MENU

Blog

Peut-on être végétarien et en bonne santé ?

Le régime végétarien séduit de plus en plus de monde : 4% des français seraient déjà végétariens. Mais, ce mode d’alimentation est en proie à des débats houleux entre ceux qui y voient l’alimentation du futur, et ceux qui au contraire le considèrent comme un régime dangereux conduisant à des carences et à une remise en question de nos traditions gastronomiques.

Il est tout d’abord nécessaire de bien comprendre ce qui se cache derrière ce terme. Une personne végétarienne ne consomme pas de chair animale. Elle ne mange donc pas de viande ni de poisson, mais elle peut consommer des oeufs ou encore des produits laitiers. Il faut distinguer le végétarisme du véganisme, qui lui exclut tout produit issu des animaux : il bannit donc les oeufs, les produits laitiers (yaourts, fromage, etc.) ou encore le miel. Cet article traite essentiellement du régime végétarien, et non pas du régime végétalien.

Alors, est-il possible de suivre une alimentation végétarienne et d’être en bonne santé ? Voici notre décryptage sur le sujet, réalisé avec l’aide du nutritionniste Anthony Berthou.

Il n’y a pas que la viande et le poisson qui contiennent des protéines !

C’est l’un des arguments qu’on entend le plus souvent : les végétariens auraient des carences en protéines, car les protéines se trouvent dans la viande et dans le poisson (voir notre article sur les protéines). Or, les végétariens peuvent consommer des oeufs et des produits laitiers comme des yaourts ou du fromage, qui sont de bonnes sources de protéines. Il existe par ailleurs de nombreuses sources de protéines végétales : soja, haricots rouges, pois chiches, lentilles, amandes, noix, noisettes, riz complet, quinoa…

Les protéines sont constituées d’acides aminés, qui sont en quelque sorte des “mini-protéines” qui jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement de notre organisme : elles ne servent pas uniquement à fabriquer du muscle, elles jouent aussi un rôle indispensable dans la défense de notre système immunitaire ou encore dans le fonctionnement de notre système nerveux. Certains acides aminés peuvent être fabriqués par notre organisme à partir de notre alimentation, mais d’autres doivent être apportés par l’alimentation car notre organisme ne sait pas les fabriquer : ce sont les 8 acides aminés essentiels (il en existe 9 chez l’enfant). La référence historique en termes d’acides aminés est l’oeuf : il contient l’ensemble des 8 acides aminés essentiels dans des proportions idéales.

Hormis l’oeuf, aucune protéine animale ni végétale ne possède à elle seule un apport optimal en acides aminés essentiels. Elles présentent toutes une teneur limitée en certains acides aminés essentiels : c’est la complémentarité de ces protéines qui permet d’assurer un apport en acides aminés essentiels dans les proportions idéales. Parmi les protéines végétales, les céréales présentent par exemple une teneur limitée en lysine, et les légumineuses manquent de méthionine.

Dans un régime végétarien, il est tout à fait possible de combiner les sources de protéines végétales afin d’assurer un apport optimal en acides aminés essentiels. Cette combinaison peut se faire en sein de la journée et pas nécessairement au sein du même repas. Ainsi, l’association de céréales et légumineuses permet généralement d’assurer un apport complet (exemple : semoule et pois chiche, riz et lentilles, maïs et haricots rouges, etc.).

Par ailleurs, la croyance populaire veut que le sportif consomme beaucoup de viande pour combler ses apports en protéines. Or, il est également tout à fait possible de concilier régime végétarien (voire végétalien/vegan) avec la pratique sportive. Pour en savoir plus sur ce sujet, vous pouvez consulter l’article d’Anthony Berthou Peut-on être végétarien ou vegan et sportif ?

Les végétariens, tous en carence de Fer et de vitamine B12 ?

Un autre argument en défaveur de l’alimentation végétarienne qui revient souvent concerne les carences en Fer, qui se trouverait principalement dans la viande. Or, il faut savoir qu’il existe deux types de fer :

  • le fer héminique : il est apporté par les produits d’origine animale (hormis l’oeuf), notamment par la viande rouge. Il est facilement absorbé par l’organisme. Cependant, il est nocif pour l’organisme en quantité élevée : l’excès de fer héminique conduit au développement des radicaux libres, qui sont en cause dans l’apparition de cancers.
  • le fer non héminique : il est principalement apporté par les végétaux et par les oeufs. Le défaut du fer non héminique est qu’il est moins bien assimilable que le fer héminique, c’est-à-dire qu’il est moins facilement absorbé par l’organisme. Parmi les végétaux les plus riches en fer non héminique, on trouve la spiruline, les légumineuses, le tofu, le quinoa, les noix, les raisins secs, les graines de sésame/tournesol, l’avocat.

L’idéal est de s’assurer un bon apport en fer non héminique tout en veillant à favoriser son assimilation. Pour cela, il est recommandé de :

  • favoriser l’apport de vitamine C qui augmente l’absorption du fer : on en trouve notamment dans les fruits et légumes crus comme le poivron, le brocoli, le kiwi ou encore les agrumes.
  • ne pas consommer de thé pendant et autour du repas car les tanins qu’il contient perturbent l’absorption du fer.
  • faire tremper les légumineuses au moins 12h avant de les cuire : cela permet de neutraliser l’acide phytique qu’elles contiennent et qui empêche la bonne assimilation du fer

Enfin, contrairement aux idées reçues, les végétariens qui consomment des oeufs et produits laitiers ne manquent pas non plus de vitamine B12. En effet, cette vitamine est abondante dans les produits d’origine animale : on la retrouve donc effectivement dans le viande ou le poisson, mais aussi dans les oeufs et les produits laitiers, qui peuvent être consommés dans le cadre d’un régime végétarien. En revanche, il est conseillé aux personnes qui ne consomment aucun produit d’origine animale (régime végétalien/végan) de réaliser une prise de sang et si besoin de prendre des compléments alimentaires ou des aliments enrichis en B12, comme la levure maltée et certains laits végétaux. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l’article d’Anthony Berthou sur la vitamine B12.

