Charcuteries nitrées : comment le lobby de la charcuterie industrielle tente de bâillonner Yuka

Depuis le début de l’année, les industriels de la charcuterie multiplient les attaques judiciaires contre Yuka. L’objet de la manoeuvre : étouffer les alertes scientifiques qui mettent en cause les additifs nitrés dans les produits de charcuterie, dont les effets sur les risques accrus de cancer sont dénoncés depuis plusieurs années par des scientifiques, et que Yuka note en rouge dans l’application relayant une pétition demandant leur interdiction avec foodwatch et La Ligue contre le Cancer.

La démarche de Yuka s’inscrit dans un véritable débat de santé publique, pour informer les consommateurs :
– d’une part sur les effets cancérogènes d’une consommation excessive des produits de charcuterie, dont la consommation hebdomadaire des ménages – notamment les moins aisés – dépasse les recommandations des autorités sanitaires
– d’autre part sur l’ajout de sels nitrités dans les charcuteries, qui jouent un rôle promoteur dans le développement de cancers colorectaux, favorisant la formation de composés nitrosés cancérogènes

De nombreux produits sans nitrite sont aujourd’hui commercialisés, sans augmentation des risques de botulisme, argument régulièrement mis en avant par certains industriels de la charcuterie pour s’opposer à l’interdiction des additifs nitrés.

Trois assignations en justice en six mois

Le 6 janvier 2021, Yuka recevait une première assignation en justice de la part de la FICT1 (Fédération française des industriels charcutiers traiteurs). Le 20 avril, c’était au tour de la société Le Mont de la Coste2 – qui commercialise les saucissons Auvernou – d’assigner Yuka, et enfin le 11 juin un huissier remettait à Yuka sa troisième assignation par A.B.C Industrie3, société distribuant la marque Noixfine.

Le lien entre ces trois assignations ? Les sociétés Le Mont de la Coste et A.B.C Industrie sont contrôlées par Antoine d’Espous, vice-président de la FICT. Pour Yuka, ces trois affaires constituent des « procédures-bâillons » dont l’objectif est d’épuiser Yuka moralement et financièrement, et de nous décourager à poursuivre nos alertes sur ce sujet majeur de santé publique. Ainsi, la somme des dommages et intérêts demandés par ces trois acteurs s’élevait à plus de 1,4 million d’euros. Un montant considérable en regard du bénéfice net réalisé par Yuka en 2020 qui se chiffrait à 18 034€. Yuka a été condamnée à verser 95 000 € sur l’ensemble des trois affaires et entend faire appel de ces décisions4.

Ces condamnations posent la question de la primauté des intérêts financiers des grands industriels sur la santé des consommateurs. Est-il normal que des informations relatives à la santé des consommateurs puissent être censurées à l’aune des intérêts commerciaux d’industriels ? Nous pensons que non. Face à des risques sanitaires soulignés aussi bien par des scientifiques que par une mission parlementaire, il s’agit de notre mission de lanceur d’alerte – en tant qu’acteur d’une alimentation plus saine et plus durable – garantie par le principe constitutionnel de la liberté d’expression la plus absolue en matière de santé publique. C’est aussi un droit pour chacun de nos utilisateurs de recevoir des informations, même lorsqu’elles dérangent les industriels, dès lors qu’elles reposent sur une base factuelle et sur des recherches scientifiques les plus récentes – comme nous l’avons toujours fait.

De nombreuses alertes scientifiques

La dangerosité des additifs nitrés employés dans les produits de charcuterie fait l’objet de nombreuses publications scientifiques. Ainsi, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a classé en 2010 les nitrites et nitrates ingérés comme cancérogènes probables (catégorie 2A)5. Puis, elle a classé en 2015 la charcuterie comme cancérogène avéré (catégorie 1)6.

Surtout, les additifs nitrés ajoutés dans la charcuterie participent de l’effet promoteur du cancer en réagissant dans l’organisme, notamment avec le fer héminique, favorisant ainsi la formation de composés cancérogènes. La récente revue de William Cowe de novembre 20197 souligne que, selon une majorité d’études scientifiques, la viande transformée contenant du nitrite est associée à un risque accru de cancer colorectal.

Le 14 janvier 2021, une mission parlementaire a remis à l’Assemblée nationale un rapport d’information8 indiquant sans équivoque les dangers des charcuteries nitrées et proposant leur interdiction dès 2023 pour les viandes non traitées thermiquement et à partir de 2025 pour l’ensemble des produits de charcuterie. Les conclusions de ce rapport indiquent ainsi que « Il est certain que les charcuteries sont cancérogènes et que les nitrites et nitrates ajoutés causent, ou à tout le moins, renforcent cette cancérogénicité ». Ce rapport est le fruit de plusieurs mois de travaux pendant lesquels 70 experts ont été auditionnés – scientifiques, industriels, société civile.

