Blog

Peut-on être végétarien et en bonne santé ?

Le régime végétarien séduit de plus en plus de monde : 4% des français seraient déjà végétariens. Mais, ce mode d’alimentation est en proie à des débats houleux entre ceux qui y voient l’alimentation du futur, et ceux qui au contraire le considèrent comme un régime dangereux conduisant à des carences et à une remise en question de nos traditions gastronomiques.

Il est tout d’abord nécessaire de bien comprendre ce qui se cache derrière ce terme. Une personne végétarienne ne consomme pas de chair animale. Elle ne mange donc pas de viande ni de poisson, mais elle peut consommer des oeufs ou encore des produits laitiers. Il faut distinguer le végétarisme du véganisme, qui lui exclut tout produit issu des animaux : il bannit donc les oeufs, les produits laitiers (yaourts, fromage, etc.) ou encore le miel. Cet article traite essentiellement du régime végétarien, et non pas du régime végétalien.

Alors, est-il possible de suivre une alimentation végétarienne et d’être en bonne santé ? Voici notre décryptage sur le sujet, réalisé avec l’aide du nutritionniste Anthony Berthou.

Il n’y a pas que la viande et le poisson qui contiennent des protéines !

C’est l’un des arguments qu’on entend le plus souvent : les végétariens auraient des carences en protéines, car les protéines se trouvent dans la viande et dans le poisson (voir notre article sur les protéines). Or, les végétariens peuvent consommer des oeufs et des produits laitiers comme des yaourts ou du fromage, qui sont de bonnes sources de protéines. Il existe par ailleurs de nombreuses sources de protéines végétales : soja, haricots rouges, pois chiches, lentilles, amandes, noix, noisettes, riz complet, quinoa…

Les protéines sont constituées d’acides aminés, qui sont en quelque sorte des “mini-protéines” qui jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement de notre organisme : elles ne servent pas uniquement à fabriquer du muscle, elles jouent aussi un rôle indispensable dans la défense de notre système immunitaire ou encore dans le fonctionnement de notre système nerveux. Certains acides aminés peuvent être fabriqués par notre organisme à partir de notre alimentation, mais d’autres doivent être apportés par l’alimentation car notre organisme ne sait pas les fabriquer : ce sont les 8 acides aminés essentiels (il en existe 9 chez l’enfant). La référence historique en termes d’acides aminés est l’oeuf : il contient l’ensemble des 8 acides aminés essentiels dans des proportions idéales.

Hormis l’oeuf, aucune protéine animale ni végétale ne possède à elle seule un apport optimal en acides aminés essentiels. Elles présentent toutes une teneur limitée en certains acides aminés essentiels : c’est la complémentarité de ces protéines qui permet d’assurer un apport en acides aminés essentiels dans les proportions idéales. Parmi les protéines végétales, les céréales présentent par exemple une teneur limitée en lysine, et les légumineuses manquent de méthionine.

Dans un régime végétarien, il est tout à fait possible de combiner les sources de protéines végétales afin d’assurer un apport optimal en acides aminés essentiels. Cette combinaison peut se faire en sein de la journée et pas nécessairement au sein du même repas. Ainsi, l’association de céréales et légumineuses permet généralement d’assurer un apport complet (exemple : semoule et pois chiche, riz et lentilles, maïs et haricots rouges, etc.).

Par ailleurs, la croyance populaire veut que le sportif consomme beaucoup de viande pour combler ses apports en protéines. Or, il est également tout à fait possible de concilier régime végétarien (voire végétalien/vegan) avec la pratique sportive. Pour en savoir plus sur ce sujet, vous pouvez consulter l’article d’Anthony Berthou Peut-on être végétarien ou vegan et sportif ?

Les végétariens, tous en carence de Fer et de vitamine B12 ?

Un autre argument en défaveur de l’alimentation végétarienne qui revient souvent concerne les carences en Fer, qui se trouverait principalement dans la viande. Or, il faut savoir qu’il existe deux types de fer :

  • le fer héminique : il est apporté par les produits d’origine animale (hormis l’oeuf), notamment par la viande rouge. Il est facilement absorbé par l’organisme. Cependant, il est nocif pour l’organisme en quantité élevée : l’excès de fer héminique conduit au développement des radicaux libres, qui sont en cause dans l’apparition de cancers.
  • le fer non héminique : il est principalement apporté par les végétaux et par les oeufs. Le défaut du fer non héminique est qu’il est moins bien assimilable que le fer héminique, c’est-à-dire qu’il est moins facilement absorbé par l’organisme. Parmi les végétaux les plus riches en fer non héminique, on trouve la spiruline, les légumineuses, le tofu, le quinoa, les noix, les raisins secs, les graines de sésame/tournesol, l’avocat.

L’idéal est de s’assurer un bon apport en fer non héminique tout en veillant à favoriser son assimilation. Pour cela, il est recommandé de :

  • favoriser l’apport de vitamine C qui augmente l’absorption du fer : on en trouve notamment dans les fruits et légumes crus comme le poivron, le brocoli, le kiwi ou encore les agrumes.
  • ne pas consommer de thé pendant et autour du repas car les tanins qu’il contient perturbent l’absorption du fer.
  • faire tremper les légumineuses au moins 12h avant de les cuire : cela permet de neutraliser l’acide phytique qu’elles contiennent et qui empêche la bonne assimilation du fer

Enfin, contrairement aux idées reçues, les végétariens qui consomment des oeufs et produits laitiers ne manquent pas non plus de vitamine B12. En effet, cette vitamine est abondante dans les produits d’origine animale : on la retrouve donc effectivement dans le viande ou le poisson, mais aussi dans les oeufs et les produits laitiers, qui peuvent être consommés dans le cadre d’un régime végétarien. En revanche, il est conseillé aux personnes qui ne consomment aucun produit d’origine animale (régime végétalien/végan) de réaliser une prise de sang et si besoin de prendre des compléments alimentaires ou des aliments enrichis en B12, comme la levure maltée et certains laits végétaux. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l’article d’Anthony Berthou sur la vitamine B12.

Le régime végétarien serait-il en fait LE régime santé par excellence ?

Une étude de 2013 de l’université d’Oxford montre que les végétariens ont en moyenne 32% de risques en moins d’être victimes de maladies cardio-vasculaires. En effet, le régime végétarien exclut la consommation de poissons et de viandes, qui sont des aliments naturellement riches en acide gras saturés et en oméga-6 (en particulier les viandes rouges et transformées), que nous consommons aujourd’hui en excès par rapport à nos besoins (voir notre article sur les graisses). Par ailleurs, il a été démontré que les risques de cancer du côlon et de cancer du sein augmentent largement avec une consommation quotidienne de viande et de charcuterie. La viande transformée (jambon, saucisses, steacks hachés, surimi, etc.) a même été classée comme “cancérigène” et la viande rouge comme “probablement cancérigène” par l’OMS (Organisation Mondiale pour la Santé) en 2015.

Chez les végétariens, la viande est remplacée par des légumes, légumineuses et céréales : des aliments pauvres en graisses et naturellement très riches en fibres. Or, notre consommation de fibres est souvent insuffisante. Pourtant, les fibres jouent un rôle essentiel afin de réguler notre glycémie (voir notre article sur les glucides) et d’éliminer certains éléments toxiques que nous ingérons comme les pesticides. Une alimentation végétarienne, riche en fibres et en antioxydants (présents en abondance dans les fruits et légumes) permet donc de prévenir les risques de maladies cardio-vasculaires et de cancers.

Pour autant, suivre une alimentation végétarienne ne suffit pas à être en bonne santé si elle est suivie n’importe comment. Une alimentation riche en céréales sucrées pour le petit-déjeuner, chips, sodas, pain de mie, ou encore produits transformés pleins d’additifs étiquetés “végétarien” ou “vegan” est loin d’être recommandable. L’alimentation végétarienne doit être suivie de manière équilibrée pour éviter les carences et favoriser des apports optimaux en nutriments. Ne vous laissez donc pas avoir par le marketing qui profite de l’attrait pour ce mode d’alimentation pour afficher “végétarien” ou “vegan” sur des produits qui n’ont dans tous les cas aucune raison de contenir des ingrédients d’origine animale.

Et si le régime végétarien pouvait sauver la planète ?

Selon la FAO (Food and Agriculture Organization), la consommation mondiale de protéines animales a doublé en moins de 50 ans et devrait encore augmenter de 70% pour nourrir l’ensemble de la population en 2050 si nos choix alimentaires n’évoluent pas. Cette hausse est essentiellement observée dans les pays développés et dans les pays en développement : la consommation de viande en Chine a par exemple été multipliée par 8 en moins de 40 ans. Par ailleurs, 40 % des céréales cultivées dans le monde sont destinées à alimenter le bétail.

Grâce aux organisations internationales et aux ONG, on sait aujourd’hui que l’élevage industriel fait partie des secteurs les plus destructeurs de la planète. C’est la production industrielle de viande en masse qui pose problème, car elle nécessite beaucoup d’espace (déforestation), de nourriture (pesticides, engrais antibiotiques), d’eau (épuisement des ressources) et de transports (CO2).

Par exemple, pour produire 1kg de viande bovine, il faut environ 15 500 litres d’eau, alors qu’1kg de soja ne demande que 1 800 litres d’eau.

Toujours selon le FAO, l’élevage des animaux nécessaires à l’alimentation est responsable de 15% des émissions totales de gaz à effet de serre, soit davantage que les transports. Les éructations des ruminants sont également responsables de 37 % des émissions de méthane. Or, le potentiel de réchauffement du méthane est 23 fois supérieur à celui du CO2. Le plus polluant est l’élevage des ruminants (notamment les bovins : boeufs, vaches, veaux) qui représente à lui seul 50% des émissions de méthane.

Selon un rapport des Nations Unies, la diminution de la production d’élevage est à considérer comme une des meilleures stratégies pour stopper le réchauffement climatique et la déforestation.

Pour en savoir plus sur le lien entre protéines animales et environnement, vous pouvez consulter l’article d’Anthony Berthou : http://www.sante-et-nutrition.com/proteines-animales-environnement/

Comment devenir végétarien quand on est accroc à la viande ?

Si sur le papier, on peut être convaincu, dans la pratique c’est souvent beaucoup moins simple et difficile à mettre au quotidien. C’est pourquoi est né assez récemment ce qu’on appelle le flexitarisme, ou semi-végétarisme, qui est une version plus flexible du régime végétarien. Un flexitarien consomme de la viande et du poisson mais de façon beaucoup plus occasionnelle et privilégie la qualité à la quantité. Le régime flexitarien permet de limiter voire d’exclure la viande transformée, qui est la plus problématique, et de favoriser les morceaux de viandes de qualité (élevage local, animaux élevés en plein air, pas d’utilisation d’OGM, etc.).

Quant au pescétarisme, il exclut la viande mais conserve les poissons et des fruits de mer. Il permet ainsi de bénéficier des bienfaits des poissons et autres produits de la mer riches en Oméga-3, des acides gras très bénéfiques que nous ne consommons pas suffisamment aujourd’hui.

Aujourd’hui, ces alternatives séduisent de plus en plus de français soucieux de leur santé et de l’environnement, mais pour qui le végétarisme est encore trop contraignant. Ces alternatives sont une bonne première étape pour évoluer vers une alimentation plus végétale. Car, réduire sa consommation de viande n’est aujourd’hui pas un simple effet de mode : il s’agit d’une véritable nécessité sanitaire et environnementale.

Sources

  • Diallo A, Deschasaux M, Latino-Martel P, Hercberg S, Galan P, Fassier P, Allès B, Guéraud F, Pierre FH, Touvier M. Red and processed meat intake and cancer risk: Results from the prospective NutriNet-Santé cohort study. Int J Cancer. 2018 Jan 15;142(2):230-237. doi: 10.1002/ijc.31046. Epub 2017 Oct 16. PubMed PMID: 28913916.
  • WHO, 2007, Protein and amino acid requirements in human nutrition: report of a joint FAO/WHO/UNU expert consultation, World Health Organisation, technical report series, no. 935
  • Springmann, M., Godfray, H. J. C., Rayner, M., Scarborough, P. (2016), Analysis and valuation of the health and climate change cobenefits of dietary change, PNAS, vol. 113 no. 15 4146–4151, doi: 10.1073/pnas.1523119113
  • Crowe FL, Appleby PN, Travis RC, Key TJ. Risk of hospitalization or death from ischemic heart disease among British vegetarians and nonvegetarians: results from the EPIC-Oxford cohort study. Am J Clin Nutr. 2013 Mar;97(3):597-603. doi: 10.3945/ajcn.112.044073. Epub 2013 Jan 30. PubMed PMID: 23364007.
  • Davey GK et al. EPIC-Oxford: lifestyle characteristics and nutrient intakes in a cohort of 33 883 meat-eaters and 31 546 non meat-eaters in the UK. Public Health Nutr. 2003 May;6(3):259-69.
  • OMS : https://www.who.int/features/qa/cancer-red-meat/fr/
  • The Water Foodprint Network : https://waterfootprint.org/en/water-footprint/product-water-footprint/water-footprint-crop-and-animal-products/

Pour aller plus loin

Découvrez le Programme Nutrition Yuka : 10 semaines pour acquérir les bases d’une alimentation saine avec 40 recettes et 1 nutritionniste qui répond à vos questions.

En savoir plus

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

695 commentaires

  1. eric

    Il aurait été aussi bien de préciser que l’organisme n’assimile pas autant les protéines végétales que celles animales. Il faut donc manger à peu près 3 parts de lentilles pour assimiler l’équivalent d’un steak. Donc quid de la croissance?

    1. Ronan

      Ah ! Enfin quelqu’un qui le dit ! Et oui, les naturopathes et certains nutritionnistes mettent enfin en garde sur cette assimilation des protéines végétales qui n’est pas la même pour tout le monde, si vous devenez végé, faites attention à vos ressentis et à la fonte du muscle … On est tous différents !

  2. Lesage

    Excellent article, clair et bien documenté ! J’adhère de plus en plus à cette philosophie du bien manger (peu mais bon et sain ) et je la fais partager autour de moi !!

  3. Anonyme

    je ne comprends pas comment est calculé l’empreinte hydrique d’un kg de viande ???

  4. Roberte PISANI PERALTA

    merci YUCA,tres bon article,tres bien expliqué a 80 ans j’apprends encore cordialement

  5. Garnier

    Merci , une fois de plus cet article est très clair et instructif , très agréable à lire et bravo!

  6. Foxy

    Je suis éberluée de lire tous ces commentaires agressifs, intolérants, inutiles, exprimés avec autant de force que de fautes d’orthographe! Personne ne nous oblige à lire les articles de Yuka, on aime ou pas; mais quel besoin y a t-il de rejeter avec autant de violence des informations qui ne nous conviennent pas ? J’observe que les commentaires les plus agressifs proviennent de personnes carnivores… Que peut-on en conclure …? !!!
    L’information que l’on trouve sur Yuka est, à mon sens, présentée avec honnêteté et clarté et je remercie l’équipe de publier ces articles. J’apprécie particulièrement celui-ci car il n’est pas toujours facile de trouver ces indications détaillées, notamment sur les acides aminés et comme je n’ai pas été élevée en étant végétarienne, c’est un véritable apprentissage, nécessaire pour atteindre l’équilibre. Merci Julie et Yuka !