Le régime végétarien serait-il en fait LE régime santé par excellence ?

Une étude de 2013 de l’université d’Oxford montre que les végétariens ont en moyenne 32% de risques en moins d’être victimes de maladies cardio-vasculaires. En effet, le régime végétarien exclut la consommation de poissons et de viandes, qui sont des aliments naturellement riches en acide gras saturés et en oméga-6 (en particulier les viandes rouges et transformées), que nous consommons aujourd’hui en excès par rapport à nos besoins (voir notre article sur les graisses). Par ailleurs, il a été démontré que les risques de cancer du côlon et de cancer du sein augmentent largement avec une consommation quotidienne de viande et de charcuterie. La viande transformée (jambon, saucisses, steacks hachés, surimi, etc.) a même été classée comme “cancérigène” et la viande rouge comme “probablement cancérigène” par l’OMS (Organisation Mondiale pour la Santé) en 2015.

Chez les végétariens, la viande est remplacée par des légumes, légumineuses et céréales : des aliments pauvres en graisses et naturellement très riches en fibres. Or, notre consommation de fibres est souvent insuffisante. Pourtant, les fibres jouent un rôle essentiel afin de réguler notre glycémie (voir notre article sur les glucides) et d’éliminer certains éléments toxiques que nous ingérons comme les pesticides. Une alimentation végétarienne, riche en fibres et en antioxydants (présents en abondance dans les fruits et légumes) permet donc de prévenir les risques de maladies cardio-vasculaires et de cancers.

Pour autant, suivre une alimentation végétarienne ne suffit pas à être en bonne santé si elle est suivie n’importe comment. Une alimentation riche en céréales sucrées pour le petit-déjeuner, chips, sodas, pain de mie, ou encore produits transformés pleins d’additifs étiquetés “végétarien” ou “vegan” est loin d’être recommandable. L’alimentation végétarienne doit être suivie de manière équilibrée pour éviter les carences et favoriser des apports optimaux en nutriments. Ne vous laissez donc pas avoir par le marketing qui profite de l’attrait pour ce mode d’alimentation pour afficher “végétarien” ou “vegan” sur des produits qui n’ont dans tous les cas aucune raison de contenir des ingrédients d’origine animale.

Et si le régime végétarien pouvait sauver la planète ?

Selon la FAO (Food and Agriculture Organization), la consommation mondiale de protéines animales a doublé en moins de 50 ans et devrait encore augmenter de 70% pour nourrir l’ensemble de la population en 2050 si nos choix alimentaires n’évoluent pas. Cette hausse est essentiellement observée dans les pays développés et dans les pays en développement : la consommation de viande en Chine a par exemple été multipliée par 8 en moins de 40 ans. Par ailleurs, 40 % des céréales cultivées dans le monde sont destinées à alimenter le bétail.

Grâce aux organisations internationales et aux ONG, on sait aujourd’hui que l’élevage industriel fait partie des secteurs les plus destructeurs de la planète. C’est la production industrielle de viande en masse qui pose problème, car elle nécessite beaucoup d’espace (déforestation), de nourriture (pesticides, engrais antibiotiques), d’eau (épuisement des ressources) et de transports (CO2).

Par exemple, pour produire 1kg de viande bovine, il faut environ 15 500 litres d’eau, alors qu’1kg de soja ne demande que 1 800 litres d’eau.

Toujours selon le FAO, l’élevage des animaux nécessaires à l’alimentation est responsable de 15% des émissions totales de gaz à effet de serre, soit davantage que les transports. Les éructations des ruminants sont également responsables de 37 % des émissions de méthane. Or, le potentiel de réchauffement du méthane est 23 fois supérieur à celui du CO2. Le plus polluant est l’élevage des ruminants (notamment les bovins : boeufs, vaches, veaux) qui représente à lui seul 50% des émissions de méthane.

Selon un rapport des Nations Unies, la diminution de la production d’élevage est à considérer comme une des meilleures stratégies pour stopper le réchauffement climatique et la déforestation.

Pour en savoir plus sur le lien entre protéines animales et environnement, vous pouvez consulter l’article d’Anthony Berthou : http://www.sante-et-nutrition.com/proteines-animales-environnement/

Comment devenir végétarien quand on est accroc à la viande ?

Si sur le papier, on peut être convaincu, dans la pratique c’est souvent beaucoup moins simple et difficile à mettre au quotidien. C’est pourquoi est né assez récemment ce qu’on appelle le flexitarisme, ou semi-végétarisme, qui est une version plus flexible du régime végétarien. Un flexitarien consomme de la viande et du poisson mais de façon beaucoup plus occasionnelle et privilégie la qualité à la quantité. Le régime flexitarien permet de limiter voire d’exclure la viande transformée, qui est la plus problématique, et de favoriser les morceaux de viandes de qualité (élevage local, animaux élevés en plein air, pas d’utilisation d’OGM, etc.).

Quant au pescétarisme, il exclut la viande mais conserve les poissons et des fruits de mer. Il permet ainsi de bénéficier des bienfaits des poissons et autres produits de la mer riches en Oméga-3, des acides gras très bénéfiques que nous ne consommons pas suffisamment aujourd’hui.

Aujourd’hui, ces alternatives séduisent de plus en plus de français soucieux de leur santé et de l’environnement, mais pour qui le végétarisme est encore trop contraignant. Ces alternatives sont une bonne première étape pour évoluer vers une alimentation plus végétale. Car, réduire sa consommation de viande n’est aujourd’hui pas un simple effet de mode : il s’agit d’une véritable nécessité sanitaire et environnementale.