Aujourd’hui, bien que l’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments), estime dans son avis du 15 juin 20179 que les niveaux d’utilisations autorisés sont protecteurs, elle reconnaît néanmoins qu’il existe un risque, pour certains consommateurs et en particulier pour les enfants, d’être exposé à une DJA (dose journalière admissible) supérieure. Elle souligne ainsi les dangers associés aux sels nitrés : « le nitrite dans les aliments (et le nitrate converti en nitrite dans le corps) peut contribuer à la formation d’un groupe de composés connus sous le nom de nitrosamines, dont certains sont cancérigènes ».

Enfin, l’éminent scientifique et généticien Axel Kahn, qui a mené la lutte contre les nitrites aux côtés de Yuka jusqu’à sa mort, déclarait dans une vidéo du 20 novembre 2020 évoquant la pétition pour l’interdiction des nitrites « Nous sommes certains que cette action, parce qu’elle juste, parce qu’elle correspond aux exigences de la santé publique, aboutira sous peu à la sortie […] de l’utilisation mortifère néfaste des nitrates et nitrites. »

Une restriction forte à la liberté d’expression, contraire au principe de prévention

En plus des dommages et intérêts demandés, les décisions de justice imposent à Yuka de retirer de l’application le lien vers la pétition demandant l’interdiction des nitrites. Yuka a également dû supprimer dans sa description des nitrites l’avis de l’OMS classant les nitrites et les nitrates ingérés comme « cancérigènes probables ».

Au-delà de l’impact de cette condamnation sur l’enjeu de santé publique inhérent aux nitrites, ces décisions posent un vrai problème de liberté d’expression. Comment peut-on en arriver à ne plus pouvoir mentionner l’avis d’une organisation aussi reconnue que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) ? Comment est-il possible d’interdire de relayer une pétition signée par des milliers de citoyens ? Surtout, comment peut-on interdire de mentionner les risques pour la santé décrits dans des rapports parlementaires et qui font l’objet d’avis des scientifiques les plus respectés comme celui d’Axel Kahn ?

Ces procédures ont clairement pour but de bâillonner l’information et d’empêcher d’informer les consommateurs sur les substances problématiques que contiennent de nombreux produits.

Mais, face à ces enjeux, Yuka compte bien poursuivre le combat, en continuant de s’appuyer sur les travaux scientifiques les plus sérieux, et montrer que les lobbies industriels n’auront pas raison de notre mission d’information pour une alimentation saine et durable, quelles que soient les pressions que nous subissons. Nous avons toujours fait le choix d’informer de manière équilibrée sur la composition des produits notés par notre application avec les explications relayant les données scientifiques disponibles.

Le botulisme : un épouvantail agité pour effrayer les pouvoirs publics

L’un des principaux arguments de la FICT et des charcutiers : les nitrites seraient indispensables pour empêcher le développement du botulisme, une maladie grave et potentiellement fatale. Le nitrite est effectivement un biocide très puissant, utilisé historiquement comme conservateur pour éviter le développement de maladies comme le botulisme.

Cependant, le rapport parlementaire sur les sels nitrités publié en janvier 2021 a conclu que l’absence de nitrites ne conduirait nullement à une recrudescence du botulisme : « Il est parfaitement possible de produire une charcuterie de qualité sans nitrites, ni nitrates ajoutés et parfaitement sûre d’un point de vue bactériologique ».

C’est par ailleurs un véritable double-jeu que joue la FICT : cette dernière attaque Yuka en défendant l’intérêt sanitaire des nitrites, alors même qu’un nombre croissant d’industriels membres de la FICT (Herta, Fleury Michon, Aoste, Madrange…) commercialisent des produits sans nitrite ajouté. Ces marques mettent-elles en danger les citoyens en retirant les nitrites ? Non, bien évidemment : il n’existe aucun cas déclaré de botulisme dans les charcuteries industrielles sans nitrite.

Un projet de loi début 2022

L’objectif caché de toutes ces procédures est probablement aussi de bloquer le projet de loi10 pour « l’interdiction progressive des additifs nitrés dans les produits de charcuterie » porté par les députés Richard Ramos, Michèle Crouzet et Barbara Bessot-Ballot, et qui doit être débattu début 2022.

