonnée que vous notiez comme excellent certains dentifrices contenant ce dioxyde de titane

    Répondre
    1. ruiz

      moi aussi je pense que la note excellente ne devrait être mentionnée que sur les produits sans aucun risque

      1
      Répondre
  61. bousquet michel

    il faut absolument que le dioxyde de titane ne soit plus utilisé dans l’alimentation et les médicaments
    c’est un produit dangereux pour la santé publique

    2
    Répondre
    1. Anonyme

      que font les pouvoirs publique rien rien,action nean, ce sont des criminelles. vive les futures alzemeurs

      Répondre
    2. Jacky

      Je pensais qu’enfin j’avais trouvé une équipe de jeunes qui allait nous trouver des produits que nous pourrions acheter les yeux fermés sûr d’être très bon pour nous et à mon avis c’était un vrai luxe car plus de perte de temps à essayer de décripter leur notice et plus besoin de lunettes malheureusement on rentre on vérifie et on s’aperçoit que des produits sont malgré tout encore avec des produits comme le dioxyde de titane très bien notés pour moi me laver les dents avec ce produit dedans et surtout dire ne pas avaler c’est inadmissible inacceptable c’est nous empoisonner à petit feu 🔥 les produits de beauté idem etc je pense que vous faites de votre mieux mais que certaines personnes doivent vous empêcher d’aller au bout de vos …… nous devons continuer donc à être nous même toujours vigilants et vous continuez c’est déjà mieux que rien 🤗🤔🤑🤥

      Répondre
    3. Dominique

      Souvent les gélules enveloppes de médicaments sont faites avec du dioxyde de titane…Je viens de la constater sur des gélules très classiques de potassium (diffu k) je suis perplexe!

      Répondre
  62. Alice Boissay

    Ps : Nom du médicament ; la titanoreïne

    Répondre
    1. Anonyme

      En lisant tout les commentaires il est vrai que l ont se posent beaucoup de questions quant à
      qualité du jugement sur des produits nocifs .Faut il continuer à faire confiance car beaucoup de doute s intalle?.

      Répondre
    2. Veronique

      Je comprends pas pourquoi il ai encore en vente vu qu in y a du titane surtout qu il noté excellent. Expliqué nous. Ont demandé tous la même chose

      Répondre
  63. Alice Boissay

    je m’inquiète de la présence de dioxyde de titane dans un médicament (suppositoire) censé calmer
    les crises hémorroïdaires. Cela met le produit en contact direct avec la muqueuse intestinale, anale.
    Que faut-il en penser ?

    Répondre
  64. Sebastien2eme

    Le dioxyde de titane va être interdit à la consommation à partir du 1er janvier 2020 en France.
    François de Rugy a signé l’arrêté suspendant la mise sur le marché des denrées contenant du dioxyde de titane. https://www.europeanscientist.com/fr/sante/la-france-va-interdire-le-dioxyde-de-titane-a-compter-de-2020/
    Maintenant, Madame, Monsieur Yuka, il faudrait mettre à jour votre application sans attendre. Le délai donné à l industrie pharmaceutique est uniquement fait pour écouler leurs stocks.
    N’attendons plus !

    Répondre
    1. Sylvia

      Suivons cela de près. Nous sommes en 2020. A mon sens, beaucoup de dégénérescences sont dûs aux excès de la chimie dans l’alimentation, les médicaments… il y a certes le terrain de chacun à prendre en compte. Que pouvons-nous faire tous ensemble ?
      Voyons déjà si ce que vous nous annoncez se réalise. Cette interdiction devra s’accompagner de mesures drastiques, pas d’amendes bidons. Il faut bien sûr un temps de transition

      Répondre
  65. MOUGARD

    Pour la plus grande partie des ses utilisations, le titane n’est donc pas recyclé. Il est dispersé dans la nature, dans l’eau de mer en particulier, sans qu’il soit possible de le récupérer ou de le traiter.

    Répondre
    1. remacle.lu@gmail.com

      Je suis très contente de vos informations sur les produits , vôtre site est génial et très instructif Merci

      Répondre
  66. Alias

    Dès le moment où ce produit est potentiellement cancérogène, il faut le considérer comme mauvais.

    Répondre
    1. IRAGO AGRA, MONTSE

      Estupenda aplicación. Gracias por llegar a España.

      Répondre
    2. Nassah

      Je suis tout à fait d’accord et je ne comprends pas que des produits soit classe bon où bien excellent avec ce poison, un poison reste un poison surtout qu’il ne sert à rien à part a donné une couleur blanche on marche vraiment sur la tête !!!!

      Répondre
  67. Marit Hodanger

    Bonjour,
    J’étais très étonnée que YUKA considère le dentifrice Zendium « excellent » malgré le dioxyde de titane qu’il contient! Et que vous qualifiez le risque « faible ». J’ai bien noté que le mot « nano » ne précédait pas « dioxyde de titane » mais vu as dangerosité ça laisse douter….

    Répondre
    1. parsy

      yuka ne prend pas non plus l huile de palme? J AI LAISSE ENTENDRE QUE YUKA TRAFICOTE AVEC CERTAINES GRANDES MARQUES info ou intox ca laisse perplexe l argent graisse pas mal de monde

      Répondre
      1. Anonyme

        Le huile de palme ne présente pas de danger sanitaire . C est un problème écologique et économique. Rien à voir avec l’analyse de Yuka.

    2. Dominique

      Il ne faut pas avaler le dentifrice, tout simplement, ce n’est pas fait pour, donc pas alimentaire…..