Sources

  • Diallo A, Deschasaux M, Latino-Martel P, Hercberg S, Galan P, Fassier P, Allès B, Guéraud F, Pierre FH, Touvier M. Red and processed meat intake and cancer risk: Results from the prospective NutriNet-Santé cohort study. Int J Cancer. 2018 Jan 15;142(2):230-237. doi: 10.1002/ijc.31046. Epub 2017 Oct 16. PubMed PMID: 28913916.
  • WHO, 2007, Protein and amino acid requirements in human nutrition: report of a joint FAO/WHO/UNU expert consultation, World Health Organisation, technical report series, no. 935
  • Springmann, M., Godfray, H. J. C., Rayner, M., Scarborough, P. (2016), Analysis and valuation of the health and climate change cobenefits of dietary change, PNAS, vol. 113 no. 15 4146–4151, doi: 10.1073/pnas.1523119113
  • Crowe FL, Appleby PN, Travis RC, Key TJ. Risk of hospitalization or death from ischemic heart disease among British vegetarians and nonvegetarians: results from the EPIC-Oxford cohort study. Am J Clin Nutr. 2013 Mar;97(3):597-603. doi: 10.3945/ajcn.112.044073. Epub 2013 Jan 30. PubMed PMID: 23364007.
  • Davey GK et al. EPIC-Oxford: lifestyle characteristics and nutrient intakes in a cohort of 33 883 meat-eaters and 31 546 non meat-eaters in the UK. Public Health Nutr. 2003 May;6(3):259-69.
  • OMS : https://www.who.int/features/qa/cancer-red-meat/fr/
  • The Water Foodprint Network : https://waterfootprint.org/en/water-footprint/product-water-footprint/water-footprint-crop-and-animal-products/

Pour aller plus loin

Découvrez le Programme Nutrition Yuka : 10 semaines pour acquérir les bases d’une alimentation saine avec 40 recettes et 1 nutritionniste qui répond à vos questions.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

667 commentaires

  1. Adrien

    merci pour cette article , je suis végétarien depuis 35 ans et aucune analyse de sang pratiqué une fois par an n’à détecté un manque de vitamine ou de fer , il faut juste équilibré les rations

  2. Nermin

    Merci
    Il ne faut pas perdre de vue toutes les viandes en quantité monstrueuse, non vendues et jetées. Tous ces animaux morts pour rien!

    1. Barnabé

      Bonjour,
      J’ai une de mes filles qui a 17 ans et qui depuis un an est devenue végétarienne. Je m’inquiète qu’ à son âge qu’elle ne mange plus de viande ni de poissons. Qu’en pensez-vous ??

      1. Laure

        Bonjour,
        J’ai 15 ans, je suis végétarienne et tout va bien pour moi. Ne vous inquiétez pas pour votre fille, un régime végétarien n’est en rien dangereux, il suffit d’équilibrer correctement son alimentation. Si vraiment vous avez des doutes quant à la manière dont elle gère son alimentation, vous pouvez l’emmener voir un nutritionniste qui vous rassurera et vous fournira les renseignements nécessaires.

  3. serpin

    Merci YUKA

  4. VIC

    Ce qui est important aussi dans le fait d’être végétarien est de supprimer les horreurs des abattoirs et du transport des animaux vivants . Pensons également aux poissons qui une fois sortis de l’eau agonisent ….! Par ailleurs , tout ce qui tourne autour de la production de lait ( vache , chèvre , brebis, buffle …) implique hélas le sacrifice des petits ( mâles surtout ). Enfin , n’oublions pas les poules pondeuses en fin de carrière , en espérant qu’auparavant qu’ elles ont pu évoluer en plein air et suffisamment d’espace .

  5. Sauvage

    Je veux bien le programme nutrition
    Merci

  6. Anonyme

    on stoppe ou pas la viande!!!! la réduire? est hypocrite!

  7. Bonotto sylvie

    Réduction de la consolation de viande =réduction de la maltraitance animale…

  8. Patrick

    Yuka evolue,je l’ai déjà dit, les meilleurs sont de la naturopathie, non des nutritionniste, Novak Djokovic et Lewis Hamilton sont vegan, et des adeptes de la musculation sont vegan et en bonne santé

  9. Aznag

    Article très bien fait, ayant des bases de nutrition je le trouve très clair et pédagogue..ce qui n’est pas toujours évident.
    Bravo!
    Une végé convaincue et en bonne santé!

  10. Sophie

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour cet article, très informatif sur les nombreux bienfaits du végétarisme.
    Moi-même flexitarienne depuis 3 ans, et sur la voie du végétarisme, je suis convaincue qu’un petit effort collectif sur la réduction de la consommation de viande mènerait à de grands pas pour l’environnement !! Chacun son rythme dans le changement, mais ce qui compte, c’est une transition alimentaire durable, et réduire sa consommation de viande un peu, c’est top 🙂
    Dans la continuité de cet article, j’aurais bien aimé avoir des conseils pour devenir végétarien sans trop de contraintes ! Personnellement, j’utilise l’app Vegg’up (allez voir leur site c’est vraiment top ! https://veggup.com/) pour m’aider et avoir des idées de recette et réussir à passer le cap une bonne fois pour toute.

    Dans tous les cas, je suis vraiment contente d’apporter ma contribution dans un engagement plus large vers une alimentation plus saine et plus respectueuse de l’environnement !

  11. Gilles NASSY

    Attention à ne pas reprendre sans réfléchir les informations qui circulent sur le net. Les 15000 litres d’eau pour 1 Kg de viande sont imposture. Premièrement, dans le calcul l’eau de pluie qui tombe dans les prairie est considérée comme consommée par les animaux!!! Deuxièmement l’eau ne disparaît pas. Elle est intégrée dans un cycle: le cycle de l’eau; elle est assimilée puis retourne dans le milieu naturel. Faites consommer des fruits et légumes pour leurs qualités mais de grâce éviter les arguments négatifs concernant les viandes et produits animaux. L’alimentation doit être équilibrée avec des produits animaux et végétaux.