Alors que les charcuteries nitrées sont notées en rouge ou orange dans l’application depuis 2017 et que la pétition est en ligne depuis novembre 2019, pourquoi la FICT et les industriels ont-ils attendu 2020 pour assigner Yuka ? Est-ce réellement un hasard de calendrier si ces tentatives d’intimidation ont lieu au moment où les nitrites sont menacés d’interdiction par le législateur ? Le lobby de la charcuterie n’essaie-t-il pas à travers ces procédures de bloquer ce projet de loi ?

Et maintenant ?

Yuka va faire appel de ces trois condamnations : la suite de ce dossier sera donc jugée en Cour d’appel par des magistrats professionnels, en qui nous avons pleine confiance pour prendre la mesure des véritables enjeux de liberté d’expression sur un sujet majeur d’intérêt général et de santé publique lié aux charcuteries nitrées. Nous sommes convaincus que les juges sauront préserver le droit d’informer et faire passer la santé des consommateurs avant les intérêts financiers des industriels.

Yuka vient également de lancer une cagnotte de soutien afin de nous aider à payer les frais de défense importants engendrés par ces procédures : https://www.leetchi.com/c/soutien-yuka

Sources :

Cagnotte de soutien à Yuka

Chaque procédure sur les nitrites nous coûte plusieurs dizaines de milliers d'euros et met en difficulté Yuka dont le modèle économique reste fragile. C'est pourquoi, pour continuer le combat et poursuivre notre mission d'information, nous avons besoin de votre soutien.

Contribuer

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

699 commentaires

  1. Christophe

    Bonjour, continuez à vous battre, nous sommes avec vous et encore merci.

    Répondre
  2. Mathilde

    Bonjour, vous pouvez être fier de votre action ! Grace a vous, nous avons pu faire bouger les industriels ! Aujourd’hui ils font plus attention à la qualité des produits… Avec l’éco score nous pouvons poursuivre notre action ! Alors continuez et ne lâchez rien ! On est avec vous !

    Répondre
  3. Christian

    Bonjour je suis à 200% pour 100%, avec vous, bravo je vous soutiens, honte à ces industriels…lors de mes courses en magasin je ne manque pas une occasion pour inciter les clients à charger votre application depuis votre aggresion par ces industriels nauséabondes « . Courage

    Répondre
  4. Patrick

    Très intéressant à lire pour bien comprendre les enjeux. Bonne idée de citer les protagonistes. Cela me guidera dans mes achats …

    Répondre
  5. mathé

    Comment vous financez vous? des dons? votre action si efficace me laisse perplexe!

    Répondre
  6. Erik

    Bravo à vous de porter l’étendard de cette lutte contre la puissance industrielle, c’est David contre Goliath, il faut être courageux pour faire ce que vous faites. Je conseille la lecture du rapport parlementaire qui est très instructif. Un grand merci à vous, on vous soutient (j’en profite pour dire que je viens de recevoir votre livre, c’est une mine d’informations !)

    Répondre
  7. Guy

    Bonjour,
    Bravo Yuka ne lâchez rien. Nous avons déjà vu des combats difficiles et gagnés (exemple : Monsanto et son glyphosate).
    A suivre…

    Répondre
  8. Najat

    Un Milliard, de merci a Yuka.

    Répondre
  9. Najat

    Honte à vous les industriels, qui essayer de nous empoisonner avec votre charcuterie, que font les sénateurs, les ministères, et l’état pour nous défendre. a nous les citoyens de nous défendre nous même. Tous ensemble.

    Répondre
  10. Isabelle

    C’est vrai que le combat est inégal face aux industriels mais vous savez que vous avez raison, heureusement que Yuka existe ! Ça sera difficile mais il faut gagner dans un monde où on nous dit  » fumer tue » et on vend et taxe les cigarettes , idem pour l’alcool. Et la liberté de chacun ? Ok pas de problème, chacun est libre de ses choix. Si personne n’achetait de produits avec nitrites… Les industriels changeraient leur façon de produire…je rêve un peu mais on ne sais jamais.

    Répondre
  11. Rémy

    Le juridique est complexe et couteux. Il est indispensable que Yuka est les moyens de se défendre à ce niveau. Et même un petit soutien de chacun est suffisant pour donner à Yuka les moyens juridiques. Si les industriels espéraient entraver Yuka grâce à des moyens juridiques disproportionnés, et bien c’est raté. Les utilisateurs de Yuka sont nombreux à participer, et Yuka pourra donc les moyens juridiques à hauteur, il semble.