  7. Georges

    Bravo, voila un trés bon article qui dit en 2 pages tout ce qu’on doit savoir sur le végétarisme !

  8. Anonyme

    Bel article ! Merci

  9. Wisard

    Bel article ! Merci

  10. Simone

    Cet article est dans la continuité de la mission que s’est donné Yuka. Il ne culpabilise en aucun cas les mangeurs de viande. Il met le doigt sur les conséquences de trop d’élevages et de la maltraitance aux animaux. Nos aïeux mangeaient très peu de viandes et ne s’en portaient pas plus mal. Les volailles étaient le met favori des rois et seigneurs !. Il serait bien de mettre la diététique en cours obligatoire dès la seconde. Pas la diététique pour régime mais celle qui vous enseigne dans quel aliment trouver vitamines minéraux protéines….etc.

  11. Candelier

    C’est toujours avec beaucoup de plaisir que je lis vos articles qui sont clairs et bien documentés. Continuez

  12. Anonyme

    Très bonne article

  13. Anonyme

    Voilà un article qu’il faudrait faire lire dans chaque foyer.

  14. Cuegniet

    formidable article,très utile et clair.Merci beaucoup j’ai appris beaucoup de choses et je vais m’en servir!meilleurs voeux à tous.

  15. Local

    Pour protéger la planète mangeons local et arrêtons de manger des produits qui traversent la planète .
    Question : faut il mieux manger un végétal qui vient du Brésil ou un morceau de viande qui vient du cantal ?

  16. Alain Toussel

    Le corps ne réclame que ce qui lui est nécessaire, tout est bon pour lui, seuls les excès et le manque de bon sens lui porteront préjudices. Inutile de vous empêtrer dans des explications , elles sont ici accumulées en excès. Cessons de donner des leçons et d’assener Des généralités qui ne peuvent pas satisfaire tout un chacun.

    1. Local

      Très bien dis

  17. Gigi49

    Très bon article !!! Je suis flexitarienne et j aime bien cette alternative

  18. JLD

    Et ce genre de mail indésirable stocké sur toutes les messageries et non lus à 90% c’est bon pour la planète peut-être ? Stop à lobbying Yuka ce n’est pas l’objet de votre appli alors, de grâce, n’utilisez pas votre fichier client pour ça. N’importe quel nutritionniste sérieux noteras que vous n’abordez pas la question cruciale des quantités : un végétarien doit manger des quantités très importantes pour un apport en vitamines équivalent. Votre article est basique et orienté, c’est indigne d’une structure qui se veut neutre. Au revoir.

    1. Lil78

      Je n’ai pas mangé de viande depuis 1979 je me porte comme un charme et je ne mange pas de large quantité de légumes etc. Exercez aussi la frugalité vous vous en porterez beaucoup mieux.

  19. Anonyme

    Súper
    Merci pour cet article très interrressant
    Meilleurs vœux également pour toute l’équipe!!!

  20. Sandra Coulon

    Super article tres éclairant! Merci bcp!

  21. Véronique

    « vous êtes ce que vous mangez » j’ai compris en me regardant dans un miroir…je me suis interrogée sur mon alimentation, J’ai stoppé ma consommation de sucre , de gluten et limiter ma consommation de viande et ma vie a changée….

  22. Rosemad

    Marre des intolérants qui cherchent à culpabiliser les carnivores. Ils ont tous un point commun en tous cas ils sont nuls en orthographe. Et marre aussi des nuls en orthographe.

    1. Tiness

      Bonjour Rosemad,
      Il n’y a pas à faire culpabiliser qui que ce soit. Juste à réfléchir sur ce que nous voulons. Quant-aux fautes d’orthographe, même si ça me gêne un peu, j’ai cessé de juger cela, je me dis que tout le monde n’a pas pu étudier de la même façon, pour de multiples raisons.

  23. KAT

    Merci, tout est clair , compréhensible, sans être dans la profession.
    A suivre bravo

  24. Jean-Paul

    Comme d’habitude, article extrêmement clair,compréhensible, et très intéressant. Merci pour ces infos.

  25. Reginesara

    Tres bien . Je consomme peu de viande et peu de poisson . J’ai apprecie de trouver une liste des aliments suppletifs en roteines . Je l’ai archivee sur mon iphone en la renant en photos . Un bon site gratuit que j’ai trouve par hasard et que je ne regrette pas . Google a du bon . Cordialement , RJJ S.

    1. Alain Troussel

      La roteine, cela doit faire roter , non?

  26. Jannick

    Super les infos, merci bien

  27. Hacault

    Très bon article clair, concis qui j espère incitera des septiques à passer le cap.
    Pensez à nos générations avant qu il ne soit trop tard.
    Merci à l équipe Yuka

    1. Ninou

      Tu as raison de fustiger les vraies’ sceptiques qu’il ne faut pas confondre avec les fausses

  28. Janou

    Wakha

  29. perrier

    tres bonne source d’informative pour une approche cool d’un changement d’alimentation .merci

  30. Cam

    bon article, rétabli bien nos préjugés.

  31. Michel Housau

    Article très clair et très intéressant merci beaucoup

  32. Herrera

    Effectivement nous ne pouvons pas continuer à ce nourrir comme les lobbies l’entende ,pour ma part j’ai bani de mon alimentation les 3/4 de viande et ne mange que celle acheté chez mon petit boucher qui connait son origine certifié.Philosophiquement je mange pour vivre et non le contraire .je n’emploie plus le terme « j’aime bien bouffer »qui à ma vue est irrespectueux de la nourriture .J’ai maigri,me sent mieux ,et suis content de me sentir moins coupable de la souffrance animale,et espère progressivement arrêter d’en manger.

  33. Christine

    Chacun lit ce qu’ il veut, chacun mange comme il veut et selon sa conscience. Pour ma part, j ai arrêté la viande il y a plusieurs années pour des raisons de santé (estomac, intestins) : Je m en porte bien mieux…. De plus, la cause animale m a toujours interpellée et ce depuis de nombreuses années (j’ai 59ans) : je n ai pas attendu cet effet de mode…. Moi, j ai appris à ecouter mon corps surtout sur l alimentaire et c est lui qui m a apprit à le nourrir… Alors, ne soyez pas intolérants ou agressifs envers les uns ou les autres, je fais confiance à l’Homme qui j espère prendra conscience de son bien-être et de la souffrance animale ainsi que de la mauvaise santé de notre chère Planète….

  34. Jean louis AMBARD

    Il faut plutôt se montrer mesuré en tout. Réduire nettement notre consommation de viande animale et traiter les animaux avec respect , tout est question d’équilibre. Penser aussi à ne pas gaspiller ni piller les ressources de la planète en limitant au strict nécessaire notre consommation d’automobiles, de portables, de produits emballés, réparer au lieu de jeter , bref sortir de cette société de consommation effrénée qui ne profite ( pour le moment !) qu’aux industriels de tout poil. Vivre avec sobriété, recycler, acheter d’occasion. On sait quoi faire, alors faisons- le!
    PS Merci de ne pas utiliser mon adresse mail à des fins commerciales.

  35. Karine

    Bon reportage, intéressant. Ces prises de conscience grandissent dans la population actuellement. Pour ma part, j’ai adopté le flexitarisme…

  36. PONS Nicole

    Je ne fais qu’un repas à base de protéines animales par jour, soit 6 par semaine et un repas avec 2 oeufs.Avec des quantités entre 100 et 150g.
    Je ne sais pas si je suis sous ou sur proteiné(protéines animales) ?!
    Merci de me donner votre point de vue.

  37. Brigitte METAYER

    Toujours intéressant, j’adore vous lire, j’apprends beaucoup de choses, Merci

  38. Nanok

    Merci pour vos articles très intéressants. Depuis que je suis végétarienne, ma tension qui était trop élevée est devenue normale.

  39. Kate

    Comme monsieur Jourdain, je fais du flexitarisme sans le savoir 😊. Merci pour cet article très intéressant

  40. Anonyme

    Tout à fait d’accord avec TERRIER (21h40).

  41. rochain

    Je pense que c’est possible mais c’est plus compliqué qu’en étant omnivore. les milliers d’années d’existence de notre espèce où la viande prenait une part importante dans notre alimentation ont forgé notre métabolisme en conséquence. De ce fait on n’a pas besoin de se poser des questions sur son rééquilibrage en mangeant de la viande, du poisson, des fruits, et des légumes.
    En revanche, si on fait l’impasse sur une certaine catégorie de nos aliments historiques, il faut compenser de façon subtile en s’appuyant sur des connaissances fines relatives au contenu des aliments que l’on s’autorise.
    Bien cordialement,
    Serge Rochain

    1. Végétalien en réponse à rochain

      Non, je vous assure que l’adaptation est très rapide au contraire, et très peu de gens ressentent des problèmes physiques en adoptant un régime végétarien/végétalien ; souvent même des améliorations.
      De nombreuses populations ne mangent pas de viande depuis très longtemps pour des raisons culturelle ou morales, ce régime n’est pas nouveau ou dangereux.
      Aujourd’hui, la communauté scientifique reconnaît majoritairement que ce régime augmente l’espérance de vie, et notamment l’espérance de vie en bonne santé.

      De plus, il est une croyance que l’omnivorisme est parfait et ne cause aucune carence, pourtant :
      20% des femmes omnivores sont en carence de fer.
      10% des omni ont une carence en B9, contre 1 à 2% des végétariens/végétaliens.
      Chaque régime alimentaire a ses forces et ses faiblesses.

      90% des animaux d’élevage sont… complémenté en B12. Et oui, c’est souvent méconnu, mais les omnivores prennent les même compléments de façon indirecte.

      Donc oui, c’est facile de devenir végétarien, même si ça peut prendre du temps pour le changement, par son aspect social.

      N’oublions pas qu’un animal heureux, c’est avant tout un animal vivant. En plein air ou pas, ça n’a jamais été la vraie question principale.

      Ps : L’article était super, néanmoins il reste intéressant pour les végétariens aussi de surveiller leur taux en B12, car les apports sont quand même réduits.

  42. Magdeleine

    Je viens de lire l’article (dont je connais le contenu depuis de nombreuses années déjà et suis donc végétarienne ), et suis ravie de celui-ci et espère que cela convaincra de plus en plus les « réticents ».
    Cependant, je trouve dommage de ne pas rappeler que le végétarisme est :
    1/ Bon pour la santé
    2/ Bon pour la planète
    ET
    3/ Bon contre la souffrance animale et l’exploitation de ces merveilleux êtres sans défense et aimants dont nous abusons sans vergogne pour notre simple petit confort.
    Merci !

  43. Jimou

    Ni pour ni contre. Simplement très déçu par Yuka qui profite de son fichier client pour faire du lobbying. Adieu Yuka

    1. Anonyme

      Tout a faitd accord. Adieu Yuka

  44. Marie poulette

    Je suis atteint de la maladie vaquez et un gros infarctus et insuffisance cardiaque donc la nourriture végétale est bonne de temps en temps du boeuf à 5% depuis que je vous suis mes examens ont de bon résultats je vous en remercie

  45. Darry

    comme d’hab….article intéressant! merci

    et Bonne année à votre équipe

  46. Nicole saint val

    Très beau commentaire , je suis flexitarienne , j ai beaucoup de mal à passer au végétale , bravo pour le sujet , bien présenter

  47. Jade

    Le véganisme signifie ne pas consommer de produits issus d’animaux, cela inclue la viande, le poisson, les œufs, les produits laitiers et le miel entre autre, mais cela inclue également le cuir, la laine et toute autre matière issue des animaux. Le véganisme est un mode de vie, pas seulement un mode d’alimentation.
    Les végétariens ne consomment pas de chairs animales et les végétaliens étendent la non-consommation aux produits laitiers, œufs etc.
    L’article est inexact dès le premier paragraphe, c’est dommage.

  48. Steffen

    On nous avait appris au lycée qu’il fallait un minimum de protéines animales ( 30 g si ma mémoire est bonne ) pour bien assimiler les protéines végétales ? Par ailleurs les plantes sont aussi des êtres vivants et sensibles, lire Peter Woohlleben par exemple « la vie secrète des arbres » … Enfin tout dogmatisme me semble exagéré dans tout domaine, Montaigne déjà disait «  que sais je ? »

    1. Hauteribes

      Excellent ! Merci

    2. Magdeleine

      Désolée, mais, entre un poireau et un veau, la différence d' »être vivant » me semble assez flagrante, non ? Entre un être de chair, d’os et de sang, avec un cerveau, des veines et des membres qui va vous procurer un amour inconditionnel, et une rose ou un laurier (j’adore la nature et les plantes !!), je pense que la comparaison n’est pas vraiment possible.
      Merci !

      1. Xenoth

        Mais au final c’est quelque chose de très subjectif, très humain, si demain une plante avec des os et du sang apparaissait vous la considéreriez comme un animal ?

        Les plantes restent des êtres vivants conscients de leur environnement et d’elles, peut être différent de ce que vous considérez comme un animal, mais reste un être vivant, animé, …
        Pouvons donc exploiter les plantes ? Les insectes ? Les poissons ? Les bactéries ?
        Je pense que le sujet est complexe et qu’il faudrait être bien prétentieux pour affirmer avoir la réponse absolue dans ce monde du vivant bien cru où nous tentons d’apporter une dimension de moral humaine.

  49. Anonyme2

    Si Yuka est anti viande monsieur ANONYME n’est pas loin d’être sûrement un BOUCHER !!!!!!

    1. Anonyme

      Et alors boucher ou pas boucher yuka est anti viande et ce n’est pas la première fois. …

  50. Tof

    Votre article me donne faim 😎

  51. devesh

    Super article. Go green! Merci Yuka

  52. Anonyme

    Super article 👍

  53. LACGE

    Bien, mais l’article semble à la fin encourager le péscétarisme à cause de la qualité des acides gras des produits de la mer. Ce qui est encore plus terrible : l’état de la faune maritime ne nous permet pas de consommer ces protéines animales là.

  54. Xenoth

    Et bien… Je viens d’apprendre que je me « définissait » végétarien alors que je continue a manger du poisson occasionnellement. My bad, j’espère ne pas recevoir des cailloux !

    Cela fait déjà 4 ans que j’ai commencé a réduire ma consommation en viande rouge, puis volaille, … Pour finalement me passer depuis cet été de « viande » (hormis poissons et crustacés).
    Cela vient surtout du bien être animal et de découvrir que je pouvais m’en passer, ce n’est pas toujours facile a assumer autour de sois on a tendance a me prendre pour un bobo (m’obligeant parfois a me justifier) mais personnellement je n’ai aucune leçon de moral a donner. Il s’agit d’un cheminement/questionnement personnel sur comment mieux consommer aussi bien pour ma santé que l’environnement. ^^

    Possible que je me passe par la suite de poisson, on pourrait débattre des années sur ce qui définir un être sentient et comment le traiter avec respect (les plantes aussi on une sensibilité).