  12. Titi

    Dommage, vous utilisez des chiffres et images sans apporter d’explications complètes ce qui permet une interprétation biaisée des informations.
    Le plus bel exemple est ce fameux chiffre de 15 500 litres d’eau pour 1kg de boeuf. Il faudrait peut être détailler que derrière ce chiffre se trouve plusieurs choses : l’eau que le bovin boit, l’eau pour abattoir et enfin (la plus grosse partie) l’eau pour les grains et fourrages.
    Et pour terminer je citerai un article de la RTBF (lien : https://www.rtbf.be/info/societe/detail_combien-de-litres-d-eau-faut-il-pour-produire-un-kilo-de-viande-de-boeuf?id=9541099 ) :

    « Tout dépend donc de quoi on parle : de l’eau bue par le bovin, ou bien de l’eau nécessaire tout au long son parcours, alimentation comprise. Et bon à rappeler, en Wallonie, l’alimentation des bovins est loin d’être la même que dans les élevages intensifs américains, brésiliens ou flamand. Comme le soulignait d’ailleurs Stéphane Delogne, le bétail wallon se nourrit beaucoup en prairie (48%), boit souvent de l’eau des rivières. Une toute autre situation, vu que les prairies « avalent » du CO2 pour restituer de l’oxygène et qu’on économise en empreinte CO2 provenant du transport de la nourriture (maïs, soja). »

    Donc c’est bien beau, mais encore une fois, on essaie de nous faire avaler n’importe quoi avec des chiffres sortis de leur contexte. Ce qui nous aiderait réellement c’est de stopper la surconsommation, quelque soit le domaine.

  13. Alicia

    Vous devriez aussi indiquer, que pour l’équivalent de 100 gr de viande : le nombre de calories , et aussi l’équivalent végétarien (de 300 gr de lentilles, par ex,) en calories… ( 2 fois plus…). ET signaler que pour obtenir 50 à 60 gr de protéines par jour en légumes, céréales, lentilles et assimilés, oléagineux, etc…: cela induit une plus grande quantité de calories = Donc, attention à la prise de poids !…

  14. Alicia

    Au Paragraphe : Equivalence en Quantité de Protéines : Pour 100 gr de Boeuf = 20 gr de protéines , vous indiquez, pour obtenir l’équivalence d’autres sources . Pas évident de consommer, à la place d’un petit steak de 100 gr = 250 gr de Tofu (2,5 steaks de soja) ou bien, 300 gr de Lentilles cuites (lourd à digérer !). 80 gr d’amandes (environ 60 amandes !) ou 4 Oeufs (ou plutôt 3 moyens).
    Vous pourriez aussi indiquer la Qté journalière recommandée , soit 50 à 60 gr par jour…

  15. viva la vie

    J’ai surtout l’impression de lire, du prosélytisme anti viande! L’article fait mention de l’élevage d’ animaux et des émissions totales à effet de serre, soit davantage que les transports ? Vous avez sans doute oublié, les bateaux et les avions très polluants, ainsi que les centrales nucléaires qui rejettent de l’acide tritium dans l’eau et dans l’air ( voir le site de Greenpeace ) bien plus à mon avis que les élevages d’ animaux. De façon objective , les anciens, agriculteurs et concitoyens en général vivent très vieux et sans cancer en ayant mangés de la viande ! tandis qu’aujourd’hui malheureusement je vois énormément de personnes qui n’atteignent pas 60 ans , atteints de cancer et de plus en plus… Nous avons réussi à nous débarrasser des religions , que nous avons remplacer par le Véganisme.
    La bonne alimentation c’ est de manger de tout avec modération, se faire plaisir, de préférence sans les pesticides et OGM et autres antibio etc…

    1. Rydi

      Votre commentaire est tout à fait confus car vous mélanger plusieurs choses. « De façon objective » ne veut déjà rien dire, l’objectivité si elle est un but à atteindre, n’existe pas et vos préjugés sur l’état de santé des « anciens » ne se basent que sur des croyances. De plus, quel lien de corrélation essayez vous de produire ? Les anciens vivaient plus longtemps, aujourd’hui non, faute à quoi ? En quoi réduire la viande influe ce phénomène ? Vous mélangez les problèmes de santé lié à l’agriculture industrielle et l’alimentation animal. Vous parlez ensuite de religion et de véganisme … c’est hors de propos car ici on parle de végétarisme. « La bonne alimentation c’est de manger de tout avec modération ». Incontestablement il y a du vrai là dedans, mais vous prenez alors le problème par l’UNIQUE prisme de la santé humaine. QUID de l’impact de l’alimentation animale sur l’environnement ? De l’éthique ? Rien ? Avez-vous réellement lu l’article avec « objectivité » ou l’avez vous lu avec vos préjugés ? Je connais hélas la réponse …

    2. verpin

      La comparaison entre entre les transports et l’élevage est tendancieuse, parce que les deux chiffres viennent de deux organismes différentes( le Giec et la FAO) qui utilisent des méthodologies différentes.
      PAr contre pour ce qui est des centrales nucléaires, là vous vous trompez: elles ne contribuent absolument à l’effet de serre(elles sont parmi les plus faibles émetteurs par KWh produit selon le GIEC) et quant au tritium, c’est un isotope de l’hydrogène et non un acide, et cela ne contribue nullement au réchauffement climatique.
      Quant à la longévité, elle n’a jamais été aussi longue.

  16. Végénonyme

    Merci pour cet article objectif, chacun fera son tri selon ses attentes … et on s’en fout totalement des commentaires négatifs, voir agressifs, des uns et des autres ! les redresseurs de tort pullulent sur tous les réseaux, un mode d’existence je pense, ou une allergie au mot végétarisme, je ne sais pas … bref il ne faut surtout pas leur répondre et rester dans la voie qui nous semble la bonne :-).

