Halte aux emballages toxiques !

Les contenants méritent qu’on s’intéresse presque autant à eux qu’à leur contenu. En effet, certains composés problématiques peuvent migrer de l’emballage vers l’aliment. Petit tour d’horizon des emballages à éviter et de ceux qui sont sûrs à l’aide du nutritionniste Anthony Berthou.

Le verre : l’allié le plus sain

Dans la liste des contenants les plus sains, le verre occupe une place de choix. Composé de seulement trois matières premières naturelles (sable, carbonate de sodium et calcaire), il est 100 % imperméable. Il empêche ainsi toute réaction avec les éléments extérieurs comme l’humidité et la chaleur, et permet une préservation optimale des vitamines et minéraux, hormis quelques pertes liées à la lumière. Par ailleurs, il empêche la migration de substances étrangères dans les aliments, tout en préservant leur goût.

C’est aussi un contenant écologique, à condition d’être réutilisé plutôt que d’être recyclé à chaque utilisation. En effet, si le verre est recyclable à l’infini, le recyclage du verre est extrêmement énergivore. Il est ainsi conseillé de réutiliser vos contenants en verre pour faire des courses en vrac par exemple.

Le plastique : gare à la qualité et à la surchauffe

Le problème des emballages en plastique est qu’ils contiennent des substances problématiques qui peuvent migrer dans les aliments. Cette migration est d’autant plus importante sous l’effet de la chaleur et avec la durée. C’est pourquoi il est recommandé de conserver au frais les produits emballés dans du plastique, et de les consommer rapidement après achat pour limiter le temps de contact de l’aliment avec le plastique. 

Évitez ainsi de réchauffer vos aliments au micro-ondes dans des contenants en plastiques, ou de boire du thé ou du café dans des gobelets plastique par exemple.

Les particules problématiques se logent par ailleurs plus facilement dans les graisses : la migration est donc plus importante lorsque les plastiques sont en contact avec des graisses (huiles, plats préparés, fromage, charcuterie, etc.).

Il existe différents types de plastiques : ils sont numérotés et ont chacun leur sigle. On retrouve ces sigles sur les emballages, sur le fond des bouteilles par exemple. Certains sont plus problématiques que d’autres. Voici un récapitulatif des différents types de plastiques.

✅ Les plastiques les moins nocifs

Polyéthylène Haute Densité

Usage : bidons de lait, contenants de produits alimentaires
Il s’agit d’un plastique facilement recyclable
Bémol : certaines études ont montré que le PE-HD peut libérer en quantité infime du nonylphénol, un perturbateur endocrinien, en particulier lorsqu’il est exposé à la lumière du soleil

Polyéthylène Basse Densité

Usage : emballage de pain ou de produits surgelés, sacs de congélation, etc.
S’il semble « sûr » pour la santé, le PE-LD produirait cependant des polluants lors de sa décomposition susceptibles de nuire à l’environnement

Polypropylène

Usage : margarines, produits laitiers, couvercles, etc.
Le polypropylène est généralement considéré comme un plastique « sûr » pour la consommation d’aliments et de boissons


❌ Les plastiques à limiter selon les conditions d’utilisation qui en sont faites

Polyéthylène Terephtalate

Usage : bouteilles transparentes d’eau, jus de fruits, sodas, huiles, certaines barquettes.
Risques : ce plastique peut libérer au fil du temps différents éléments à éviter (comme le trioxyde d’antimoine, des formaldéhydes et des acétaldéhydes) étant précisé que des limites réglementaires sont prévues pour ces substances. Des risques de migration dans les aliments ont été démontrés, notamment pour les barquettes lorsqu’elles sont chauffées.

Polychlorure de vinyle

Usage : emballages pour les fromages et viandes, film alimentaire plastique
Risques : le PVC libère des phtalates, qui sont des perturbateurs endocriniens mis en cause dans de nombreux problèmes de santé (obésité, résistance à l’insuline, altération de l’activité cardiovasculaire, allergies, perturbation de la croissance et troubles du comportement chez l’enfant, effets sur le développement foetal masculin, etc.)
Ce plastique nuit également à l’environnement

Polystyrène

Usage : yaourts, barquettes, plats à emporter, gobelets et couverts jetables, emballages en polystyrène
Risques : le polystyrène libère du styrène, une substance qui peut entraîner des effet pro-cancérogènes et neurotoxiques
Usage : ce sigle regroupe tous les autres types de plastique, notamment les plastiques à base de polycarbonates. On le retrouve notamment comme revêtement dans les boîtes de conserve.
Risques : Le polycarbonate est fabriqué à base de Bisphénol A (BPA), un perturbateur endocrinien qui peut se révéler nocif même à faible dose et qui migre très facilement dans les aliments sous l’effet de la chaleur. Le BPA pourrait également avoir des effets sur le développement du cancer du sein et de la prostate. Il est désormais couramment remplacé par le Bisphénol S (BPS) et le Bisphénol F (BPF), qui sont également associés à un risque de perturbation endocrinienne.