    Bref devenir végétarien/vegan/… ne résous pas tout ! Le plus important est de privilégier la qualité avant tout pour moi. Merci pour l’article !

  55. Mathys COUTTON-JEAN

    Article passionnant et convainquant ! Je partage!

  56. Bernard

    Je pense que c’est un faux problème. A condition d’être raisonnable dans son alimentation tout est possible en fonction des habitudes, des gôuts, des principes, de chacun,e.
    Pourquoi se priver des bonnes choses que nous avons chez nous, au nom de quelques raisons que ce soit. Chacun,e, fait suivant ce qui lui semble bon. Bon appêtit et bonne santé à tous et toutes.

    1. Mathys COUTTON-JEAN

      Tu n’est pas tout seul sur cette planète voilà pourquoi !

      1. Local

        Regardez bien d’où proviennent les produits que vous manger : des produits qui traversent la planète ou des produits qui traversent la routes . Les qu’elles polluent les moins .

    2. Hauteribes

      Eh oui !

    3. Magdeleine

      Certaines des « bonnes CHOSES » dont vous parlez, monsieur, sont des êtres VIVANTS, de chair et d’os, des bébés mêmes : Veaux, Agneaux,…, des ‘enfants animaux’ qui n’ont que quelques mois avant d’être atrocement abattus pour atterrir dans nos assiettes puis dans notre estomac pour quelques heures seulement. Des vies innocentes massacrées pour notre plaisir.
      Vous savez, des êtres VIVANTS sans défense qui vous lècheNT une main ou un visage avec AMOUR.
      C’est fou de ne pas réagir avec ce que l’on sait depuis longtemps maintenant. Comment peut-on encore manger de la vache, de l’agneau, des porcelets, … Ils ne sont qu’amour et ne demandent que ça !
      Que YUKA parle de végétarisme,…, et ça y est ! Ils sont de parti pris contre la viande ! Quelle ouverture d’esprit !!

  57. Agathe

    Article très pédagogue
    Merci yuka !

  58. Anonyme

    Cathy. ..où tu vois la neutralité ds cet article. …?????

    1. Blondeau A.C.

      Très intéressant. J ai été végétarienne un certain temps il y a longtemps. Puis fréquentant des gens peu soucieux de mon régime j ai progressivement abandonné. Je le reprendrai volontiers avec votre aide mais je n en ai pas les moyens. Merci de vos efforts.

    2. Hauteribes

      C’est un article très partial, avec des erreurs.

  59. Sof

    Article qui tombe à pic : je me suis fixée comme résolution 2019 de devenir végétarienne. Pas facile au début, surtout lors des courses car il faut adopter de nouveaux « réflexes d’achat », et j’avoue que je me sens un peu perdue pour le moment. Ce sont d’autres habitudes à prendre. Mais n’étant pas une grande fan de viande (ça aide), je pense que je ne vais pas vivre cela comme une privation.

  60. Sonia

    Bonjour,
    Je suis végétarienne depuis le collège et je n’impose pas à mes enfants et mon homme mes principes de ne pas manger de viandes. Pour moi je suis végétarienne pour les animaux et aussi car je n.aime pas le goût des viandes, poissons … Pour les bienfaits sur le cardiovasculaire je suis septique car j.ai moi même fait un arrêt cardiaque foudroyant il y a deux ans.

  61. Cassagneau

    Très bon article , non partisan , pas prosélyte et factuel ….
    Continuez et merci

  62. Walter

    Merci pour cet article. Je suis moi-même végétarien depuis plus de 25 ans.

  63. Joan Derrien

    Excellent article, très pédagogique. Bravo, continuez ainsi.

  64. Cathy

    SUPER ARTICLE ! !!!!
    FÉLICITATIONS POUR EXPRIMER LA RÉALITÉ DES CHOSES, LA VÉRITÉ EN TOUTE NEUTRALITÉ.
    MERCI à toute l’équipe 👍

  65. Teyssendier

    Merci pour ces informations concrètes et équilibrées, peu importe les esprits chagrins et/ou partisans

  66. Samy

    Il y’a une dizaine d’année j’ai visualisé une vidéo sur un abattoir, j’ai décider a ce moment de devenir végétarien,un an après environ, tout allez bien jusqu’au moment ou, lors d’un séjour a la montagne en hivers, j’ai ressenti une énorme faiblesse physique ou j’avais du mal a me tenir debout, j’ai tout de suite fait le lien avec le manque de viande et je suis retourner malgré moi a la viande.

  67. Jacqueline Belleville

    Oui

  68. Anonyme

    EncoreEncore et tjs de la propagande anti viande ! !!! Y en a marre de vos articles à charges et très orientés

  69. Emerick

    Bonjour,
    Très bon article, le tout est très digestible à comprendre.
    Je voudrais juste revenir sur la consommation en eau pour produire 1 kg de viande. Ce chiffre est vrai mais virtuellement. Je m’explique.
    L’indicateur qui nous donne la consommation en eau par type de production a été développé en 2002 par Arjen Y. Hoekstra.
    Cet indicateur considère trois types d’eau: l’eau verte étant l’eau reçue par les surfaces agricoles et transformée en vapeur par les plantes par évapo-transpiration. L’eau bleue étant l’eau qui est donnée à boire directement à l’animal ou utilisée pour irriguer les cultures et enfin l’eau grise qui est l’eau que l’on utilise pour rincer les installations et le matériel. Or cet indice permet d’analyser et de mettre en évidence les régions du monde où l’agriculture est largement dépendante de l’eau de pluie. Pour en revenir à nos steacks, il faut savoir que l’eau verte, donc de pluie, représente plus de 93% du total d’eau consommée. Si j’ai appelé ce principe de l’eau virtuelle, c’est que la majorité (à savoir l’eau verte) ne sera jamais consommée par l’animal. En effet c’est de l’eau qui est tombée naturellement et qui sera vite assimilée par la plante. Par phénomène d’évapo-transpiration (qui résulte du fonctionnement naturel de toutes plantes), cette eau va rapidement retourner dans l’atmosphère sans jamais avoir été dans la bouche d’une vache.
    Pour les sources, c’est directement tiré de mes cours d’ingénieur agronome, mais je peux vous rediriger vers le très bon article « Faut-il encore manger de la viande? » du magasine Science & Vie de septembre 2017, rédigé par Nathalie Picard. Demandez-moi si vous voulez le lien vers l’article.
    Cet argument de « la viande (ou tout autre produit) consomme beaucoup trop d’eau! » est juste une mauvaise manipulation des chiffres que même les médias traditionnels n’analysent pas et laissent un public ébahit par ce qui est dit. De plus ce n’est même pas la fonction initiale de cet indice! C’est un peu comme si on calculait l’eau qu’ingurgitait un poisson pour dire que c’est ce qu’il consomme.
    Merci à vous!

  70. TERRIER

    Je viens de lire l’ensemble des commentaires et je suis surpris et déçu du manque de tolérance d’un certain nombre de contributeurs, qui d’ailleurs interprètent les propos pour mieux justifier leur intransigeance. Moi je trouve l’article équilibré, documenté. Il explique et laisse le choix, comment pourrait-il en être autrement. En ce qui me concerne, je ne suis ni végétarien, ni vegan mais je sais que la viande en excès est nocif, donc je réduis drastiquement les quantités absorbées sans pour autant appartenir à ce que certains osent appeler la secte du végétarisme.
    Je reste donc abonné à cette lettre et ceci avec joie et bien entendu je continue à utiliser l’application.
    J’espère simplement que les grincheux me laisse cette liberté, en tout cas moi je leurs laisse la liberté de manger comme ils le souhaitent.
    Bravo pour cet article, félicitations pour ce que vous faites, et courage pour la suite.

  71. Anonyme

    Très intéressat.

  72. Clb

    Je mange ce que je veux tout en respectant les fruits et légumes de saison. Je ne suis pas végétarienne ni vegetalienne. On n’imposera pas aux consommateurs leurs façons de s’alimenter tant que cette dernière est une alimentation raisonnable non destructive de la santé. Je crois qu’aujourd’hui il y en a assez de tout nous imposer et maintenant jusqu’à l’alimentation !!!!
    Par contre j’apprécie l’application Yuka qui guide les bons achats. Et c’est impressionnant même dans le bio il y a du mauvais par exemple le jambon qui contient des nitrates donc dans ce cas laissons tomber le bio pourvu que la viande vienne de France pour moi c’est très important. 

  73. Anonyme

    Tout à fait d’accord avec toi Frédéric

  74. Anonyme

    Un bel article positif

  75. Anonyme

    Qu est ce qui ai vrai ? ????

  76. Frédéric

    En final cette prise de position de Yuka me gène…
    Je vais donc (re)chercher ailleurs une appli plus neutre, moins militante en fait.

  77. Anonyme

    Article très orienté. .comme souvent ici 😕

    1. Joelle

      moins militante…. en quoi laisser les autres vivre, c’est à dire les animaux innocents est militant.. ha la conscience collective.. elle a encore quelques informations à connaitre.

  78. Frédéric

    Un des seuls articles que j’ai lu jusqu’au bout … une belle preuve de qualité (selon moi bien entendu)
    Je me demande juste si la neutralité du wording est une véritable neutralité
    Pour ma part je Flexatarise depuis pas mal de temps, et je persévère…
    Fred

  79. Lulu

    Super article intéressant et on apprend beaucoup de choses. Continuez .

  80. Jules

    Article très orienté et méritant plus de rigueur scientifique

  81. By by

    Tu as bien raison Adios. Abusé Julie! Je supprime cette appli aussi… by by

  82. Anonyme

    Si il faudrait 15000 litres d eau pour 1kg de viande , je vous dit pas l etat des nappes phréatiques. ..😂😂😂😂vraiment n importe quoi

    1. Anonyme

      C’est vrai

    2. Jean-Yves

      C’est pourtant une réalité… Renseignez vous.
      Cordialement

      1. Anonyme

        Je crois pas non…

      2. Emerick

        Bonsoir Jean-Yves, c’est virtuel cette quantité d’eau. Je vous invite à vous renseigner auprès de mon commentaire de 21:44.
        Bonne soirée

  83. Anonyme

    J’ai bien aimé savoir que je suis flexitariste… car je consomme de tout modérément. Je ne supprimerai rien.

  84. Anonyme

    Merci !

    1. Anonyme

      encore quelques morts ça fait du bien .. au ventre humain surtout ne supprimez rien, sauf les animaux…

  85. Charles

    Bonjour,
    Je ne suis pas spécialement végétarien même si je consomme de moins en moins de viande et particulièrement de viande rouge. Je trouve intéressant le fait que les végétariens ont permis de faire évoluer la façon de manger des végétaux ,de nouvelles recettes sont publiées utilisant des nouvelles épices et cela permet d’ouvrir un nouveau champ d’investigations culinaires.
    Par contre j’aimerais que l’on m’explique comment une vache ou un boeuf produit sur une prairie naturelle demande 15000 l d’eau par kg de viande produit …????!! (cela relève de la fake news); et il y a beaucoup de bovins produits en france sur ce type de prairies et même si les prairies sont cultivées comment arrive t’on à 15m3 /kg de viande ??
    Bref il y a des choses intéressantes dans le fait d’augmenter notre consommation végétale mais personnellement je serais prudent sur des ^produits tels que le soja (rôle des phyto hormones, pesticides, voir OGM)
    En conclusion, c’est un impératif il faut diminuer notre consommation carnée, mais il ne faut pas non plus raconter n’importe quoi et il ne faut peut être pas se montrer excessif.

    1. Alice

      Bonsoir Charles,
      Même élevé en prairie, un bœuf consomme du fourrage en hiver, et des céréales complémentaires ; tout ce végétal à besoin d’eau et d’espace pour parvenir à maturité… Notre bœuf mangeant de tout cela plusieurs années avant de finir dans notre assiette, je vous laisse calculer les tonnes de nourriture végétale nécessaires pour produire un beau steak !

      1. Emerick

        Bonsoir Alice,
        Heureusement que nous n’arrosons pas nos prairies à la hauteur de ce qu’apporte l’eau de pluie.
        Pour plus de détails j’ai laissé un commentaire à 21h44 expliquant l’aberrance de l’utilisation de ce chiffre.
        Bonne soirée

    2. Emerick

      Bonsoir Charles,
      j’ai fournis une petite explication un peu plus haut dans un commentaire posté à 21:44 concernant cette consommation en eau excessive.
      Bonne soirée

  86. Anonyme

    Je suis végétarienne cette article tombe très bien merci Yuka 👍👍. 🥕

  87. ABERLIN

    Merci pour vos articles, toujours très intéressants et clairs, et porteurs du mieux être individuel et planétaire ! Le bouche à oreille m’a fait connaître Yuka l’été dernier, et nous nous sommes en famille remis en question concernant le contenu de notre assiette. Nous avons pris notamment le virage du flexitarisme ! Merci Yuka.

  88. Anonyme

    Jaime l’idée de faire des efforts pour la planète mais il ne faut pas confondre sauvegarde de la planete et besoins essentiels en alimentation
    La question alimentaire doit toujours commencer par considérer nos besoins (merci la science) avant d’essayer d’y caler un schéma politique/écologique
    Et si on mangeait tout simplement comme nos ancêtres ?

  89. Nini

    Je répondais à boggio😉dans mon commentaire précédent

    1. Anonyme

      manger comme les ancêtres ne fait pas vraiment évoluer. il y en avait moins des ancêtres et lorsqu’ils mangeaient, ils le faisaient pour se nourrir et juste la ratio nécessaire. Aujourd’hui, c’est du plaisir et tout le temps, passe pas 2h sans grignoter un truc. « on s’en fout encore complètement des autres, de leur souffrance (je parle des animaux, êtres sensibles comme vous et moi qu’on égorge, qu’on a dépecé, décapité, ébouillanté, bref, l’horreur, tout ça pour s’en régaler sans se poser de questions, sans soucis, juste pour se nourrir. Woauouh ! Merci la science d’avoir « prouvé » que les gens avaient besoin de tuer les autres pour survivre. Si on continue on devrait aller vraiment bien non ? ça se voit d’ailleurs, ne changeons rien, rien du tout, mangeons de tout, poisson à gogo, foie gras et on s’en fout du cancer du foie de l’oie et du canard, quel délice, et des truites saumonées élevées aux granules, aux poules encagées, des porcs traités comme des… on se croirait dans les camps de concentration et tout le monde rouspète encore sur le « choix alimentaire » . on hésite encore à se restreindre de bouffer des animaux ! c’est incroyable ! faudra t-il la perte totale de l’être humain la bouche encore pleine du sang des siens, les ganglions cancéreux, pour arrêter le carnage ? Merci Yuka d’essayer d’éclairer un peu sur une nouvelle alimentation. Il y a encore du chemin.