  17. Anonyme

    Article très pédagogique et très intéressant, merci.
    Juste une remarque sur la consommation de poisson : aujourd’hui il devient très difficile de consommer du poisson de façon responsable et rassurante pour sa santé, avec à la fois les problèmes de surpêche, et la phénoménale pollution des océans qui se retrouve dans les poissons. Attention aussi aux poissons d’élevage qui peuvent être gavés d’insecticides/pesticides.

  18. NUGUE

    Beau travail pédagogique.
    La consommation systématique de viande rouge contribue au déséquilibre climatique.
    Rageant de constater que 4% seulement des Français sont sensibles à cet argument

  19. Talia L

    merci pour votre super article et votre super appli

  20. Legris

    Bonjour,
    Je souhaiterais savoir si votre programme peux être adapté en régime amaigrissant et s il peut-être être personnalisé.

  21. Christian

    Excellent article .Continuez à nous intéresser ……Bon vent !

  22. Agnes Roy

    bonjour, vous ecrivez que l association cereales legumineuses amenerait generalement un apport d acides amines complet or d apres votre tableau au dessus ceux ci ne couvrent pas l apport de leucine et threonine..necessité donc de completer avec oeuf soja ou fromage.. est ce que je me trompe?

  23. Juchereau yveline

    Toujours autant de plaisir à vous lire pour vos articles bien documentés et leurs thèmes très actuels.

  24. Gatti simone

    Bravo pour vos dossiers qui sont toujours très complets, argumentés et très pédagogiques.
    Merci beaucoup je vous suis très reconnaissante pour ce que vous faites
    Cordialement.
    Simone

  25. YvesM

    Bien complet et clair. Dans votre tableau, il apparaît que marier céréales et légumineuses ne suffit pas à apporter les 8 acides aminés essentiels, et que l’apport de fromage permet de combler toutes les lacunes. Mais le fromage pose d’autres problèmes inflammatoires, surtout de vache : ça se complique !
    Je préfère donc le flexitarisme au végétalisme : plus facile, surtout quand on privilégie les oeufs par rapport à la viande carnée.

  26. Fanny

    Très bon article, clair et efficace. Mais il me semble que les tous fruits et légumes contenant du fer ne peuvent pas forcément s’associer ou être associer à d’autres aliments au risque de perdre l’apport de fer de départ. Un petit tableau complémentaire aurait été le bienvenu.

  27. Margaux

    Cet article est vraiment très bien fait et explique tout de façon totalement compréhensible ce qui consiste bien à expliquer au plus grand nombre à quoi correspond exactement « être végétarien ».

  28. Chanyr

    Le problème, c’est le manque de temps. Beaucoup plus facile et rapide de griller un steack que de cuisiner des légumineuses et des légumes chaque jour.
    Alors on fait quoi ?

    1. Anonyme

      Il y a plain d’alternative à la viande grillée. Et tout aussi rapide à faire. On peut se faire un plat de pâtes à la sauce tomate, ouvrir une boite de lentilles, les rincer et les consommer froides en salades avec une bonne vinaigrette maison et quelques oignons rouges émincés dedans, accompagnées d’oeufs durs (qui cuisent en moins de 10 min dans l’eau bouillante, vous avez bien 10 min avant le repas ^^) on complète avec un morceau de pain et du fromage et un fruit. Pas besoin de se gaver de viandes (souvent de piètre qualité et même pas bon marché) c’est pas évident mais apparemment on ne va pas avoir le choix 😉

  29. Anonyme

    y a du travail dans l’article, cependant plus proche des nutritionnistes proche des lobbys pharmaceutiques, que de la naturopathie qui est plus global, on parle d’un champion actuel qui s’appelle Novak Djokovic,végétalien, Lewis Hamilton devenu Vegan, des chinois au 19 et 20 e siècle sont devenus centenaires, avec ce que vous appelez des carences, le corps humain est plus intelligent qu’on le croit, même dans les années 60, rare sont ceux qui mangeait de la viande tous les jours, en Chine c’était pareil mais cela a bien changé, la viande est à tous les repas, on a besoin de 8h pour digérer un steak, inadapté pour l’intestin humain, se nourrir 3 a 4 fois par jours alors que nous sommes sédentaires est pas encore un bon exemple pour faire nourrir la planète ,

  30. Veronique

    bel article

  31. PetiteManchotte

    J’ai trouvé intéressant le tableau sur les acides aminés dans les différents aliments, de même que sur les sources de fer et de vitamines.
    Par contre, l’argument que le régime végétarien permettra de nourrir tout le monde suite à l’accroissement de la population, c’est du délire…
    Tant que personne ne fera d’effort sur la question de la surpopulation, changer les manières de s’alimenter ne fait que repousser l’échéance.

  32. MATTA

    Les végétariens ont le teint pâle les yeux noirs et creusés
    malgré tous les balivernes que l’on trouve ils ont l’air de gens malades.
    Tiens d’ailleurs il y a des risque de contracter un cancer

    1. Sacha

      Les omnivores ont le teint rougeaud et sont gras de partout et les veines dilatées…

  33. Viviane Thérasse

    Végétarienne je suis et fière de l’être !
    Je partage sur Facebook et j’envoie à ma famille.
    Bel article, merci.

  34. Anonyme

    Article très enrichissant.

  35. Thierry BELMON

    Quelques petits points à préciser:
    La viande animale n’est pas toxique pour l’homme, c’est l’alimentation industrielle des animaux (comme les farines animales pour les bovins ou l’ensilage de maïs) qui développe des protéines qui se révèlent toxiques. Mais les industriels s’en moquent.
    Les protéines, et plus particulièrement les micro, végétales sont moins assimilable par l’homme que les animales.
    Si tout le monde était végan il faudrait 5 (CINQ) planètes Terre pour nourrir la population.
    Les céréaliers industriels tuent 3 à 8 fois plus d’animaux que les éleveurs responsables. Et ces animaux plus petits sont indispensable à l’équilibre de la nature.
    Donc si vous élevez des bovins, ovins, gallinacés ou autre en respectant la nature; nourriture à base d’herbe, de fourrage voire des graines de lin ou autre, par exemple, vous n’aurez aucun problème.