    Répondre
  12. Béatrice

    Bonjour,
    Jusqu’à ce que YUKA entre dans ma vie il y a quelques mois, 2 bibles m’accompagnaient : « 60 millions de consommateurs » et « que choisir ».
    YUKA est devenue ma 3ème.
    Merci pour votre travail, vos efforts, votre investissement, votre foi, vos informations éclairées et merci de faire de notre santé votre priorité. 👏

    2
    Répondre
  13. Abruti

    Abruti

    Répondre
  14. réponse

    Écrivez pour vous car je ne me sens pas du tout , et sans l’aide de Yuka.

    Répondre
  15. Tréveur

    Votre combat est important et nécessaire.

    Répondre
  16. Barbara

    La SANTÉ n’est elle pas la base d’une vie saine!! Voir nos enfants grandir sainement dans un monde plus proche que jamais de la nature, n’est ce pas une évidence, une nécessité pour bien vivre!
    Je ne comprends pas pourquoi les « grands » de l’agroalimentaire, les politiques ne se battent pas davantage pour tout simplement respecter notre Capital santé !!!
    Bravo à Yuka qui se bat pour nous rendre moins abrutis et surtout nous aide à préserver notre capital santé 🙏🙏

    Répondre
  17. Véronique

    Vous êtes formidables ! Merci pour votre implication.

    Répondre
  18. Nathalie

    Merci beaucoup et Bravo

    Répondre
  19. Serge

    C’est une honte ce que ces dirigeants de la charcuterie industrielle font , ce sont des complotistes contre notre santé pour seul but de s’enrichir. Merci et bravo Yuka. J’ai une petite retraite et je contribue également aux études de ma fille, mais je vais quand même vous soutenir par un petit don.

    Répondre
  20. PIERRE

    Merci de nous informer et de nous soutenir pour la défense de nos droits sur la santé et de nous permettre de nous exprimer sur le plan citoyen.

    Répondre
  21. Olivier

    Courage Yuka et merci pour tout ce que vous faites. Je ne gagne pas beaucoup d’argent mais si vous êtes condamnés en appel je puiserai dans mes maigres économies pour vous aider.
    Si vous êtes relaxés il faut que les lobbys paient vos frais de justice.

    1
    Répondre
  22. Ivane

    Moi je trouve ça scandaleux que les industriels continuent à faire comme ci de rien avait infecter leur chaîne de production si seulement on pourrais changer le système planétaire et notre monde
    prendrait un autre visage que ce luis de aujourd’hui. Moi je vous souhaite un très bon courage

    3
    Répondre
  23. Marc Michel

    Merci et bon courage de continuer j’aurais aimé être parmi les défenseur dès droit malheureusement ma retraite et de 714.00 par mois

    2
    Répondre
  24. Caroline

    Merci pour tout très très bon courage pour votre démarche

    1
    Répondre
  25. Claude

    Merci

    1
    Répondre
  26. Roland

    Je vous soutient totalement mais je ne peux vous soutenir financierement trop petite retraite

    1
    Répondre
  27. Liliane

    Bon courage, et merci pour votre démarche.

    1
    Répondre
  28. Jacques

    Yuka devrait être signalé comme d’utilité publique de la santé.
    Grâce à eux nous avons un moyen démocratique de nous défendre contre des sociétés industrielles dénuées de tout sens humanitaire (vive le profit au détriment de la santé) L’approche que propose Yuka est digne d’une documentation de survie devant ces millions de produits industriels. Il faut toujours se méfier des gens qui vous attaquent avec autant de violences cela veut dire qu’ils ont quelque chose à cacher…..

    2
    Répondre
  29. Damien

    Question de béotien : pourquoi les industriels tiennent-ils tant à continuer à utiliser les nitrites ? Est-ce seulement pour vendre plus cher les produits qui n’en n’utilisent pas ? Et ainsi créer artificiellement tout une gamme de produits ? Ou y a-t-il d’autres raisons moins marketing et plus objectives ? Comme par exemple une plus grande facilité pour produire du jambon avec nitrite que sans. D’où un différent de prix justifié si le client achète du sans nitrite.

    2
    Répondre
  30. Alain

    Merci pour votre travail et votre ténacité bien nécessaires face aux industriels qui préfèrent privilégier le profit au détriment de la santé des consommateurs

    1
    Répondre
  31. Regine

    Je soutiens Yuka vivement

    2
    Répondre
  32. Chantal

    Bien sûr que je soutiens Yuka … Vous prenez soin de ma santé alors comment ne pas participer à la cagnotte …
    Je suis de tout cœur 💓 avec vous et MerCiiiiii pour votre sérieux …
    Cordialement
    Mme. BAUDAUX

    2
    Répondre
  33. Mick

    J’ai dans mon frigidaire du jambon sans nitrite, moins 25 % de sel, et j’ai beau le tourner dans tous les sens, il est bien rose bonbon.