      1. Ryukens

        La comparaison avec l’holocauste est totalement inutile et indécente, ça craint les animaliste qui font mumuse à ça.

  90. adios

    Bonjour,

    Je respecte la liberté de chacun à manger ce qui lui chante, et évidement j’encourage tout un chacun à limiter sa consommation en produit industriel, et à raisonner sa consommation de produit carné en privilégiant la qualité sur la quantité. J’ai souscrit à votre appli pour mieux comprendre ce qu’il y a dans mon assiette pas pour changer de religion alimentaire… votre article est très bien écrit mais très borderline et dans le fond assez prosélyte. J’attendais de l’information pas du militantisme.

    De fais je vous demande de ne plus m’adresser de mail et je vais supprimer votre appli.

    Pour info il ne sert à rien de s’acheter une bonne conscience en mangeant des œufs… pour avoir des œufs ils faut des poules, qui dit poule dit poussin, qui dit poussin dit 50% de mâle… vous en faite quoi ? Donc attention militer Végétarien c’est tôt ou tard tomber dans une impasse intellectuelle…

    A bon entendeur
    Salutations

    1. Frédéric

      I agree !

      1. Anonyme

        et oui l’idéal c’est le pranisme, mais nous y allons pas à pas en se libérant déjà des animaux, c’est un grand pas déjà !

      2. Ryukens

        Le pranisme c’est du bullshit, arrêter de faire la promotion de pseudo-science qui peuve mettre la vie des gens en danger, c’est totalement irresponsable.

  91. Sophie

    Article très interessant !!

  92. Nini

    ??? Pas sûre d’avoir compris et pourtant je suis une femme 😂😂 pourquoi polémiquer sur tout, c’ est un article intéressant sans doute pas complet mais intéressant à lire, il n’impose ni d’être dans un clan, ni quoi que ce soit d’autre! Yuka a le mérite d’exister tout simplement…

  93. Anonyme

    Yuka est sûrement financé par L214….car toujours des commentaires anti viande. ..laissez nous manger ce que l on aime sans nous dicter ce que l on doit mettre ds nos assiettes. ..

    1. Ryukens

      Et twitter par les licornes roses invisibles corrompu par l’extrême droite qui fait que c’est devenu des démons qui retirent plus les tweets oppressifs.
      Et oui t’es pas le seul à vouloir faire mumuse au complot stupide.

  94. Anonyme

    Une fois de plus encore des articles contre la viande…voulez-vous vraiment la fin des éleveurs passionnés par leurs métiers ? ?? …
    Importer du soja américain ogm et traité au glyphosate est bien meilleur à la santé qu un morceau de boeuf élevé à l herbe naturelle ! !!!!! Et bien sûr ça pollue bcp moins de faire des milliers de km de bateaux que manger local….

    1. Jean-Yves

      Chacun ses choix dès l’instant où ils sont assumés… Concernant le soja destiné à l’alimentation humaine : soja non ogm majoritairement origine sud ouest…
      Cordialement

      1. Anonyme

        Même si il est français il y a des pesticides

      2. Ryukens

        oulàlà les méchants ogm et glyphosate, et si vous changiez un peu de vos pages de conspis » et de pseudo-écologie ? Genre les sites et pages sur l’esprit critique/autodéfense intellectuel/zététique.
        Ah et c’est un morceau de cadavre aussi et ça sert à rien de parler d’herbe naturelle, les espèces de datura aussi c’est considéré comme naturelle pourtant je doute que vous ayez très envie d’y manger.
        Sophisme d’appel à la nature et aucune connaissance sur l’alimentation végétale destiné aux êtres humains

  95. Cloclo66

    Merci youka pour toutes vos informations super 👍

  96. Anonyme

    Votre site est

  97. Flo

    « Comment devenir végétarien… » vive la propagande!! Quand vous vous promenez dans la campagne, vous préférez des vaches dans un parc ou un champs cultivé à perte de vue? Attention à ne pas tomber dans les excès ou le paysage français va totalement être boulversé! Remarque vu de l espace, notre petite France ne changera pas la donne… Aujourd’hui 2/3 des terriens ne mange pas à leur faim. Problème de riche tout ça, problème Français quoi!

    1. Ipefixe

      C’est marrant parce que finalement toutes tes affirmations sont vrais pour le cas de surconsommation de viande.

      Avec la surconsommation de viande nous detruisons l’environnement, le paysage français qui t’es si précieuse. Car pour nourrir le boeuf que tu finiras par manger, il te faudra bien la nourrir. Et ce boeuf a des besoins bien plus élevés que toi. On ne produit pas de la viande avec de l’amour et de l’eau fraîche lol
      De même pour la faim dans le monde, avec une consommation plus restreinte de viande, on aura moins besoins de champs et pourtant on pourrait bien nourrir plus de gens en gâchant moins de ressources.
      Enfin pour le problème de riche, la viande est bien plus chère qu’un bloc de tofu assaisonné ou d’un plat de céréales et de légumineuses tout ayant des apports équivalents et tout aussi nourrissant. Une semaine suffit pour s’en rendre compte alors que tu vas certainement acheter pleins de nouveaux produits pour réorganiser ton alimentation, les économies seront déjà une réalité.

      1. Flo

        Je crois pas que l on surproduit la viande en France!!! Puisque le France, enfin ces dirigeants, signe des traités avec les Amériques pour en importer encore plus de viande… c un deal… agriculture contre de l’ armements militaires français, Dasseau et compagnie si tu connaît… les accords transatlantique ça te dit.
        Pour l environnement je te dirai que pour nourrir une vache à l année, il faut 1 hectare, un terrain de foot (en France bien sûr, on est pas en Amérique ici, pas de hors sol pas d hormones) Sais-tu combien de carbone peut retenir un hectare d herbe? Si on enlève la vache et l herbe on va mettre quoi… et bien une céréale! Pourquoi pas un soja plein de protéines… mais bon ça n existe pas en France le soja, c est importé des Amériques, ogm glyphosate tu connais! Bref… donc il va falloir la cultiver cette plante avec un tracteur qu il va falloir construire, un peu de fuel qu il va falloir aller chércher sous terre, j te fais pas de dessin pour tout l itinéraire technique pour cultiver une plante sur une année!!! Crois moi si tu veut faire l ecolo laisse le reste de vaches qui tu vois dans les prés et va te promener avec tes enfants le dimanche à la campagne pour lui montrer la biodiversité Français. Pour la faim dans le monde tu sais très bien que quand ta pas les moyens de te payer à manger, et bien tu mange pas! Il suffit de voir en Afrique ou autre. Le prix des céréales non jamais était aussi bas que ces dernières années, pour cause de surproduction mondiale…. j ai pas l impression qu il mange plus dans les pays pauvres…? Toujours les meme famines dans les meme pays.

  98. JLC

    j’ai imprimé cet article pour le partager avec mes proches ! Merci Yuka

  99. LEGOUIX

    Super article !!!

  100. Anonyme

    article tres interressant

  101. Rigolot

    Tout d’abord bonjour à tous je vais tentés d’être bref bout moi tout se qui es vegan végétarien etc etc… Je ne suis pas d’accord car depuis des millions d’ans, les omnivores comme nous espèce humaine sommes dés mangeur de viande la nature est faite ainsi pourquoi faire des bouleversements alimentaires, qui nous le savons bien entrain forcément des dés changement sur le plan physique et physiologique que l’homme. Nous savons et nous en sommes sûr avec tout c’est bouleversant (alimentaire, climatique etc…) chaque espèce et mener à évoluer mais là avec c’est régime vite taries et vegan nous bousculons les choses donc pour moi; Es une bonne chose se changement alimentaire non je ne crois pas mais comme nous le savons chaque homme et libre de faire c’est choix.
    Merci de votre attention et réfléchissez bien sur l’impact que cela pourrait avoir sur l’homme.

    1. Cartesis

      Vous êtes vraiment « rigolot », mais c’est très difficile de vous lire ; vous feriez mieux de vous exprimer dans votre langue natale.

      1. Georges

        Commentaire extrêmement déplacé et même bien plus que ça sur le fond, selon moi n’a pas sa place dans ce sujet… Ni ailleurs !!!

      2. Ryukens

        Le fait qu’on soit omnivore veut dire qu’on peut manger aussi des produits d’origine animale et non qu’on doit le faire sachant que depuis la découverte de la vitamine B12 en 1947 ce n’est plus nécessaire dans consommer.
        Alors ton sophisme d’appel à la nature c’est un peu raté, un bouleversement des choses ? Faudrait peut-être détaillé et sourcé un tant soit peu, si c’est vers plus de progressisme éthique tout le monde est gagnant·e (car oui je le rappelle qu’il y a pas que les hommes heins mais plutôt l’être humain dans son ensemble ainsi que les autres animaux) n’en déplaise aux conservateurs et conservatrices trop borné sur une vision très limité et dogmatique du monde.

    2. Anonyme

      Bonsoir, vous êtes vraiment un énorme Rigolot…..

    3. Ipefixe

      Oui, enfin non. Ca fait 50 ans qu’on mange de plus en plus riche, pour ne pas dire comme des porcs.

  102. Dailly Corinne

    Merci Youka, pour vôtre implication et vos liens d’ informations.

  103. Nadine Rosan

    Bravo cet article est très bien fait et nous éclaire parfaitement
    Je vais le partager bravo encore

    1. Jean Pierre

      C’est bien de supprimer les ruminants! Mais qui entretiendra les prairies ?
      Les herbes ne vont plus disparaître et tout sera envahi par les ronces.

  104. Nadine

    Merci pour cet article très clair. Mon fils est vegan; j’aimerai aussi un article sur ce sujet. Est-ce que la vitamine B12 en suplémentation remplace la Thréonine? D’autre part, en ce qui concerne l’appli, une reconnaissance des produits vegan par simple scanner serait très utile… cdt.

  105. Michelangelo

    Quel poète ! Et certainement très frustré

  106. Eric

    Merci pour cet article bien fait et intéressant.

    vous oubliez par contre quelques points essentiels.

    Petite parenthèse avant tout. L’utilisation du mot Végan me fait dresser les cheveux sur la tête.
    C’est une mode mise en avant par les gros industriels comme argument de vente ( j’ai même vu des aliments Véga contenant du fromage dans un vrai magasin bio chez Côté Nature et Naturalia! ).
    Un Végan est quelqu’un qui n’utilise pas les animaux, ni pour labourer, ni pour s’habiller, rien, même pas pour une aide ( Un aveugle Végan n’utilisera donc pas de chien ). Celui qui ne consomme rien d’origine animal est un végétalien, pas un Végan.
    Encore moins celui qui se dit Véga et qui adopte un chien, puisque encore une fois, par définition, le Véga n’utilise pas les animaux, même comme compagnie.
    Bien évidemment, les industriels étant très fort, les dictionnaires, Wikipédia, ont tous modifié la définition. Mais il faut le savoir.
    Ceci étant dit;

    Allez, je vous propose mon tout petit article qui devrait être lu par tous.

    Acides aminés et protéines
    Vous parlez d’acides aminés dans les légumes. Merci de parler des mélanges pour compléter les acides aminés. Un autre bon plan est de mélanger des graines de chanvres, du riz et des petits poids. L’apport en acides aminés est très complet. Il existe d’ailleurs des mélanges de ces 3 protéines pour les sportifs dans les magasins bio..
    Vous avez raison de parlez des protéines et du système immunitaire et quel plaisir de lire ça tellement peu de gens en parlent. Et peu savent que le corps utilise des protéines pour fabriquer les anticorps. Il peut également se servir dans les muscles, d’où une autre utilité souvent pas expliquée de faire du sport. Par contre, il y a une grande différence entre les protéines végétales et animales. En ne consommant que des protéines végétales, vous aurez des muscles plus long et plus fins, et beaucoup moins de puissance qu’avec des protéines animales, pour ceux qui font du sport. Il faut le savoir ( et pour le vérifier, j’ai testé pendant 1 an ). Par contre, aucun inconvénient sur la santé à ne consommer que des protéines végétales qui, comme vous le dites, sont bonnes pour la santé si on absorbe tous les acides aminés nécessaires.

    Micronutriments
    Vous parlez des oméga 3. Oui, certains végétaux en contiennent, comme le lin, mais ils sont sous une forme difficilement assimilable par le corps humain. Les oméga 3 des aliments animales contiennent une forme plus facilement assimilables, encore plus ceux issus de certains poissons et crustacés, élément important quand on prend de l’âge et que le corps ne sait plus assimiler d’autres formes que l’Ubiquinole ( versus l’ubiquinone qui doit être dégradé et transformé en Ubiquinole par le corps, capacité qui se réduit avec l’âge et la santé ).
    Vous parlez également des B12, là encore, citer les produits laitiers est contre productif si l’on part du principe qu’un produit laitier, même bio, surtout issu de vaches, est mauvais pour l’être humain, bien pire qu’une viande saine issue d’un animal qui vit sainement et en liberté, bien traité et bien nourri ( sans blé, maïs, pire encore, le tritical, ou autres nourritures de ce type qui n’ont rien à faire dans leur estomac ).
    Pourquoi l’être humain est le seul sur la terre à consommer du lait après sevrage, et en plus d’un autre animal?
    A un moment, il faut se poser la bonne question, et coudre tout un tas d’arguments en plus, c’est refuser d’affronter cette réalité.
    Pire encore, on donne du lait de vache à des chats. ces animaux se retrouvent avec des maladies d’humains, des cancers, AVC, Infarctus, maladies auto-immunes, à cause du lait de vache qu’on leur donne! Mais d’où est venue cette idée? Ou plus simplement, comment un chat pourrait consommer du lait de vache dans la nature? Parce que dans le lait, tout est mauvais. C’est aussi une des première cause du cancer du sein, de maladies auto-immunes, à cause de l’hormone de croissance de la vache trop puissante pour l’homme, de la caséine qui fait s’emballer le pancréas comme si c’était du sucre, et du lactose.
    On peut citer les exemples et études des pays nordiques qui consomment beaucoup de produits laitiers et qui ont le record du nombre de fractures et autres problèmes osseux.
    A l’inverse, les Chinois qui ne consomment pas de produits laitiers ont le taux le plus bas de fracture au monde.
    Le lait empêche l’absorption du calcium, même ceux des légumes qui est celui dont nous avons besoin.
    Quand au riz, comme les pommes de terre, indice glycérique très élevé, et bizarrement, pour reprendre mon exemple, les chinois qui consomment beaucoup de riz ont un facteur Diabète plus élevé que la moyenne dans le monde ( d’autres pays aussi, mais parce que surconsommation de sucre ).
    Pour les végétariens, vous oubliez d’autres nutriments importants. Le Co-enzime Q10, la vitamine D3, le collagène ( le bouillon de poule, tellement bon pour la santé et pourtant oublié de nos jours ), le Zinc ( pour les végétaliens ), et tous les autres dont le sujet est souvent évité un peu partout?
    J’en ai fait l’expérience, puisque bien évidemment, j’aime tester malgré les nombreuses études scientifiques qui vont dans mon sens.
    1 an de vie végétalien.
    J’ai du arrêter car maladie auto-immune, fatigues chroniques, douleurs articulaires, ect…
    Le jour ou je me suis remis à consommer des aliments animaux, mes soucis de santé ont disparu en 2 mois.
    ah, question:
    quel animal sur terre ne consomme aucun aliment animal? vous allez me parler d’animaux herbivores, comme la vache?
    Une vache peut manger jusqu’à 70 Kg d’herbe par jour.
    Quand elle broute, elle peut avaler jusqu’à 1 Kg d’insectes par jour qu’elle avale sans le savoir quand elle broute, sans compter les déchets animaliers présents dans la terre ( ah ah, la B12 ? ).
    Ah bon? Une vache est-elle vraiment herbivore? Peut être le croit-elle. en apparence.
    Mais son apport en nutriments animalier lui permet, même de façon inconsciente, de ne pas être en carence.
    Même le panda se nourrit occasionnellement d’insectes, de poissons et d’oeufs. Eh non, pas 100% de bambou !
    Alors oui, un gros oui pour réduire sa consommation de viande. 3 fois ( viande blanche, poisson gras ) par semaine semble être suffisant pour tout le monde.
    Mais visiblement, aucun être vivant sur terre ne consomme que du végétale, à part les être humains végétaliens! Cherchez l’erreur…