  36. Anonyme

    Merci pour ces articles clairs, complets et bien écrits

  37. dubot

    merci,j’ignorais beaucoup de choses

  38. SolèneT

    Vous faites, comme beaucoup, la confusion entre végétalisme et véganisme. Le végétalisme concerne l’alimentation, le véganisme un mode de vie plus large qui se préoccupe de la provenance des aliments (dont la production ne doit pas avoir exploité l’animal, par exemple la truffe cherchée par des chiens est exclue) comme des autres sphères de la vie : habillement, cosmétiques, etc.

  39. Daniel

    Merci pour cet article intéressant qui, même s’il loue le végétarisme, ne cherche pas trop à culpabiliser les bons vivants. S’il parait nécessaire d’alerter sur le danger de la malbouffe et d’éduquer pour une meilleure alimentation, il faut aussi laisser à chacun sa liberté de choisir le contenu de son assiette. Surtout que le soja (par exemple) c’est bien mais avec des pesticides et des OGM beaucoup moins. Il me parait plus important d’appuyer sur la transparence des origines des produits et leur modes de culture, d’élevage, de transport …. Et n’oublions surtout pas l’essentiel : le plaisir de manger ! … sinon on va bientôt nous servir des pilules de légumineuses comme plat de résistance …..

    1. Anonyme

      C’est vrai que la transparence et les dangers de la mal bouffe sont des sujets importants, mais attention aux idées reçues:
      Le soja acheté en France est forcément sans OGM car ils sont interdits. Celui importé massivement du Brésil pour nourrir le bétail par contre…
      Le plaisir de manger est toujours au rendez-vous si on le veut, qu’on soit omnivore, végétarien ou végétalien.
      Et même s’il est vrai que chacun doit être libre du contenu de son assiette, je pense aussi que chacun devrait aussi prendre le temps de réfléchir à ce contenu de manière objective et agir en conséquences (par exemple, je ne pense pas que quiconque soit d’accord avec le fait de castrer un porc à vif et le laisser toute sa vie dans une cage avant de le tuer et de le transformer en produits cancérigènes, pourtant tout le monde mange des kilos de ces produits, car pas renseignés, ou dans le déni, prisonnier de la publicité et des traditions).

      1. Anonyme

        Bonjour,
        Quitte à corriger le faux, autant le faire jusqu’au bout.
        Vous dites que le soja OGM est interdit en France. C’est faux (ou alors c’est un raccourci). Plusieurs OGM sont autorisés dans les denrées alimentaires (notamment certains sojas, maïs et colza GM).
        Ce qui est interdit en France est uniquement la culture d’OGM !

        Si vous achetez un produit à base de soja français vous êtes effectivement à peu près certain de ne pas manger d’OGM. Mais sur un produit transformé rien n’impose d’indiquer l’origine des matières premières…
        Si le produit contient des OGM (plus de 0,9%), ça doit être indiqué dans la liste des ingrédients.
        À noter que la tolérance de 0,9% est identique pour le bio et le conventionnel ! (Sauf quelques labels privés comme Déméter ou Nature et Progrès).

        C’est tout de même à relativiser car la plupart du soja GM, dont la grande majorité est résistante au glyphosate, sert principalement à nourrir le bétail.

    2. Pascale

      Le soja est également un perturbateur endocrinien en consommation trop importante! Et on en retrouve dans les produits cuisinés à bases de viande!

  40. Daniel

    J’ai bientôt 65 ans, pas de diabète, pas de cholestérol, je fais du sport régulièrement et je peux encore rivaliser avec de plus jeunes. Je pense que j’ai de la chance, la chance d’avoir un bon métabolisme qui me permet de manger de tout. J’aime la viande (rouge quand c’est du bœuf), mais surtout j’essaye au maximum de varier mon alimentation (sans faire de calcul compliqué sur le dosage de lipides, de glucides, etc ..). Ceux qui sentent qu’un régime végétarien leur convient qu’ils continuent, idem pour les vegans. Que les mangeurs de v iande, comme moi, mangent de la viande en quantité raisonnable (Quand j’étais gamin c’était une fois par semaine et une fois du poisson, le lapin polenta le dimanche, que des produits locaux), qu’on gaspille moins, tout çà devrait conduire à un rééquilibrage de la production agricole pour mieux nourrir la planète (et moins la pourrir)

  41. Végéta

    J’ai détécté un… accroc dans votre article. On dit « accro » à la viande (ce que je ne suis pas) 😉

  42. Francesca

    Mais le soja favorise le cancer du sein!

    1. Anonyme

      Cette affirmation est à nuancer. Certaines études tendent à montrer au contraire qu’une consommation régulière mais modérée de soja limite la récidive de certains cancers du sein.
      Voir par exemple https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=soya_nu

  43. labastie

    BRAVO YUKA!!!

  44. Guillaume

    Erreur ? « Selon la FAO (Food and Agriculture Organization), la consommation mondiale de protéines animales a doublé en moins de 50 ans »
    1) je ne retrouve pas la source
    2) la population mondiale a plus que doublé en 50 ans. Comme en parallèle on mange (je crois ?) beaucoup plus de viande, je suis surpris que ce doublement ait eu lieu sur 50 ans, et pas sur… 30 ? 20 ?

  45. NICOLAS

    comme d’habitude il s’agit d’un article de fond, mais pas trop, d’une grande facilité de compréhension, de la bonne pédagogie qu’il faudrait inscrire dans les programmes scolaires dès la maternelle…

  46. Anonyme

    Et toi tu pollues sûrement pas…!!! Tu vis ds le noir ,circule sans voiture. …et peut être que tu manges tes déchets 😠😠😠

    1. anoyme plus

      Non, je m’approvisionne en énergie renouvelable (énercoop), je suis zéro déchet, j’utilise, le train/covoiturage/vélo, j’achète de l’occasion plutôt que du neuf quand c’est possible, l’agent qui ne v pas dans la viande/poisson me permet de manger bio etc.