    Répondre
  34. Michèle

    Je suis en rémission ? d’un cancer de l’intestin grêle, ça n’arrive pas qu’aux autres… Je soutiens votre action. Je ne savez rien des nitrites jusqu’à ma maladie il y a 3 ans. C’est mon cancérologue qui m’a informée, la charcuterie m’est interdite. Et dire que l’on donne du jambon bien rose aux bébés !! Merci de nous informer, bravo pour votre courage.

    Répondre
  35. philippe

    Ici , l’exemple même du mépris des lobbyings face à la considération des plus essentielles : la santé de tous !
    et merci pour votre travail .

    Répondre
  36. unkown call

    Vous allez vous faire dézinguer …
    Votre arrogance et votre résultat financier vont vous mener à votre perte.
    Alors réfléchissez, votre disparition est couru d’avance

    10
    Répondre
    1. Anne

      Quelle commentaire anonyme ignoble et sans courage…..

      10
      Répondre
    2. Marc

      Qui se cache derrière unknown call et la lâcheté de son message anonyme qui sent bien fort l’arrogance qu’il dénonce ? Quand aux profits d’une petite entreprise qui veut et doit garder son indépendance financière pour être crédible, ils n’ont bien évidemment et hélas rien à voir avec ceux des industriels sans scrupules et leurs valets lobbyistes dont cette personne nauséabonde fait probablement partie.
      Bon courage à Yuka dans cette partie de bras de fer bien déséquilibrée mais qui, si “santé publique” a encore un sens pour la justice dans ce pays, est jouable.

      Répondre
  37. Josseline

    Je vous soutien fortement. Grâce a vous j’ai changé ma façon de faire mes c’est très important pour moi .je scanner tout continuer ne lâcher rien ..

    Répondre
  38. anonyme

    Si vous connaissez un pompier autour de vous, vous savez qu’il sauve des vies, mais lui, il est au premier plan pour développer un cancer.

    5
    Répondre
  39. Bernadette

    MERCI pour tout ce que vous faites.
    Continuez, nous avons besoin de vous !
    TROP DE MAL BOUFFE…

    2
    Répondre
  40. Pat

    Malgré une amniocentèse réussie, j’ai bien déchanté plus tard.
    GÈNES

    Répondre
  41. Pio

    Si nous déclenchons un cancer à cause de nos achats alimentaires, comment expliquer que dés le plus jeune âge, des enfants occupent des chambres dans les hôpitaux.

    2
    Répondre
    1. Jean

      C’est que tout simplement tous les cancers ne sont pas provoqués ou favorisés par nos habitudes alimentaires.
      Ce qui me semble plus étrange, c’est que des agriculteurs affirment que les engrais chimiques et pesticides, appelés pudiquement  » produits phytosanitaires  » ou « intrants », veulent que leurs cancers soient reconnus maladies professionnelles.

      Répondre
  42. Jacqueline

    Je suis d’accord avec vous…. La mal bouffe il faut dire…… Bravo, et ne rien lâcher….. Tout produits chimiques dans nos assiettes = CANSER 😰

    1
    Répondre
  43. Giuseppina

    Bravo pour votre combat,ne lâché rien il est impossible qu’on vous condamné pour avoir dit la vérité on vous soutien bonne chance

    1
    Répondre
  44. Alain

    Merci pour ce combat important et révoltant. Surtout ne lachez pas, vous allez gagner et les faire plier. Médiatisez au maximum. Bonne chance !!!

    1
    Répondre
  45. CONG CHAU

    Bravo pour votre action de Santé
    Publique , courageuse et utile . Je suis à
    vos côtés et serai heureux de participer à votre cagnotte .

    1
    Répondre
  46. armelle

    et pourtant ….votre mission est bien réelle et très utile pour faire pression sur les industriels qui nous vendent de la m….d’ailleurs certaines entreprises sont devenues beaucoup plus vertueuses depuis le début de votre action au vu du grand nombre d’utilisateurs que nous sommes et qui se fient à vos analyses.continuez le combat nous sommes à vos cotés.

    1
    Répondre
  47. Florence

    Un grand MERCI pour votre engagement si honorable !
    J’espère de tout cœur que vous arriverez à peser dans la balance face à ces industriels tout puissants.
    Très bonne idée cette cagnotte….

    5
    Répondre
1 2 3