    Pour finir, et pour info, je me suis guéri d’un genre de leucémie, avec en plus hyper tension, hypothyroïdie, douleurs dorsales, en changeant mon alimentation. Alimentation à 90% bio, sport, 2 ou 3 autres trucs tout aussi naturel, Et mes conseils ont permit à des gens de se remettre de maladies comme la sclérose en plaque, le diabète de type 1 et 2, d’autres maladies juste avec des conseils d’alimentation qui coulent sous le sens. Eviter le blé, maïs et autres produits contenant du gluten, éviter les produits laitiers, viandes rouges, éviter les pommes de terre, et le riz qui font s’affoler le pancréas parce que indice glycémique très élevé, éviter sucres et aliments transformés, et manger beaucoup de légumes ( 80% des repas ), un peu de viande blanche ( pour moi, uniquement issue d’animaux en liberté et pas stressés ), du poisson et des fruits de mer.
    Pour les végétariens, comme vous le dites, tous ces soucis sont limités, c’est une alternative à étudier vraiment.
    Mais encore une fois, aucun animal n’est totalement végétarien, encore moins végétalien, et si vous creusez sérieusement le sujet, la majorité de Végan, je dis bien la majorité, s’ils font leur régime sérieusement, reviennent en arrière au bout de deux ans parce que carences et soucis sérieux.
    Pour conclure, j’ai pu voir un pro-défenseur du régime Végan, connu sur le net, manger un bon steak dans un restaurant. Ce jour là, j’ai regretté de ne pas avoir mon smartphone pour le filmer et le montrer.
    Ceci pour dire quoi? Attention à ne pas confondre ces mots de mode qui enrichissent les industriels.
    Ah, j’oubliais. Ces végétariens qui consomment des compléments. ces compléments viennent tellement à la mode qu’on est obligé de détruire des espaces naturels pour planter du lin, du lichen pour cultiver la D3 végétale, alors question.
    Qui est le vrai assassin. celui qui va prendre son fusil pour tuer l’animal qu’il va manger? Ou celui qui détruit tout l’habitat de ces animaux sur des hectares et des hectares pour se complémenter soit disant naturellement?
    Et que dire de celui qui favorise les pollutions pour avoir ses aliments sains venus de l’autre bout de la planète?
    Je ne suis pas certain que celui qui mange sa sardine ou son poulet soit le plus à craindre.
    Attention, je ne critique pas le Végan, au contraire, je respecte et applaudi son courage et sa démarche. Je lui souhaite vraiment de réussir et de rester en pleine forme.
    Mais c’est loin d’être gagné comme engagement et je n’en n’ai pas encore vu à ce jour.
    Les Inuits, esquimau et autres vivants dans les grands froids se nourrissent principalement de viande, pratiquement aucun fruit ni légume.;
    Et ils vont bien, vivent longtemps et en pleine santé.
    A l’inverse, je ne connais pas de végétaliens ou végétariens qui, à un âge avancé, puissent être capable de faire ces performances et de vivre dans ces conditions.
    Et pour finir, comme le dit Daniele, le plus important est de se faire plaisir et de vivre et manger en pleine conscience.
    Le mot de la fin, citons 2 extrêmes. celui qui mangera végétalien en se forçant, en faisant attention à ce qu’il mange, risque d’avoir plus de souci de santé que celui qui mange un steak et qui savoure pleinement ce moment comme un vrai instant de plaisir.
    L’alimentation est importante, tout autant que le bien être et le plaisir.
    Merci de m’avoir lu.

    1. Laëtitia

      Merci Eric ! Merci ! Merci ! Enfin quelqu’un qui voit plus loin que le bout de son nez ! Et qui l’explique bien !

    2. Sophie

      Merci eric pour ton témoignage très éclairant et tolérant ! Emprunt du bon sens. Ne faisons pas de dogmatisme et favorisons le plaisir et la consommation en conscience.

    3. Anonyme

      Pourrez ton avoir des sources s’il vous plaît ?

    4. sophie

      Merci beaucoup Yuka j apprécie bcp vos articles
      Merci Eric le flexitariste de ton complément ingénieux d information pour notre santé
      Moi aussi j ‘evite Sucre- Produit laitier – Gluten – viande rouge – produits indus modifiés
      et je me sens en super forme et en harmonie avec ma planete

    5. Anonyme

      Bravo pour ces explications qui me semblent bien étayées et contiennent une dose mimimum de bon sens

    6. Réponse à Eric

      Réponse à Eric

      Où avez-vous lu que la majorité des vegans arrêtaient au bout de deux ans? De tous les vegans que je connais qui l’étaient il y a deux ans le sont encore personnellement.

      Oui si on regarde les vidéos sur internet ça paraît beaucoup, mais c’est surtout parce que les vegans qui le sont encore au bout de deux ans vont pas faire une vidéo : « je continue le veganisme au bout de deux ans ».

      Pour les maladies auto-immunes, étudiant en médecine et ça m’intéresserait beaucoup de savoir comment avez-vous pu régler une maladie auto-immune en mangeant des animaux, parce que j’avoue que je n’ai jamais vu ça.

      Le veganisme strict demande une réflexion qui va au-delà du régime alimentaire comme vous le soulignez. Donc non, on ne trouve sûrement pas de mammifères végétalien strict (on trouve évidemment des insectes et autres qui le sont), car c’est une histoire de conviction philosophiques et non de possibilités alimentaires. Néanmoins, les études convergent vers 25% d’augmentation d’espérance de vie et notamment d’espérance de vie an bonne santé.

      D’autre part
      – Le végétalisme demande 3x mois de surface exploitable (donc bien plus écolo que l’omnivorisme et non l’inverse)
      90% du soja mondial est destiné à l’élevage
      85% de la déforestation amazonienne est exploité pour l’élevage, une fois encore.
      16% (je ne suis plus sûr du chiffre) des émission de gaz à effet de serre sont dû à l’élevage
      Le vrai veganisme, comme vous le soulignez, prend en compte l’impact écologique puisqu’il s’importe « de vivre en diminuant au maximum la mort et la souffrance animale ». Donc un vegan prend en compte ces différents aspects dans son alimentation.
      Bref, dire que le veganisme cause des problèmes écologiques, c’est absurde
      et oublier les faits.

      Mais je suis tout a fait d’accord avec vous que le lait concernant la consommation humaine est néfaste sur tous les plans, et que le veganisme est souvent 1) incompris, 2) fait de nos jours l’objet d’une récupération industrielle assez incroyable.

      Quand aux performances sportives, tapez sportifs végétariens et vous aurez la liste. De très grand(e)s champions(nes) le sont.
      L’intérêt des Inuits est d’avoir une couche de graisse importante pour se protéger du froid. C’est rarement le but des sportifs, et le végétalisme permet de diminuer son pourcentage de masse graisseuse. C’est donc un régime tout a fait approprié, et l’article ci-dessus donne le lien d’un très bon compte-rendu sur le sujet que je vous invite à lire d’ailleurs sur les sportifs végétariens et végétaliens.

  107. Anonyme

    j’aime

  108. Cabrera

    Article simple, clair et qui me conforte dans mes pratiques.

  109. Jean-Loup

    Toujours très bien fait. Intelligent, clair, pédagogique.
    Encore merci

  110. Guillot

    Merci pour cet article. Il faut se bouger et arrêter les élevages intensifs. Depuis 2 ans, j ai arrête de manger de la viande et je me sens très bien. Pensons surtout à la souffrance animale.

  111. Marie-C

    Merci pour cet article.
    Cependant, attention aux erreurs : les produits laitiers et les oeufs ne suffisent pas à couvrir les besoins en B12. Une complémentation est indispensable pour éviter une carence. La Fédération Vegan a de nombreux documents sur le sujet.
    En France, peu voire aucun produit ne contient de la B12 et pour finir, c’est un test urinaire qui permettra d’identifier une carence en B12 et non une prise de sang.

    1. Jean-Yves

      Je suis végétarien depuis de nombreuses années et sportif intensif (mini 1h30 par jour…). Aucune carence et des analyses au top !!

  112. Liliane

    Merci Julie
    Tjrs très intéressants vos articles

  113. Véronique SAUDREAU

    Merci pour tout ce que vous dite. En tant que végétarienne je ne peux qu’être d’accord.

  114. Mariegolotte

    Je suis végétarienne et très concernée par l’équilibre alimentaire. Cet article me semble excellent.
    Les détracteurs du régime végétarien sont en général des « dits experts »… financés par des industriels. J’ajouterai que, comme les protéines animales acidifient l’organisme, elles nuisent à la fixation du calcium. Quand mon médecin a su que j’étais végétarienne et ne consommais pas de laitages, il a demandé aussitôt une densité osseuse. Surprise, je suis clean ! D’autre part, passer au régime végétarien a fait redescendre mon cholestérol qui n’était pas très élevé mais qui est aujourd’hui impeccable. Bref, à plus de 70 ans, j’ai des résultats biologiques de jeune fille.

  115. Christ

    Très intéressant cet article. On se documente sur ce sujet qui nous éclairé sur la meilleure façon de se nourrir sans avoir de manque pour notre équilibre santé. A nous de trouver ce qui nous convient le mieux et qui permet de s’impliquer… Merci de ces articles

  116. Klara

    je suis végétarienne depuis toujours, et végétalienne depuis 15 ans.Je suiss en très bonne santé, et bien que n’ayant plus 20 ans depuis très longtemps, je travaille toujours et beaucoup..Aucune carence. Quand j’ étais végétarienne, c’était évident que je ne risquais pas d’en avoir. Avec le végétalisme, j’ai commencé à prendre de la B12, et tout va bien. Les protéines végétales sont largement suffisantes et de bien meilleure qualité que les protéines animales.

  117. Jean-Yves

    Végétarien depuis quelques années, je suis en pleine forme. Je suis addict au sport, je cours plus de 5000 km par an et je n’ai aucune carence. Mes performances sportives se sont améliorées et je suis très rarement malade. Je suis l’opposé d’un bobo parisien !! Juste quelqu’un de pragmatique qui souhaite apporter un exemple factuel et qui approuve totalement cet article !!

  118. Zibou Chantalaoude

    Merci pour la qualité de votre article. Je suis comme d’autres flexitarien, je pense qu’il faut privilégier la qualité des produits alimentaires en circuit court, j’ai la chance de pouvoir me suffire en légumes avec mon jardin potager en permaculture. Les produits bio ne sont pas la panacée mais on sait qu’ils contiennent beaucoup moins de pesticides, certes c’est plus cher, mais il faut savoir placer ses priorités.

    1. J L

      Bonsoir
      Petit calcul soja 1800 litres d’eau au kilo rendement 3000kg à l’hectare
      3000×1800= 5 400 000 litres d’eau à l’hectare
      Un bovin 15500 litres litres d’eau pour 1kg poid de carcasse 350 kg 1 vache à l’hectare
      350×15500= 5 425 000 litres d’eau à l’hectare
      Je vous laisse juge de la présentation des chiffres
      Le Soja est à l’échelle mondiale essentiellement OGM

  119. Solange

    J’ai trouvé ces informations super super intéressantes et qui m’ont beaucoup éclairée car parfois j’étais un peu perdu dans les légumineuses, Vraiment un très très grand merci.

  120. Clochette

    Pour sauver la planète arrêtons de manger de la viande industrielle ! Et nous avons de la chance d’habiter en France où l’élevage bovin et ovin (pour la viande) est très souvent pastoral = pâturages = pastoralisme = paysages = paysan = biodiversité souvent sur des espaces où pas grand chose ne pourrait pousser (relief accidenté, sol peu fertil, forêt,…) donc l’herbe et les Landes (impropre à notre consommation) sont transformés en viande (consommable par les humains) grâce à l’animal herbivore ! Je trouve donc cet article très détaché des territoires et des agricultures locales. Aujourd’hui c’est facile de trouver de la viande de qualité (biocoop, paturAlp, agneau de sisteron,… ) Arrêtons de penser qu’on a les mêmes systèmes agricoles que les américains, chinois, (déforestation, feed lot) ces derniers pèsent énormément sur les chiffres de la Fao et nous fond croire qu’en devenant végétarien on diminue notre impact environnemental ! Pas si tu achètes des kiwis de New Zeland, pamplemousse de Californie et du quinoa du Pérou plutôt qu’un steak à la biocoop (et même en supermarché ça peut venir de pas loin-num de département sur l’étiquette)! Après c’est vrai qu’en France on produit du porc et de la volaille hors sol et là moi je n’en veux pas !
    Mangeons moins de viande mais mieux ! OUI pour le FLEXiTARISME

    1. Un peu d'amour dans ce monde d'abattoirs.

      Le problème n’est pas vraiment l’origine de la viande là, on parle de santé..
      1) Le végétarisme est un régime permettant une meilleure espérance de vie que l’omnivorisme
      2) Le végétarisme demande beaucoup moins de surface exploitable et donc laisse plus d’espace à l’état sauvage (donc de paysages)
      3) ne plus manger de viande ça ne veut pas plus de vaches ! Il y a des variétés de bovins sauvages et les vaches sont des animaux totalement autonomes. Rien ne changeraient dans vos jolis paysages.
      4) du coup, je ne vois aucun argument pour le flexitarisme (à part l’éternel « oui, mais c’est bon » évidemment)

      De plus, vous souhaitez preserver les paysages… Honnêtement, si vous êtes prêt à changer votre alimentation pour voir de jolis paysages, vous devez bien l’être pour pouvoir voir un porcelet venir jouer à vos pieds. C’est tellement plus mignon qu’un montagne !