      1. Anonyme

        Zéro déchets. ..laisse moi rire

  47. Françoise Bisson

    Document clair concis mais complet. Une vraie référence de base. Merci

  48. ChristL

    Merci pour votre application dont je suis fan pour les produits de consommation et depuis peu, les produits cosmétiques. MERCI pour ces articles, nous devons changer notre mode de vie après à chacun de nous de trouver celui qui nous convient.

  49. Erika

    Très bon article ! Merci Yuka ! 👏🤗

  50. Du Toit

    Please make this available for visitors from other countries who use other Apple App stores.

  51. René

    Très instructif . Nous ferons plus attention a ce que nous mangeons chaque jour .
    Merci YUKA .

  52. Éleveur de l'Ouest

    Laissez chacun manger ce qui lui plaît !! Qui entretiendra la campagne si vous ne voulez plus d éleveurs et d’agriculteurs, plus d’animaux …. les ronces envahiront le paysage, adieu les beaux panoramas de nos blocages français

    1. Anonyme

      👍👍👍👍👍

    2. consommateur du centre

      Eleveur de l’ouest ,Laissez chacun manger ce qui lui plait…C’est justement le cas… Arrêtez de tout polluer, d’arracher les haies, d’élever des animaux en batteries… Faites du maraichage en permaculture bio..

      1. Anonyme

        Et toi tu pollues sûrement pas…!!! Tu vis ds le noir ,circule sans voiture. …et peut être que tu manges tes déchets 😠😠😠

    3. G.EA

      Ben les champs, pour moi, c’est nettement moins joli que la forêt – ou même les ronces. Ne parlons pas des hangars où sont parqués les animaux…

      1. Solange

        Il ne s’agit pas uniquement de la beauté des paysages (qui est très subjective) mais également de la diversité des milieux. Celle ci permet un bon équilibre écologique et les milieux dits ouverts comme les prairies grâce à l’agriculture sont nécessaires à ce bon équilibre et à de nombreuses espèces végétales et animales. Bien sûr il existe différentes agricultures mais de nombreux critères sont à prendre en compte pour comprendre les choix des agriculteurs. Il en existe beaucoup qui ont déjà évolué dans leurs pratiques et d’autres qui sont en pleine reflexion.

  53. F.Cipriano

    Super article. Simple et efficace !
    En revanche il y a une coquille au niveau du schéma des 8 acides aminés. Vous notez « les légumineuses manquent de méthionine » alors que dans le schéma la case est cochée.

  54. CARINE FREYMANN

    Bravo pour ces informations très utiles, je suis moi même semi-végétarienne, je consomme occasionnellement voire rarement de la viande ou du poisson et uniquement si je connais l’origine de l’animal. Depuis Je me porte beaucoup mieux physiquement et mentalement.

  55. Chaldovise

    Bien compris les différentes formes de végétarisme

  56. Laurence PIACONTINO

    Un grand merci pour ces précieuses info.
    Je vais m’appuyer sur ces conseils pour la préparation de mes menus.Mon éducation et le courant ambiant veut qu’une alimentation saine passe obligatoirement par la consommation de viande et poisson.
    Or, votre article met en évidence que nous pouvons conjuguer notre alimentation sans chair animale, et qu’il est bien plus pertinent de nous focaliser sur la nuisance des produits alimentaires transformés et industrialisés.
    Un grand merci pour tous ces éclairages.

  57. christophe Dauce

    Depuis que je pratique sans le savoir le flexarisme, j’ai retrouve un bilan sanguin excellent…fini le mauvais cholestérol et en plus une forme d’enfer (pratique musculation, natation, marche, course).
    A bientôt 50 ans, je me rends désormais compte que les médias sont un outil de propagande des firmes alimentaires agro-industrielles. Alors, il nous revient de sauver notre planète ! C’est urgent…

  58. carlier xavier

    Très très intéressant . Encore une bonne chose qui montre que les « on dit » dise bien de bêtises.
    Merci a vous tous merci YUKA

  59. Romain berthet

    Super très interessant
    Fourni en détail pour ce faire une idée complète sur le sujet.
    Je ne deviendrai pas végétarien malgré tout, mais ferai attention à l avenir à manger mieux et moins de viande.
    Merci à vous

  60. Herscovici

    VégétaLienne depuis 10ans ( je n’etais QUE végétarienne auparavant), âgée de 67 ans , végane militante , et … en parfaite santé , je ne pensais pas lire votre article. Je l’ai fait cependant. Utilile, je pense. Donc bravo ! Un rappel amer toutefois : les mangeurs d’animaux, quoi qu’ils disent , n’ont pas grand chose à faire des arguments RATIONNELS. Ce qui importe pour eux : le GOÛT de la viande , et leur sacro -saintes HABITUDES. D’o la dureté de notre combat.

    1. Anonyme

      Chacun mange ce qu il veut…arrete de juger et critiquer ceux qui mange de la viande. ..je te dis pas que tu es abruties d être vegetarienne. ..donc arrete ce discour mal sain….

      1. Fonzy

        L’agressivité du parfait connard !

    2. Yann

      Libre arbitre tu connais.

    3. Anonyme

      On vous laisse manger vos legumes,laisser les autres manger ce qu ils desirent.
      La planete sera en paix.
      Stop à l intègrisme.

      1. Chane

        Je remarque que les propos désobligeants viennent presque toujours de personnes anonymes !!!!!

      2. Gérard

        Dans le baromètre des idiots je pense que tu es au sommet. L’article est consu pour informer et non pas pour être critiqué.