Un autre enjeu de taille inhérent aux matières plastiques alimentaires est l’incertitude quant à l’effet cumulé des substances chimiques libérées, leur accumulation dans le corps humain et leurs effets potentiels sur la santé à long terme.

5 astuces pour limiter les risques

  1. Faites l’acquisition d’une gourde. Si réutiliser sa bouteille d’eau en plastique est écologique, ce n’est cependant pas recommandable pour des raisons d’hygiène et de sécurité sanitaire.
  2. Limitez au maximum l’utilisation de film alimentaire plastique. Dans le réfrigérateur, couvrez vos aliments avec une assiette, ou utilisez un emballage en cire d’abeille (Bee Wrap). Chez le boucher ou le fromager, ramenez directement votre contenant.
  3. Apportez votre tasse au bureau pour éviter d’utiliser les gobelets en plastique de la machine à café. Le plastique utilisé pour ces produits est par ailleurs très souvent de mauvaise qualité.
  4. Utilisez des récipients en verre plutôt que des récipients en plastique pour faire réchauffer vos plats au micro-ondes.
  5. Achetez au maximum vos aliments en vrac, en apportant vos propres contenants (bocaux en verre, ou sachets en tissu réutilisables par exemple).


Au-delà de leur impact sur la santé, les plastiques posent un vrai problème environnemental. Selon un rapport de WWF de 2019, seuls 22% des déchets plastiques sont recyclés en France, et le pays contribue au rejet de 80 000 tonnes de plastiques dans la nature chaque année.

Emballages en aluminium : la prudence est de mise

Aujourd’hui, l’omniprésence de l’aluminium dans notre environnement (alimentation, emballages, ustensiles, médicaments, vaccins…) peut conduire à des taux d’exposition importants : notre exposition à l’aluminium a été multipliée par 30 depuis 1950, et devrait encore être multipliée par 3 d’ici 2050.

Lorsque les emballages alimentaires sont constitués d’aluminium (papier ou barquette en aluminium), de faibles particules d’aluminium peuvent se transférer dans les aliments, notamment lorsque l’aluminium est exposé à la chaleur (chauffage au four par exemple), en cas de pH acide et en l’absence de pellicule de protection.

Une fois dans notre organisme, l’aluminium est ensuite éliminé en très grande partie via les selles. Mais une infime partie de l’aluminium peut ensuite se retrouver dans le sang puis être transporté vers les tissus, notamment les os, le foie, les poumons, les reins ou encore le cerveau.

Il peut alors engendrer divers problèmes de santé :

  • Tout d’abord, il contribue fortement au stress oxydatif (voir notre article sur les antioxydants).
  • Il favorise ainsi l’amplification et la pérennisation de l’inflammation dans de nombreuses pathologies comme la sclérose en plaques, la maladie de Crohn, l’asthme, l’autisme, le défaut de fertilité ou encore l’épilepsie.
  • Il peut perturber le fonctionnement cérébral en atteignant les cellules de notre cerveau. Il est ainsi incriminé entre autres dans la maladie d’Alzheimer.
  • L’aluminium est reconnu comme un mutagène, c’est-à-dire comme un agent capable de provoquer des changements dans la structure du matériel génétique.
  • Il semblerait également incriminé pour ses effets sur le développement du fœtus.

Pour aller plus loin sur le sujet de l’aluminium, vous pouvez consulter l’article d’Anthony Berthou.

Le carton : une fausse bonne idée

L’Anses (Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation) a soulevé une alerte en mai 2017 au sujet des emballages alimentaires en papier et en carton. Ceux-ci contiennent en effet des huiles minérales, provenant notamment des encres et adhésifs des emballages, qui peuvent alors migrer dans les aliments. Ainsi, des résidus d’huiles minérales ont été retrouvés dans de nombreux aliments. Ces huiles, qui sont dérivées d’hydrocarbures, seraient cancérigènes et génotoxiques, c’est-à-dire susceptibles d’endommager l’ADN. Elles sont également suspectées de provoquer des réactions inflammatoires.

Le risque de contamination est malheureusement encore plus élevé avec le papier et le carton recyclés. Lors du recyclage, les anciens emballages sont mélangés à de l’eau afin de reconstituer de la pâte à papier. Les encres et adhésifs se retrouvent mélangés au reste et entrent ainsi directement dans la composition du carton.