      Le respect de l’environnement, c’est avant tout le respect de tous les êtres qui le composent. Il n’est pas question que de « steack », d »entrecôte » ou de « charcuterie », il est question de vie, de mort, et de souffrance.

  121. Reus

    Super article

  122. Mohammed ENNOUGAOUI

    très bien

    1. Mohammed ENNOUGAOUI

      très intéressant. en plus c est très important très bien

  123. Martine

    Comme disait ma grand-mère « chacun voit midi à sa porte » ! Je tiens précieusement compte de vos infos et merci beaucoup ! De toute façon il y a bien trop de maladies et notamment de cancers dans la société actuelle, et on en connaît certaines causes…donc soyons réalistes et prudents ! priorité à notre SANTÉ en tenant compte des recommandations alimentaires (saines). On mange Trop et mal ! Faites l essai : mangez moins et privilégiez la qualité ! Vous verrez vos intestins seront plus heureux et votre budget n en souffrira pas !!

    1. marie pierre ih

      article clair et tres instructif,bien présenté
      bravo très intéressant

  124. Benoit

    Merci pour cet article qui présente bien les enjeux nutritionnels de notre alimentation. Le flexitarisme fondé sur un approvisionnement responsable reprend les bases d’une hygiène de vie apprise dans mon enfance en milieu rural (viande rouge une fois par semaine, consommation régulière d’oeufs et de fromage, sans excès, combinée aux céréales et légumineuses). Ces pratiques et les structures de production agricole pourraient être alignées en quelques années d’effort et de sensibilisation. Continuons à en parler !

  125. Elise

    je suis végétalienne, en priorité, parceque je ne supporte pas les souffrances infligées aux animaux, qu’on ne peut plus ignorer. Un peu de plaisir pour tant de supplices ne se justifie en rien. Je précise que depuis 7 ans que j’ai changé mon alimentation, mes bilans médicaux n’ont jamais été aussi bons.

  126. cerisere

    J’ai entendu de la part d’éleveurs l’argument suivant :
    Les déjections d’animaux sont un engrais très puissant. Limiter l’élevage pour favoriser les végétaux aurait pour conséquence de limiter ces apports en engrais et donc la productivité des terres.
    D’un autre côté moins de céréales seraient nécessaires puisqu’il ne serait plus nécessaire de nourrir autant d’animaux. Ce calcul devrait pouvoir se faire.

    1. vertmicel

      Oui argument d’éleveur. Mais foi d’un ancien de l’agro alimentaire, devenu  »bio » cet argument ne vaux que chez les agriculteur industriellement progressites et encore. Pour info voir entre autre konrad Schreibert sur you tube… d’une part et les risques pour la santé d’une consommation exessive de viande en particuliers rouge. Bonne année.

  127. Kent

    Très bonne étude sur les idées préconçues . Merci .

  128. LARREY

    Bonjour, merci pour ce brillant article. Je ne consomme plus de viandes et de poissons depuis 18 mois, ce qui ne m’a pas empêché de poursuivre mes reportages photos au Tibet et de grimper à 5000 mètres d’altitude avec 20-25kg de matériel dans mon sac dans une atmosphère pauvre en oxygène. C’est en constatant les efforts de bergers tibétains à vivre d’un élevage résonné dans un massif que j’ai pris cette décision. En comparant leurs pratiques et celles de l’Europe, j’en suis arrivé à la conclusion que les français ne tolèrent plus la présences des grands prédateurs et que les grands troupeaux d’herbivores sauvages ont simplement disparus (plus de bisons d’Europe depuis environ 400 ans en France, plus d’Elan, plus d’Auroch depuis environ 400 ans… donc on ne parle pas du lointain paléolithique… ni d’une période glaciaire…). Les prédateurs qui reviennent sur notre territoire par les pays voisins sont très mal accueillis et ils ont peu accès à leurs proies naturelles les herbivores sauvages. Par contre, l’élevage des grands mammifères domestiques a explosé en quelques décennies, monopolisant en grande partie les pâturages… Les bergers tibétains protègent les troupeaux d’herbivores sauvages et ils partagent les pâturages entre les troupeaux de yaks et la faune sauvage. De plus ils acceptent la prédation sur leurs troupeaux sans représailles, ce sont les panthères des neiges, loups et ours brun qui consomment plus de yaks que les tibétains eux-mêmes dans leurs troupeaux. En effet, les tibétains consomment de la viande mais en très petites quantités (1 à 2 yaks par an pour une famille contre 5-6 yaks prédatés dans un troupeau de 50-100 yaks). Les prédateurs prélèvent jusqu’à 10% du troupeau, en France la prédation du loup sur les moutons est de 1/1000. La conclusion est que les tibétains partagent les ressources avec la grande faune qu’ils respectent et ils ont même stoppé la chasse dans certains massifs où ils vivent. Ils consomment peu de viande, ils récupèrent surtout les crottes de yak comme combustible et consomment le lait. Ils ont un mode d’alimentation très sain, fortement végétarien et respectueux de la faune sauvage. Ils sont heureux, on peut le lire sur leurs visages, ils recherchent un mode de vie en harmonie avec leurs montagnes.
    A contrario, en Europe… les bergers vivre souvent avec la haine du loup et les bon nombre de politiques entretiennent la désinformation et la méconnaissance. Les quelques 500 loups sur le territoire français sont mêmes chassés pour calmer les mécontentements alors qu’ils sont une très petite population en danger. Le lynx est presque absent et braconné, l’ours (sous espèce des Pyrénées) est éteint, il a été réintroduit de Slovénie (une autre sous espèce)… et d’autres herbivores ont été décimés tels chamois, bouquetins (disparition définitive de l’ibex des Pyrénées en France). Idem pour les grands rapaces…
    Revenons au yak, il a été domestiqué il y a environ 5000 ans, et le yak domestique existe encore au Tibet, bien que menacé. Ce n’est pas le cas de l’Auroch qui est l’ancêtre de la vache et du taureau, aujourd’hui disparu. Notre société européenne a perdu l’histoire naturelle de ses paysages et ne connait plus les espèces qui devraient peupler nos forêts, prairies, montagnes, marécages…
    Nous autres européens avons eu un comportement extrémiste envers la grande faune, on peut parler d’un génocide d’espèces dites en concurrence avec la chasse ou l’agriculture et l’élevage… il est même encore utilisé le terme d’espèces nuisibles pour le renard qui est piégé encore aujourd’hui. Un terme honteux pour une espèce pourtant sauvage.
    Je ne peux plus manger de viande car nous avons fait trop de mal aux grands herbivores et grands prédateurs sauvages d’Europe et de France. De plus, la maltraitance animale est extrêmement choquante, des boeufs et cochons élevés en industrie ne peuvent avoir une existence heureuse, en comparaison des yaks domestiques du Tibet qui vivent en troupeau dans les montagnes.
    Même constat pour les poissons et la faune marine, disparition du Phoque moine de méditerranée en France (le pinnipède le plus menacé au monde, par ailleurs présent en Grèce, et quelques autres pays), effondrement des populations de poissons et de la faune marine en général… diminution des tailles de poissons… il suffit de regarder les résultats des concours de pêche à la morue, aux requins… les prises sont deux à quatre fois plus petites qu’ils y a 40 ans.
    Toujours moins de faune sauvage, rarefactions des espèces dites communes, et toujours une augmentation de la démographie humaine. Un seul choix raisonnable s’offre à nous : baisser notre consommation de viandes et de poissons pour tenter de sauver la faune sauvage dont 50% a disparu un petit siècle sur la planète (voir le rapport du WWF en 2018). Il faudra discuter ensuite de la démographie humaine en chercher des solutions raisonnables…

    1. Pierre

      Bonjour Larrey,
      Ta réponse est fort intéressante et bien documentée, et je la partage tout à fait.
      Moi non plus je ne mange plus de poisson ni de viande (sauf parfois quand je suis invité, c’est parfois délicat de refuser).
      Ton récit sur le Tibet est instructif, nous sommes une civilisation décadente.

  129. Nathalie

    La consommation de viande a pendant longtemps été un signe de richesse et n’était pas accessible à la plupart des gens.
    L’explosion de sa consommation est quand même liée à une certaine idée de ‘justice sociale’, facilitée par les supermarchés, hypermarchés et l’élevage intensif qui ont drastiquement fait baisser les prix.
    Dans ma famille plutôt modeste, on ne mangeait de la viande que le dimanche. Et je parle de la deuxième moitié du vingtième siècle.
    Ma grand-mère paternelle décédée il y a une dizaine d’années à l’âge de 96 ans ne mangeait pratiquement pas de viande et se portait très bien.
    Je pense qu’il y a, au-delà d’un vrai problème de société sur les emplois liés au secteur de la viande, des ressorts psychologiques à ne pas négliger car très profondément ancrés.

  130. andré

    Très intéressant et comment ne pas être convaincu. Le gros problème dans nos pays à haut niveau de vie est qu’on ne s’alimente pas pour se nourrir mais pour se faire plaisir. Que dire d’un dîner entre amis où il n’y aurait pas une bonne côte de boeuf accompagnée de frites bien grasses et d’un bon coup de rouge. Sans compter qu’avant cela on a pris l’apéro avec un peu de charcutaille et qu’après comment ne pas finir sur un bon fromage, un dessert bien sucré et bien gras, et, pourquoi pas un petit digestif !
    En résumé, pour la survie de la planète il va falloir apprendre à souffrir,… A moins qu’on devienne subitement intelligents et qu’on prenne conscience que la vraie question est : n’y aurait-il pas tout simplement trop d’êtres humains sur cette terre ?

    1. DA ROCHA

      trop d’êtres humains sur cette planète??
      bizarre! on arrive pas à nourrir tout le monde??
      et les tonnes de bouffe que l’on jette!! c’est à rien n’y comprendre, n’Est-ce pas? Enfin si, on a une petite idée,!! derrière tout ça, bien évidemment il y a beaucoup de fric à prendre surtout!!

  131. Rousseau

    Merci beaucoup pour votre article !!

  132. Kurug

    Très déçu par cet article à charge. Je n’ai rien contre les végétariens et les vegans, contre personne en fait. Mais il faut avouer que le parti-pris dès le départ ne laisse pas beaucoup place au doute sur les tendances alimentaires de Julie.

    Déplacé à mon sens. Vraiment déçu.

  133. Sarkis

    Je suis végétarienne depuis 30 ans et je suis en pleine forme. Merci pour cet excellent article qui explique clairement les avantages et les pièges à éviter lorsqu’on est végétarien

  134. DANIELE

    Et si on parler simplement de se faire plaisir en mangeant ce qu’on aime ?
    Assez de bons conseils, laissez-nous manger tranquille.

  135. Fournier

    Article très très intéressant j’ai adoré la présentation appris plusieurs choses que j’ignorais merci

  136. Sarkissian

    Je suis végétarienne depuis 30 ans et je suis en pleine forme. Merci pour cet excellent article qui explique clairement les avantages et les pièges à éviter lorsqu’on est végétarien

  137. mendez

    excellent

  138. Lena

    L’article est très bien !!
    A un moment donné il va falloir changer nos habitudes alimentaires c’est un vrai problème de société avec toute cette mal bouffe et on sait à quel point notre santé dépend de ce qu’on l’on mange, des études scientifiques le prouvent, on n’est empoisonné avec tous leurs pesticides et la nourriture que l’on donne aux animaux pour la consommation contient également toute sorte de poisons, voilà ce que nous laissons aux prochaines générations, il faut que les consommateurs se réveillent et ne plus acheter n’importe quoi!!
    Alors la viande perso je peux m’en passer facilement!!

  139. Paternina

    Je n aime pas le prosélytisme
    J aime votre application

  140. BERNARD

    MERCI ET BRAVO POUR CET ARTICLE BIEN CLAIR ET HONNETE.
    A SUIVRE
    BERNARD

  141. YOQ31

    Comme d’habitude une information très intéressante, merci Julie de Yuka.

  142. Julien Nivet

    Moui… On vous a connu un peu plus modérée.
    Les prairies permettent aussi de capter du CO2, ce qui vient compenser une partie des émissions de GES de l’agriculture.
    L’élevage, toujours sur prairies, permet de valoriser des terres qui de toute façon ne seraient pas utilisables pour nourrir l’homme directement (terrains trop accidentés, terres « pauvres »…).
    Avant d’appeler à ne plus consommer du tout quelque chose, on peut peut-être commencer par MOINS et surtout MIEUX (se renseigner sur l’origine de la nourriture, les conditions d’élevage et de production, la rémunération du producteur…). Aider à mieux consommer, il me semble d’ailleurs que c’est l’un des objectifs de Yuka… 😉

    1. Clochette

      Complètement d’accord ! 😉

  143. Dif

    Bon à savoir.

  144. LH

    Bonjour,
    Cet article est très intéressant ! Cependant je ne comprend pas : dans le tableau montrant les 8 acides aminés apportés par les différents aliments, on voit bien que si l’on consomme uniquement des céréales et des légumineuses, il manque encore la leucine & la thréonine. Or il est écrit juste en dessous « Ainsi, l’association de céréales et légumineuses permet généralement d’assurer un apport complet »…
    Finalement, pour avoir une alimentation végétale qui apporte tous les acides aminés, il faut forcément manger du fromage, car c’est le seul aliment végétal qui contient de la thréonine !

    1. Fernandez

      c bien ce que j avais appris a l école il y a longtemps : si on ne mange que des légumes alors il manque un acide aminé. Donc mangeons des protéines animales… un peu… et des protéines végétales… beaucoup. Et puis fabriquons nous propres légumes… dans nos jardins ! Je vous écris ça devant un goûter avec du lait, de la pate a tartiner, et du pain de la voisine boulangere ! Hum !

  145. SALVATORE

    Vos sujets sont toujours plus intéressants les uns que les autres.
    Ils nous permettent d’évoluer afin de mieux s’adapter à ce monde qui évolue dans cesse pour une vie meilleure.

  146. gallo

    article a charge, donc fatalement suspicieux donc pas convaincu….

  147. Nicolas

    Ça cloue le bec une bonne fois pour toutes à tous les végétaro-sceptiques, bravo!

  148. François

    Superbe article très très bien écrit. Continuez comme ça. Éveillez-nous. Merci

  149. emleen

    Il ne s’agit pas seulement du fait que le végétarisme est contraignant, il s’agit du fait que nous avons besoin d’acides gras de la chaîne animale marine ou que entre autres comme le montre votre très intéressant tableau des protéines, il semble que la viande soit quand même intéressante.
    Pour beaucoup les gens qui continuent à manger de la chair animale en conscience ne sont pas trop flemmards pour être végétariens, simplement convaincus que c’est important de consommer des produits animaux en sachant ce que cela implique.
    Moi, ma conscience me permet de tuer un animal pour m’en nourrir, mais pas de tolérer l’élevage en batterie par exemple.
    Et les steaks de soja vegan qui déforestent l’Amazonie, ou les additifs vegans douteux dont vous parlez, c’est en effet pas la panacée.