  61. COACOLO Christine

    bonjour,
    Votre article est très intéressant mais il est dommage de ne pas pouvoir imprimer vos tableaux comparatifs pour pouvoir les agrandir et en faire une base de menus par exemple.
    merci pour tous ces renseignements.
    Depuis que j’ai eu connaissance de votre application, je m’en sers régulièrement pour faire mes courses.
    J’attends avec impatience l’analyse des cosmétiques.
    Cordialement.
    Christine Coacolo

  62. Bourillon

    Ne plus manger de cadavres.
    Prendre conscience des conditions d élevage et de mise à mort

  63. Ben

    Merci Julie pour cet excellent article !

  64. Benedicte

    La vertu se tient dans le juste milieu, disait Aristote.
    Oui, consommer trop de viande est nuisible pour la planète comme pour notre santé.
    Faut-il pour autant s’en priver totalement ? Je ne le crois pas, ni pour notre santé, ni pour notre planète qui peut supporter une consommation modérée. Sans parler du plaisir, une vie sans plaisir est une vie bien triste.
    Alors oui au flexitarisme du juste milieu.

    1. Herscovici

      Aristote ne peut pas être mis «  à toutes les sauces « . Mauvais jeu de mots en l’occurrence. Le flexitarisme est une tiédeur, une forme de neutralité et de refus de s’engager contre la barbarie du meurtre des animaux . Et croyez moi vous aurez autant et PLUS de plaisir en ne participant plus au massacre de milliards d’anImaux .

      1. AntiK

        Ah une militante. Comme tous les intégristes vous ne valez rien.

  65. josiane Voisin

    Article très intéressant , clair, précis,facile à lire, je me posais beaucoup de questions, j ai mes réponses.
    Je ne suis pas végétarienne, mais je pense évoluer petit à petit vers ce régime, en éliminant petit à petit la viande donc en allant vers le « flexitarisme » dans un premier temps.
    Merci beaucoup Julie d’avoir « éclairé ma lanterne ». A bientôt de vous lire.

  66. Bridget

    Bonjour, très bon article, merci. Une question me taraude : qu’en est-il du débat sur l’ incompatibilité du régime végétarien vs certains groupes sanguins ? Si je me fie à mon médecin, le régime végétarien m’est déconseillé, ( hélas :(), mais c’est une réalité, tests sanguins à l’appui… Quelqu’un a des éléments sur le sujet ? merci

    1. Herscovici

      Bonjour Bridget ! Âgée de 67 ans , végéta Lienne ( RIEN dans mon assiette qui vienne d’un animal qu’on aurait «  produit «  et tué pour moi ), je me porte à merveille, et vous invite vivement à chercher à vous renseigner plutôt auprès du docteur Jerome Bernard Pellet . Dpécialiste en nutrition, fréquemment invité dans les médias ( à Zone interdite encore sur la 6 il y a deux mois environ ). Ce médecin aide à DÉCONSTRUIRE LES «  mythes et légendes «  de l’alimeNtation carnée( et des lobbyies de l’agro – alimentaire).

  67. Rayan

    Très vrai sur beaucoup de points mais il y a des erreurs : le regime végétarien serait le régime idéale ? En occident quand on passe sa vie a surveiller son alimentation, qu’on mange tout et n’importe quoi importé de n’importe où dans le monde, toutes les saisons de l’année alors oui on peut compenser l’effet du manque de viande. Mais dans les faits le régime végétarien est une catastrophe pour la santé dans les pays en développement qui souffrent de grandes carences et celle en fer est la plus connue (https://www.who.int/nutrition/topics/ida/fr/). Et c’est l’une des priorité des politiques de santé publique et de L’OMS d’augmenter la consommation de chaire animale pour ces populations. Et non pas de lentilles corail…
    Donc en fait a l’échelle dune population un régime sain, local, de saison, etc inclut la consommation de viande en quantité raisonnable tout simplement.

    1. Herscovici

      Il n’est pas RAISONNABLE de tuer sans raison . Remettez vous en question, réfléchissez !

      1. yann

        Libre arbitre tu connait ou c’est une tendance facho

      2. Rayan

        Ce n’est pas sans raison, c’est pour se nourrir. C’est étrange, c’est le concept même de la nature, et toute l’humanité à tous les endroits et de tout temps à fait ça, alors pourquoi aujourd’hui tout d’un coup ça devient choquant ?
        Peut être parce qu’on a grandi pour la plupart en ville, ou qu’on a été élevé avec les dessins animés, dans un monde féérique déconnecté de la réalité donc quand on grandit et qu’on voit que oui pour manger de la viande il faut tuer une bête, on ne le supporte plus…
        C’est étrange, mais du coup je me demande bien comment on devrait considérer les animaux alors. En général ils tuent, parfois violemment, et parfois non pas pour manger, mais pour jouer ! Typiquement les chats.
        Bref c’est le principe même de la nature, reste à nous de faire de l’élevage dans des conditions décentes pour les animaux, et d’en manger raisonnablement.

  68. Vegi3

    Super article!!!!!

  69. Marie Hernandez

    Article très intéressant
    Merci pour toutes vos infos

  70. Roxane

    Plus de 60 ans que je suis végétarienne car c’est une histoire d’amour avec les animaux ! Acceptons ce qu’ils nous offrent contre bons soins et nous n’aurons ni carences ni maladies Ce que la terre entière leur fait subir aujourd’hui est une aberration ils souffrent tellement que leur chair est polluée A bon entendeur ! Trop à dire moi je sais d’où viennent les œufs ,le miel ou le fromage que je consomme Merci à nos amis animaux Respectons les et stop aux élevages en batterie aux fermes à poissons et crustacés stop au fois gras BEURK plus de barbarie plus de profit juste de l’amour

    1. Anonyme

      Arrtex de voir vos animaux comme des humains.
      Ils vous font croire a de l affection pour des besoin naturels
      Pour de la nourriture.
      A quand la prochain campagne pour transformer vos animaux de compagnie en pratiquant vegan

      1. Lilouf

        Tu as dû oublier que l’humain était un animal…

    2. Anonyme

      Ahah parce que le lait et le miel sont « offerts avec plaisir »?

  71. Filsnoel Jean pierre

    Super article!
    Bravo