Lorsqu’il n’y a pas de sachet protecteur entre l’emballage et l’aliment, le risque de migration des huiles minérales est donc important.

Là encore, la solution est de privilégier au maximum les aliments en vrac, en apportant ses propres contenants.

Sources

  • INRS. Produits de dégradation thermique des matières plastiques. Cahier des notes documentaires – Hygiène et sécurité du travail, N°174, 1999
  • Sax, Leonard. “Polyethylene terephthalate may yield endocrine disruptors.” Environmental health perspectives vol. 118,4 (2010): 445-8. doi:10.1289/ehp.0901253
  • Vasami, Ralph. “Polyethylene terephthalate and endocrine disruptors.” Environmental health perspectives vol. 118,5 (2010): A196-7; author reply A197.
  • Ohashi A, Kotera H, Hori H, Hibiya M, Watanabe K, Murakami K, Hasegawa M, Tomita M, Hiki Y, Sugiyama S. Evaluation of endocrine disrupting activity of plasticizers in polyvinyl chloride tubes by estrogen receptor alpha binding assay. J Artif Organs. 2005;8(4):252-6.
  • Carlos KS, de Jager LS, Begley TH. Investigation of the primary plasticisers present in polyvinyl chloride (PVC) products currently authorised as food contact materials. Food Addit Contam Part A Chem Anal Control Expo Risk Assess. 2018 Jun;35(6):1214-1222.
  • Yang, Chun Z et al. “Most plastic products release estrogenic chemicals: a potential health problem that can be solved.” Environmental health perspectives vol. 119,7 (2011): 989-96.
  • Konieczna A, Rutkowska A, Rachoń D. Health risk of exposure to Bisphenol A (BPA). Rocz Panstw Zakl Hig. 2015;66(1):5-11.
  • Jalal, N., Surendranath, A. R., Pathak, J. L., Yu, S., & Chung, C. Y. (2017). Bisphenol A (BPA) the mighty and the mutagenic. Toxicology reports, 5, 76–84.
  • Cox KD, Covernton GA, Davies HL, Dower JF, Juanes F, Dudas SE. Human Consumption of Microplastics. Environ Sci Technol. 2019 Jun 18;53(12):7068-7074.
  • Mason, Sherri A et al. “Synthetic Polymer Contamination in Bottled Water.” Frontiers in chemistry vol. 6 407. 11 Sep. 2018.
  • WWF - https://www.wwf.fr/vous-informer/actualites/chaque-annee-600-000-tonnes-de-plastique-sont-rejetees-dans-la-mer-mediterranee
  • Efsa - https://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/120606
  • Cancer from mineral oil. (1969). British medical journal, 4(5681), 443–444.
  • Grob K. Mineral oil hydrocarbons in food: a review. Food Addit Contam Part A Chem Anal Control Expo Risk Assess. 2018 Sep;35(9):1845-1860.
  • ANSES - https://www.anses.fr/fr/content/exposition-%C3%A0-l%E2%80%99aluminium-par-l%E2%80%99alimentation
  • Exley, C. Human Exposure to Aluminium. Environ. Sci.: Processes Impacts 2013, 15 (10), 1807–1816.
  • Bondy, S. C. The Neurotoxicity of Environmental Aluminum Is Still an Issue. Neurotoxicology 2010, 31 (5), 575–581.
  • Guo, C.-H.; Wang, C.-L. Plasma Aluminum Is a Risk Factor for Oxidative Stress and Inflammation Status in Hemodialysis Patients. Clin. Biochem. 2011, 44 (16), 1309–1314.
  • Mujika, J. I.; Ruipérez, F.; Infante, I.; Ugalde, J. M.; Exley, C.; Lopez, X. Pro-Oxidant Activity of Aluminum: Stabilization of the Aluminum Superoxide Radical Ion. J Phys Chem A 2011, 115 (24), 6717–6723.
  • Maya, S.; Prakash, T.; Madhu, K. D.; Goli, D. Multifaceted Effects of Aluminium in Neurodegenerative Diseases: A Review. Biomed. Pharmacother. 2016, 83, 746–754.
  • Inan-Eroglu, E.; Ayaz, A. Is Aluminum Exposure a Risk Factor for Neurological Disorders? J Res Med Sci 2018, 23, 51.
  • Chin-Chan, M.; Navarro-Yepes, J.; Quintanilla-Vega, B. Environmental Pollutants as Risk Factors for Neurodegenerative Disorders: Alzheimer and Parkinson Diseases. Front Cell Neurosci 2015, 9.
  • Exley, C. The Aluminium-Amyloid Cascade Hypothesis and Alzheimer’s Disease. Subcell. Biochem. 2005, 38, 225–234.