  150. Tib

    Vous confondez information et évangélisation, Je supprime l’appli de ce pas.

    1. Georges

      Je serai presque tenté mais je m’en sers pour tenter de manger moins de M….
      Ceci on peut aussi lire les étiquettes

      1. Georges

        Serais

    2. Laura

      Rien ne vous force à lire cet article. Ce n’est que de l’information, rien d’autre…

      1. Cédric

        Non c’est de la propagande. Laissez les gens libres de consommer ce qu’ils veulent sans rabâcher sans cesse qu’il ne faut pas manger ceci ou cela.

      2. Georges

        Pour moi c’est du prosélytisme ; mais en principe c’est mieux de lire un article pour savoir de quoi il parle avant de le commenter non !
        Ensuite on émet un avis…

    3. Anonyme

      Pareil

    4. Anonyme

      Pas de commentaire.

  151. François

    C’est dommage d’utiliser votre application pour faire la propagande de cette alimentation. Le vrais problème n’est ni la santé ni la maltraitance animal. Le véritable problème c’est l’alimentation industrielle et les villes géantes coupées de leurs paysans.

    Il n’y a aucun problème éthique ou sanitaire avec une alimentation locale, paysanne et biologique. En revanche, la vie citadine impose une alimentation industrielle. Qu’elle soit végétarienne, vegan ou bio ne change rien au fait que ce soit une catastrophe.

    La vrais question serait donc peut-être plutôt ou vivre pour ne pas avoir un impact (trop) négatif sur mon environnement ?

    1. LM

      Vous pensez réellement que la maltraitance animale n’est pas un problème ?
      Et l’explosion des cancers du colon provoqués par la trop grande consommation de viande rouge, non plus ?

  152. A Alain

    Merci YUKA pour tous les efforts , et les excellents commentaire chapeaux

  153. maurice BERNARD

    Bonjour. Merci grâce à vous je viens d’apprendre que j’étais adepte du pescétarisme. je le suis devenu à cause de la maltraitance fait aux animaux. Mais si en plus c’est bon pour la planète que demander de plus. La prochaine étape est d’essayer de manger moins de poisson. Merci pour ce que vous faites et MEILLEURS VOEUX POUR 2019.

    1. Georges

      Vous avez déjà entendu parler de là sur-pêche ?
      Et donc vous pensez que les poissons, crustacés et autres mollusques que vous consommez ne souffrent pas ?…

      1. Georges

        Quant à la pollution des mers, océans et fleuves du fait de de l’ondustrie, de la chimie, des métaux lourds et des micro-plastiques…

  154. Mathieu

    Merci pour cet article qui consolide mom opinion sur la diminution de viande. Il nous donne de bonnes infos pour s’alimenter autrement !

  155. Isabelle Barbry

    Merci pour cet article très éclairant sur l’alimentation, et pour vos conseils.

  156. Alizon

    Cela fait maintenant 10ans que mon mari et moi sommes végétariens. Nous faisons des contrôles sanguins tous les ans, nous avons une activité sportive régulière, n’avons aucune carence, sommes en pleine forme et ravis de nous nourrir de mets délicieux sans aucune souffrance animale!!!

    1. Anonyme

      Bravo et bien dit sans aucune souffrance car aujourd’hui les abattoirs c est une horreur et j en ai honte

    2. Seb

      Pas de souffrance animale en étant végétarien? Il faudrait plutôt dire « moins » de souffrance animale.
      Ce n’est pas pour critiquer car être végétarien c’est déjà une bonne chose pour réduire cette souffrance mais il ne faut pas se voiler la face non plus en pensant que le lait, les oeufs, etc… ne produisent pas de grandes souffrances.

      Bonne continuation à vous et bonne soirée

  157. Janicka

    Çà donne envie de démarrer ! Je vais commencer par diminuer considérablement la viande.
    Merci pour cet article
    Bonne année et bonnes résolutions à toutes et tous 🙂

  158. Annie

    EqQUIVALENCES PROTEIQUES FAUSSES
    100 g de boeuf=20 g de protéines
    300 g de lentilles cuites=100 g de lentilles crues=9 g de protéines
    35 g d’amandes=7g de protéines
    250 g de tofu=30 g de protéines
    4 oeufs=28g de protéines

    1. Seb

      Vous avez raison il y a une erreur mais elle pire que cela.
      Le soja pour la consommation humaine possède entre 44 % à 47 % de protéine donc entre 100 et 117gr de protéine pour 250kg. On trouve d’autres sources à 36gr ce qui ferait 90gr/250ge. Dans tout les cas, il y a en a plus que de la viande et donc je comprends pas le comparatif dans cet article.

      De plus le tableau laisse penser que certains acides aminés ne sont pas présent dans le soja alors qu’ils sont justes moins nombreux. Je sais que la phrase qui précède le tableau est là pour la précision mais c’est pas terrible comme présentation. Le soja contient tout de même 8 acides aminés essentiels.

      https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/96-325-x/2007000/t/6000056-fra.htm

  159. Jean

    Excellent article. Très complet et agréable à lire.

  160. Berthet

    Article très intéressant, qui donne de l’eau au moulin de chacun, nourrit notre réflexion personnelle pour vivre en harmonie et respecter au mieux notre santé, celle de tous les êtres vivants qui vivent sur notre belle planète qui en a besoin d’urgence. Merci Julie 🙂 que cette nouvelle année soit pour vous et toute votre équipe, source de prospérité, de joie, de sérénité, de bienveillance 🙂

  161. Michel

    Superbe article, bien documenté

  162. Michele

    Je suis vg depuis 48 ans et tout va tb

  163. Luc

    Article qui ressort toujours les mêmes études dont les hypothèses et donc les conclusions sont très criticables. Sans compter le fait qu’elles tirent des conclusions mondiales… Regardons ce qui se fait en France, ça n’a rien à voir ! La bouffe c’est local alors analysons les conséquences en local.
    Bref, je trouve que Yuka sort ici de son rôle et prend un vrai parti pris militant.
    Vous auriez au moins pu conclure en nuançant : certaines personnes ont des organismes qui réagissent moins bien au végétarisme (et plus souvent encore au véganisme) et toutes ces études n’ont pas été réalisées en France en étudiant le modèle agricole français (et encore, il faudrait même affiner par région/terroir).
    Bref, restez dans votre rôle d’apporter des infos factuelles sur les produits, ne faites pas du militantisme par pitié.

    1. Séb

      Bonjour Luc,
      Je ne pense pas que Yuca ait un parti pris militant dans cet article. Le titre est : « Peut-on être végétarien et en bonne santé ? ». La question est sociétale et l’auteur y répond.
      D’autre part, nous ne pouvons plus raisonner en local. L’agriculture, l’industrie, les communications et même les crises sont mondiales. Les conséquences de ces dernières sont déjà visibles avec les réfugiés du climat, des pays en guerre ou encore des pays pauvres. Sans aborder le sujet de la conditions animale, qui n’est pas négligeable mais qui est secondaire s’il l’on prend conscience des capacités de la planète à nourrir l’humanité, la consommation de viande est aujourd’hui un luxe et une provocation à la face du monde des lorsqu’on considère l’existence d’alternatives. Je n’imagine pas une mère laisser mourir un triplé car elle n’a que 2 seins !

    2. Georges

      Bonjour totalement d’accord avec Luc ; Yuka sort de son rôle et fait du prosélytisme pour le végétarien, voire même le Vegas et autres variantes en ratissant large !!!
      Très déçu par cet article à forte connotation tendance bobo, végétarienne et vegan franco française … Contentez-vous de nous orienter sur des produits alimentaires sains ou plus sains et les produits cosmétiques les moins nocifs ; ou bien vous perdez du terrain et avez besoin de nouveaux adeptes ?…
      Je trouve très dommage ce virage qui je l’espère ne vivra que le temps de cet article…

      1. Georeges

        vegan et non Vegas bien sûr

      2. Seb

        Vu le nombre d’articles et la taille des cohortes sur le végétarisme et le veganisme, je ne vois pas pourquoi cela serait du prosélytisme.

        La cohort Epic est citée dans l’article. On peut rajouter la cohorte AHS-2 aux USA avec 96 469 personnes. Au bout d’un moment faut arrêter de faire de la discussion de comptoir en faisant part à tout le monde de vos angoisses qui ne se fondent sur aucunes données scientifiques fiables. Cet article est même plutôt frileux par rapport aux données scientifiques pour justement ménager les âmes sensibles comme vous. Si vous n’êtes pas concernés par le sujet parce que vous ne voulez pas devenir végétarien ou vegan, pourquoi le lisez-vous et réagissez vous dessus?

        https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4191896/

      3. Georges

        Seb
        Parce que c’est mon droit, comme le votre !
        Aujourd’hui ne pas admettre que l’on veuille nous orienter vers les tendances à la mode, car pour la plupart ce n’est rien d’autre, devient immédiatement une conversation de comptoirs…
        Désolé je ne fréquente pas ces lieux, mais vous avez l’air de mieux connaître que moi puisque vous y faites référence 😁
        Je vis en pleine campagne, loin de cette agitation citadine d’où proviennent la plupart des commentaires fort probablement, mais ils ont également le droit… Comme moi… je vis ou plutôt tente de vivre au plus proche du respect de la Nature (sciemment avec une grande N), plantes, animaux et toute autre vie, avec la consommation la plus locale possible.
        Qu’en est-il du local avec le végétarisme, le veganisme , le semi-végétarisme ou demi-carnassier 😁, le pescétarisme et autre boboteries auxquelles vous voudriez nous voir adhérer ou tout du moins nous interdire de commenter, parlez-nous, dites nous d’ou viennent les produits et quelles sont les grandes industries, les grands groupes qui sont derrières et l’empreinte carbone de tout cela…
        Il n’y a pas besoin de chiffres, de grandes démonstrations ni de thèses , c’est juste une évidence, ce que vous appelez une conversation de comptoirs…

  164. Séb

    Très bon article loin du sectarisme habituel opposant végétariens et mangeurs de viande. Le traitement du végétarisme est abordé différemment. Il s’éloigne en effet de la vision excentrique ou infantilisante (le fameux cri de la carotte) que peuvent avoir les mangeurs de viande vis à vis des végétariens. Il démontre au contraire que cette initiative s’inscrit dans une démarche durable portée par une conscience collective. Par un truisme magique, l’article réconcilie ceux que tout oppose : Le carniste est végétarien quand il ne mange pas de viande et il est sur la bonne voie !!! Bravo, vous avez compris qu’il ne faut pas stigmatiser pour accompagner le changement 😉

  165. Cattelain

    Comme tjs c’est bien expliqué et concis; je viens de lire aussi avec plaisir qu’il y a un 1er étiquetage sur le bien être animal(OABA
    Je réduis de plus en plus la viande et ne consomme plus du tout de charcuterie
    Merci

    1. Christophe
  166. Louis

    Végétarien et aujourd’hui vegan, je ne peux que me féliciter de voir que Yuka produit des articles de qualité sur le sujet. C’est un enjeu environnemental, social et éthique. Bravo et merci a l’équipe Yuka, qui casse les tabous et les préjugés !

  167. Anonyme

    Bonjour,

    Merci pour cet article qui a le mérite d’être accessible. je suis passé au pescétarisme il y a 27 ans, sans connaitre ce terme mais plus parce que la viande, dans son traitement de l’époque, ne m’apportait aucun plaisir. Cela m’a permis de découvrir l’étendue des alternatives; Et le poisson n’est rarement consommé plus de 2 fois par semaine. J’ai également arrêté le café. Cette hygiène alimentaire ne m’a pas rendu sectaire pour autant : je cuisine de la viande même si je n’en mange pas ! Chacun sa vision.

  168. grand

    bravo,

  169. Devaux

    J’adore les paysages du Charolais avec leurs prés et leurs « bouchures ». Je pense que si on arrête de consommer de la viande, ces paysages disparaitront, avec en corolaire une disparition des pacages pour une apparition de cultures, avec tous les engrais et pesticides dont nous subissons les nuisances. Et donc une disparition de la biodiversité, une désertification de nos campagnes avec d’immenses paysages sans aucun oiseau ni insecte…. Très peu pour moi, merci ! Pour préserver ma campagne d’élevage, je continue à manger de la viande…

    1. Idéaliste realiste

      Qui a dit qu’arreter la viande entraîne la fin de la présence des vaches et de l’élevage ? Sortons du cadre capitaliste (production de biens) et prenons du recul : une société où les vaches ont autant leur place que les animaux des parcs naturels, permettrait de conserver les beaux espaces et les relations que nous avons avec les animaux. Même, sans sortir du capitalisme, on peut faire du tourisme vert : les vaches au pâturage serviront a l’attractivité touristique pour des safari « charolais ». On peut rêver me direz vous ! Et bien oui, j’ose !

      1. Luc

        @Idéaliste réaliste
        Je vous conseille un stage d’un mois dans une ferme d’élevage de Charolais. Vous comprendrez pourquoi votre commentaire est hors sol.
        Entre autres : les vaches d’aujourd’hui sont incapables de se débrouiller seules comme tous les animaux domestiqués. Qui paierait pour que la situation perdure si on n’achète plus de viande ? Vous n’imaginez pas les surfaces et le nombre de bêtes/fermes/agriculteurs en jeu.

      2. Georges

        Luc : ce coup-ci nous frisons la gémellité !

      3. Christophe

        La vraie question n’est pas la préservation des paysages mais plutôt la conservation des habitudes alimentaires et la poursuite de l’exploitation des animaux. Pour beaucoup de gens, la souffrance animale n’a aucun poids face à leur plaisir gustatif égoiste – ils essaient seulement de trouver des excuses plus ou moins « nobles » pour continuer à faire comme d’habitude, et tant pis pour les animaux qui n’existent que pour être tués.

    2. Anonyme

      hahahaha

      1. LN66

        Bien dit Christophe! Il faut voir un peu plus loin que son plaisir gustatif!

  170. Lydia

    Je suis devenue végétarienne à causse de la maltraitance animale et rien que pour cela, il est inadmissible de voire comment c’est pauvres bêtes sont considérées j ai honte, par contre cela ne me manque absolument pas et je m en porte très très bien et je vous invite à en faire de même vos verrez c est très simple et le porte monnaies s en porte que mieux

  171. Marion

    Article complet et très intéressant, merci pour ces précieuses informations.
    Marion
    sainitude-et-chocolat.fr

  172. Steftwo

    Autre correction a apporté sur cet article fort intéressant :
    concernant les charcuteries, ce sont les sels nitrités qui sont incriminés dans le cancer du colon.