      Répondre
  68. Joly pascal

    Bonjour.
    Pour quelle raison Yuka mentionne le dioxyde de titane à risque faible , alors qu’il est répertorié cancérogène potentiel ? N’y a t’il pas une contradiction flagrante ?

    Répondre
    1. Rosam

      Me sumo a los comentarios que piden que Yuka otorgue únicamente la calificación de « excelente » a productos sin ningún riesgo.
      Leyendo los ingredientes de los productos pienso que las calificaciones no son correctas.

      Répondre
    2. Nassah

      Je suis tout à fait d’accord !

      Répondre
    3. Eric

      Parce que ça serait une attaque trop importante à Big Pharma et ce même si yuka ne peut pas s’autoriser à scanner les médicaments. C’est ce que je pense.

      1
      Répondre
  69. Anna FRANCOU-FRANGIAMONE

    Bonjour, je reste surprise malgré votre réponse de voir que vous préconisez le dentifrice Elmex et je vais désormais être plus attentive à vos indications, notamment pour mes enfants.

    Répondre
  70. Linon Françoise

    Bravo à Yuja de s’intéresser aussi aux produits cosmétiques. Merci pour cet article très éclairant et pour l’ensemble de ce que vous faites.

    Répondre
  71. Dentifrice

    Code 77891, dans le fluocaril dentifrice pour enfants ! que je n’achèterai plus,

    Répondre
  72. abc

    SAUMON PECHER DURABLEMENT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre
  73. Try

    Il serait bien qu’on puisse faire le contraire ( donner le nom du produit sans le scanner et de connaître sa composition)

    Répondre
  74. Les Laboratoires Phytodia

    Pour en savoir plus sur les techniques qui permettent de repérer les nanoparticules : http://phytodia.com/blog/nanoparticules/

    Répondre
  75. de Brabancer

    les médicaments scannés ( code barre) naturopathie ne donnent pas de résultats !!!!! Yuca marche qu’avec des produits alimentaires ?????

    Répondre
    1. Anonyme

      Non également cosmétiques

      Répondre
  76. mazuir

    y a t-il une pétition pour supprimer le dioxide de titane et surtout dans les médicaments ? Le comble est que je prends un anti cancer Anastrazole Sandoz 1 mg et il en contient dans la pélicule ainsi que dans Atorvastatine Sandoz 10mg (Tahor) anti cholesthérol que je prends aussi tous les jours.
    Merci de nous informer

    Répondre
  77. Anonyme

    le nutella tellement la vie, anti végétarien on aime la viande

    1
    Répondre
    1. jen

      lolll

      Répondre
    2. Hug

      Yuka n’est pas sérieux,noter exellent un produit avec du dioxyde de titane alors qu’il s’avère cancérigène….je vais regarder si une autre application est plus sérieuse…

      Répondre
      1. Rosam

        Si vous trouvez autre application plus serieuse, dite-nous svp.
        Merçi

  78. Amandine

    Bonjour,

    Merci de bien lire vos sources avant de publier de tels articles. Vous êtes une application très utilisée, il est très important de faire attention à ce que vous écrivez.
    Après avoir lu vos sources, il se trouve qu’aujourd’hui, le TiO2 n’est pas classé cancérigène. Une proposition a été faite pour le classer en « cancérigène supposé » classe 2 par inhalation. Il n’est donc pas classé pour le moment, et le risque cancérigène n’est pas avéré.

    Cordialement.

    Répondre
    1. Anonyme

      la flemme de lire

      Répondre
  79. Godfrey Spencer

    Je ne veux pas devenir obsédé, en même temps j’exige de rester informé. Merci d’y contribuer !

    Répondre
    1. Anonyme

      nul germain nulllll

      Répondre
  80. Fontan

    Les nano-particules (inférieures à 1/10 de micromètre) vont se fixer sur un support avec une force d’adhésion d’autant plus forte qu’elles sont petites en raison de forces à court rayon d’action. Dans l’air elles ont, sous forme nano, une très faible durée de vie. Leur pouvoir de pénétration dans les cellules est tès discutable.

    Répondre
  81. Sebastien DESVIGNES

    Pourquoi le dioxyde de titane contenu dans le dentifrice fluocaril bi-fluoré est-il seulement caractérisé comme « Risque faible » dans l’app Yuka si sa dangeurosité est (presque) avérée. Ne faut il pas appliquer le principe de précaution ?
    Sebastien

    1
    Répondre
    1. Delphine BUGEAT

      Bonjour, je suis assez d’accord avec Sébastien.

      1
      Répondre
      1. Anonyme

        fais toi un avis conasse

    2. Anonyme

      Bonjour Sébastien,
      C’est avec grande surprise que je découvre cela aujourd’hui également en ouvrant mon application Yuka, puisqu’il y a quelques mois encore le dioxyde de titane était caractérisé comme « risque élevé »

      Répondre
      1. Anonyme

        Bonjour ,

        Vous pouvez le signaler , ils répondent très rapidement et enlève s’il y a un pb

        Bonne soirée

      2. Dominique

        Le dentifrice ne se mange pas, c’est peut-être pour cela que le risque est limité ?! Ça me parait logique…Et moi je me lave les dents avec un savon de Marseille bio et 72%… sans additif et fait pour. contrairement à ce que l’on pense ça n’a rien de mauvais c’est juste une habitude et c’est surtout tellement plus efficace que le dentifrice ( produit de marketing)