  173. Ivan Sigg

    Merci à toute l’équipe Yuka et à Anthony Berthou. Tres Bon article synthétique. Je mange végétarien depuis 7 ans et me porte très bien, sans carences et sans allergies. Dans ma cuisine je fusionne les régimes végétariens japonais, indiens, nord africains, sud américains et français. Dans les céréales il faut insister sur l’avoine et le sarrasin et le fait qu’elles soient complètes. Parmi les livres de cuisine qui m’ont beaucoup éclairé il y a ceux d’Eva-Claire Pasquier.

  174. Anonyme

    Navrée de nous faire croire qu’être végétarien est la solution à tout
    Nombre de personnes ne peuvent manger des graines, le collon n’apprécie pas le régime végétarien
    Alors restons équilibré, utilisons ce que nous avons de saison dans nos régions et tout ira mieux….Que ce soit la viande ou les légumes! Acheter des Kiwi de nouvelle Zélande, et autres amendes des USA en desertifiant des régions… STOP Et surtout n’acheter plus des chaussures en cuir mais le plastique…. Oh il vient du pétrole! Arrêtons d’être sectaire en tout.
    Le bonheur de la terre et de la vie passe tout simplement par un respect équilibré de tout et chacun. Bonne journée!

  175. Nathalie Caen

    Article très bien documenté qui permet de bien cerner Ce qu’est le régime végétarien et de le distinguer du régime végétalien. Instructif

  176. Fabienne

    Merci très intéressant on comprend mieux l’intérêt de notre alimentation pour nous et la planète !!!

  177. BATAILLARD

    Si l’on regarde le tableau des 8 acides aminés essentiels, on en déduit que la seule combinaison de légumineuses et de céréales (que vous préconisez) n’apporte pas tous les acides aminés essentiels, même si l’on y ajoute le soja !
    Il manquera toujours la Tréonine, à moins de consommer des œufs (et du fromage) !

    1. Anthony Berthou

      Bonjour Bataillard,

      Le tableau met en évidence les acides aminés présents en forte quantité dans les aliments considérés. Le fait de ne pas avoir de coche verte ne signifie pas qu’il n’y a pas de thréonine, juste que les quantités sont moindres comparativement à d’autres sources protéiques.

  178. Martine

    Bonjour et merci pour cet article
    J’ai une question, je n’aime pas la viande ni le poisson, donc je suis toute destinée pour le régime végétarien (et par conviction aussi bien sur) cela dit, je n’aime pas faire la cuisine et j’ai l’habitude de manger des plats préparés. C’est pas bien et je le sais, mais où m’adresser pour commencer en douceur à apprendre à m’alimenter correctement ? Merci 🙂

  179. Jeff

    Pour le pescétarisme, il y a également le problème de la ressource (pêche durable) et des métaux lourds dans l’océan. Plus de deux portions par semaine peut poser problème en terme de santé.

  180. Palmieri

    Merci au nom de notre planète et de la vie animale… Bravo pour ces sources d’informations sur la santé ! Un grand merci ! Je vous suis toujours.

  181. Jni

    Dans vos classification des aliments, il manque la catégorie des Algues, qui, sauf erreur de ma part, sont capables d’être un excellent apporteur en protéines et complètent utilement le régime végétalien (aucune protéine animale).
    Par contre, votre article semble affirmer, contre la croyance « populaire » chez les végétarien, que le Soja ne comporte pas tous les acides aminés et de ce fait ne suffit pas en lui même à compenser… Intéressant.

  182. Isabelle

    Très intéressant malgré quelques coquilles : « végétaux riches en fer HEMINIQUE  » 1kg de maîs indiqué deux fois la deuxième, représenté par une pomme, dans le tableau le fromage « riche en fer » ressemble à un pissenlit. Ce sont des détails, l’ensemble est simple, clair et bien expliqué.

  183. Anonyme

    Bravo Yuka .Dossier très synthétique bien cadré dans les problème de notre époque .
    Je conseille Yuka régulièrement autour de moi
    cordialement

  184. Arnold

    Je suis un adepte du pescétarisme, des jus de légumes via le Dr Walker W Norman et j’associe le sport à cela.
    C’est difficile mais tenable il faut faire preuve de volonté car notre entourage ne nous y aide pas.

  185. Anonyme

    Bonjour, merci pour cet article éclairant .

  186. Daniele Rovere

    Article très complet très juste, prof de yoga et sportive en compétition, suis végétarienne et me porte à merveille, mon fils, mes amis mes élèves tous sont en forme vive les végétariens, pour oublier toutes les tortures que l on inflige aux animaux, bravo yuka

  187. gros flandre

    Voila enfin les réponses claires et concises que j’attendais, j’opterais cependant pour le semi-végétarisme car je suis plutôt viande en bon haut alpin que je suis;
    Ma fille rouspète lors des courses,car je scanne tout,j’en rigole rien que d’y penser!
    Un grand merci YUKA!

    1. Georges

      Semi-vegetarisme… Ou semi-carnassier…
      That is the question ?
      Ça ne sonne pas pareil mais veut dire la même chose non ! C’est juste une question de communication…

  188. Cricri

    Tout le monde à qque chose à dire, viande ou pas, poisson ou oeuf, pas ou prou, végé ou pas, et bien …..
    Tu manges tu manges pas … tumeurs 🤣😭 quand même.

  189. Gourvennec

    Et les glysophates ou autres engrais ? Interdits en France epandus par les frontaliers

  190. DAVID

    Excellent article ! Vous avez parfaitement bien résumé ce qu il faut manger ou pas et ceux qui ne sont pas d accord c est qu ils se ferment les yeux
    La viande rouge c est juste du business comme tous ces produits industriel ultra transformés dont on a pas besoin pour vivre au contraire c est ce qui rends malade la population mais j ai le sentiment que l économie tourne sur la consommation et donc sur la maladie IMAGINONS que tout le monde se met à manger que des pois chiches dès lentilles des œufs des amandes des céréales complètes et pas toutes les fabrications industrielles sucrées et salées il y aurait beaucoup beaucoup moins de malades comme le diabète etc…ce serait la faillite d un système mais peu importe chacun peut aujourd’hui faire le choix d être en bonne santé
    Bravo

  191. Turiaf Marie-Helene

    Superbe article,qui a l’interet de bien synthétiser tout ce qu’on entend sur ces types d’alimentation…

  192. Manu79

    Bon article.. mais si nous sommes sur une planète ou nous devons limiter le nombre de vaches ou autres gros ruminants… ne faut-il pas se poser la question différemment.. .ne serait-ce pas les humains qui ont créé ce déséquilibre… Peut-être faudrait-il aussi limiter le nombre d’humains… Et quant au rapport hydrique, comme le dit très justement Vero l’asticot… les chiffres sont totalement faussés et ne font pas la différence entre l’eau de pluie et l’eau traitée pour être humainement consommable… Recalculés en y incluant un certain nombre de vérité ferait peut-être ressortir un équilibre tout autre… Produire simplement et localement ce que les ressources donnent la possibilité de faire et consommer de la même manière sont peut-être un début intelligence humaine et permettrait à chacun de manger selon son choix…

    1. Alain Vincent Molto

      Mangeons mieux ! Pour protéger et Respecter notre planète 🌍

  193. Stéphane LEVÊTEAU

    Bonjour,

    En toute première instance : pensez à vous redire avant de publier, il y a assez de conneries sur le web. Yuka, commence à être cité un partout ou mon envie de lecture m’amène alors, gardez l’objectif premier de Yuka, informer le consommateur du réel danger de l’alimentation industriel.
    Qu’aujourd’hui, connu, vous faites du business sur la vague écolo, végétarien, protégeons la planète, pourquoi pas mais surtout ne vous perdez pas en route. La confiance est facile à obtenir mais une fois perdu c’est presque impossible à récupérer.

    Je suis sportif et ne mange de la viande (hormis poisson) qu’une fois par mois et encore. Pour les protéines et vu mon besoin journalier, les légumes et céréales sont hors jeu. Je consomme 120 à 150gr jour en moyenne et seul les substituts en poudre en AM et PROT me permettre de combler ce besoin. Je consomme aussi amandes, noisettes, noix et quinoa, boulgour…

    En tout cas merci pour votre appli ce que vous sembler vouloir en faire, l’éducation alimentaire est le nerf de la guerre pour nous simple citoyen.

    Merci.

    1. DOMINIQUE LAMI

      Je conseille à Stéphane de relire son commentaire afin d’y corriger les nombreuses fautes d’orthographe ! Avant de publier, pensez à vous relire Stéphane, ça augmentera peut-être l’impact de votre commentaire !

      1. Stéphane LEVÊTEAU

        T’es mignon ou mignonne en faite. J’adore la comparaison avec notre alimentation et les fautes d’orthographes qui jusqu’à maintenant, je crois, n’ont jamais tué personne. Mais il vous fallait faire votre commentaire, c’était vitale, n’est-ce pas, surtout pour des mots oubliés et erreur de frappe…
        Je vous laisse juge de la nécessité d’en ajouter une couche, si le cœur vous en dit.

      2. Jean-Luc Dené

        On parle de végétarisme dans cet article et votre seul commentaire est de relever les fautes d’orthographe d’autres personnes. Si vous n’avez pas d’autres avis à partager, laissez les autres s’exprimer librement avec ou sans faite d’orthographe 🙂

    2. Loul

      Tu pèses 150 kg ?
      Au-dessus de 1g/kg de poids de corps c’est déchet.

  194. Alice

    Très intéressant

  195. Hakim

    Excellent article qui résume parfaitement la situation avec l’incidence environnementale. Félicitations

  196. Vero l’asticot

    Vérifiez vos sources sur la production du kg de viande de bœuf ….. dans votre calcul , les eaux pluviales sont comptabilisées … hors avec ou sans élevage … la pluie tombe ….
    La réalité est de 50 l d’eau par Kg ( et encore cela varie suivant un tas de paramètres )
    Alors qu’une amande de quelques grammes , c’est 4 litres … à méditer …
    L’ideal C’est de manger de tout en quantité raisonnable.
    La viande et poisson 3à4 portions par semaines n’ont jamais tué personne .
    Privilégier des produits de qualité , de saisonnalité et de proximité à cuisiner maison au lieu d’acheter des produits transformés…… végétariens ou pas d’ailleurs.
    Cuisiner c’est donner de l’amour .

    1. Laurent

      Bonjour,
      Avez vous une source dinformation fiable pour la consommation en eau necessaire a la production des aliments avec la distinction pluviale / non pluviale ?
      Merci,
      Laurent

    2. Christophe

      Bonjour,
      Je trouve aussi que la qté d’eau pour le boeuf est énorme mais aprés réflexion il faut que l’animal boivent et je veux bien croire que sur la vie d’un jeune boeuf ça puisse représenter cela.
      Après je pense également qu’une consommation raisonnée avec de bons produits locaux plutôt que des produits ultra transformés, est déjà bien.

      1. Basile

        Il me semble que le volume d’eau indiqué intègre l’eau que les vaches boivent, mais aussi (surtout!) la quantité d’eau nécessaire à faire pousser la nourriture des vaches, que ce soit l’herbe des prés (rarement) ou la nourriture donnée en élevage (souvent)! La question n’est pas de savoir si c’est pluvial ou pas, combien on doit en faire sortir du robinet :). Mais de se rendre compte que l’eau, pluviale ou non, est à l’échelle planétaire de plus en plus précieuse (https://www.franceculture.fr/emissions/affaires-etrangeres/le-siecle-de-lor-bleu) et que ce n’est pas pareil de manger 1kg de boeuf et 1 kg de légumes…

      2. Schmidt Jean

        Bonjour
        Le problème est que nous sommes déjà 2 fois trop nombreux sur cette planete. En juillet nous avons déjà consommé tout le renouvelable. Si nous voulons tous manger bio il faudrait supprimer les engrais et pesticides et même en France trouver 4 fois plus de terres arables. Quant à l’eau elle est consommée à 80 % par l’agriculture.
        Jean

      3. Luc

        Dans ce chiffre, est-ce qu’on prend en compte l’eau qui retourne au pré (pisse, excréments) ?
        Souvent les études citées sont partielles (pour ne pas dire partiales) et ne prennent pas en compte le cycle complet, ni le fait que beaucoup des prairies où les vaches paissent son impropres à la culture de céréales (mauvaises terres, relief etc.)

    3. Christophe

      « La viande et poisson 3à4 portions par semaines n’ont jamais tué personne » – « Cuisiner c’est donner de l’amour »… surtout si on oublie les 3 millions d’animaux terrestres qui sont égorgés chaque jour dans les abattoirs français, les milliards de poissons, les millions de veaux retirés à leurs mères, les millions de poussins broyés pour l’industrie des oeufs etc etc etc… la liste est trop longue.

    4. LN66

      « La viande et poisson 3à4 portions par semaines n’ont jamais tué personne  »
      Vraiment????

  197. Eric

    Bonjour,
    Que dire des vegans ?
    Merci

    1. Christophe

      Pour savoir ce qui motive les vegans, et la réponse à la plupart des questions sur le sujet, vous pouvez consulter cette FAQ très complète : http://vegfaq.org/

  198. Sébastien

    Très très bon article récap. Merci !

  199. Calpa

    Attention à la coquille 😉 . Il a a noté 1kg de mais au-dessus de la pomme concernant l’empreinte hydrique par kilo d’aliment.

    1. FoX_31

      Coquille également ici : « Parmi les végétaux les plus riches en fer héminique, on trouve… » alors qu’on parle dans ce paragraphe du fer NON héminique.

  200. Benoit

    Bonjour,

    Très bon article qui résume bien la situation. En toute choses, l’excès est un mal…. j’ai opté pour un régime fléxitarien depuis plusieurs années (sans viande rouge ni charcuterie cependant) et je me sens beaucoup mieux, sans me prendre la tête et pense ainsi limiter mon impact environnemental.
    Bravo donc pour cette excellente mise au point.

    Benoit

    PS: vous avez fait une petite erreur dans votre tableau de d’empreinte hydrique pour les pommes audessus desquelles vous avez laissé « 1kg de mais »…..un détail.

    1. Fabrice G

      Bonjour.
      Comme d’habitude super article.
      Par contre, sur l’article de Wikipedia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Acide_amin%C3%A9_essentiel) sont mentionnés 9 AE essentiels et pas 8.
      C’est l’histidine qui est en plus : https://fr.wikipedia.org/wiki/Histidine.
      Quid ?

      1. Nathalie

        Bonjour
        article interessant et rassurant pour les parents qui voient leurs enfants, jeunes adultes, devenir végétariens, merci !
        néanmoins les jeunes végétariens ont tendance à consommer beaucoup de soja transformé en nuggets ou autres escaloppes panées et je me pose la question de l’impact sur la santé de ces produits et plus largement de l’exces de soja, filière agricole controversée (présence d’OGM, de pesticides…). J’ai aussi entendu dire que même sans transformation il ne fallait pas abuser du soja qui pouvait créer un déséquilibre alimentaire, est ce que vous avez des éléments sur ce point ?

      2. Dominique VIAU

        Mangez ce que vous voulez,ce que vous ne mangez pas en fait plus pour les autres.Nous sommes tous mortels au bout du compte.