  • Wang, Z.; Wei, X.; Yang, J.; Suo, J.; Chen, J.; Liu, X.; Zhao, X. Chronic Exposure to Aluminum and Risk of Alzheimer’s Disease: A Meta-Analysis. Neurosci. Lett. 2016, 610, 200–206.
  • Léonard, A.; Gerber, G. B. Mutagenicity, Carcinogenicity and Teratogenicity of Aluminium. Mutat. Res. 1988, 196 (3), 247–257.
  • Darbre, P. D. Aluminium, Antiperspirants and Breast Cancer. J. Inorg. Biochem. 2005, 99 (9), 1912–1919.
  • Environ Health Perspect. 2012 Feb; 120(2): a62–a68.
  • Loyo-Rosales JE, Rosales-Rivera GC, Lynch AM, Rice CP, Torrents A. Migration of nonylphenol from plastic containers to water and a milk surrogate. J Agric Food Chem. 2004 Apr 7;52(7):2016-20.
  • Royer SJ, Ferrón S, Wilson ST, Karl DM. Production of methane and ethylene from plastic in the environment. PLoS One. 2018 Aug 1;13(8):e0200574.
  • Pomatto V, Cottone E, Cocci P, Mozzicafreddo M, Mosconi G, Nelson ER, Palermo FA, Bovolin P. Plasticizers used in food-contact materials affect adipogenesis in 3T3-L1 cells. J Steroid Biochem Mol Biol. 2018 Apr;178:322-332.
  • Katsikantami I, Sifakis S, Tzatzarakis MN, Vakonaki E, Kalantzi OI, Tsatsakis AM, Rizos AK. A global assessment of phthalates burden and related links to health effects. Environ Int. 2016 Dec;97:212-236.
  • Chen GR, Dong L, Ge RS, Hardy MP. [Relationship between phthalates and testicular dysgenesis syndrome]. Zhonghua Nan Ke Xue. 2007 Mar;13(3):195-200. Chinese.
  • Hauser R, Meeker JD, Singh NP, et al. DNA damage in human sperm is related to urinary levels of phthalate monoester and oxidative metabolites. Hum Reprod. 2007 Mar;22(3):688-95.
  • Hatch EE, Nelson JW, Qureshi MM, et al. Association of urinary phthalate metabolite concentrations with body mass index and waist circumference: a cross-sectional study of NHANES data, 1999-2002. Environ Health. 2008 Jun 3;7:27.
  • Johns, Lauren E et al. “Relationships Between Urinary Phthalate Metabolite and Bisphenol A Concentrations and Vitamin D Levels in U.S. Adults: National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES), 2005-2010.” The Journal of clinical endocrinology and metabolism vol. 101,11 (2016): 4062-4069.
  • Jaimes R 3rd, Swiercz A, Sherman M, Muselimyan N, Marvar PJ, Posnack NG. Plastics and cardiovascular health: phthalates may disrupt heart rate variability and cardiovascular reactivity. Am J Physiol Heart Circ Physiol. 2017 Nov 1;313(5):H1044-H1053.
  • Mandy Fisher, Tye E. Arbuckle, Susan MacPherson, Joseph M. Braun, Mark Feeley, and Éric Gaudreau. Environmental Science & Technology 2019 53 (18), 10813-10826
  • Swan SH, Main KM, Liu F, Stewart SL, Kruse RL, Calafat AM, Mao CS, Redmon JB, Ternand CL, Sullivan S, Teague JL; Study for Future Families Research Team. Decrease in anogenital distance among male infants with prenatal phthalate exposure. Environ Health Perspect. 2005 Aug;113(8):1056-61. Erratum in: Environ Health Perspect. 2005 Sep;113(9):A583.
  • INSPQ - https://www.inspq.qc.ca/bise/bisphenol-phtalates-parabenes-sous-la-loupe-de-l-inserm
  • Hu D, Wang YX, Chen WJ, Zhang Y, Li HH, Xiong L, Zhu HP, Chen HY, Peng SX, Wan ZH, Zhang Y, Du YK. Associations of phthalates exposure with attention deficits hyperactivity disorder: A case-control study among Chinese children. Environ Pollut. 2017 Oct;229:375-385.
  • Pilevar, Zahra & Bahrami, Akbar & Beikzadeh, Samira & Hosseini, Hedayat & Jafari, Seid. (2019). Migration of styrene monomer from polystyrene packaging materials into foods: Characterization and safety evaluation. Trends in Food Science & Technology. 91. 10.1016/j.tifs.2019.07.020.
  • Seachrist DD, Bonk KW, Ho SM, Prins GS, Soto AM, Keri RA. A review of the carcinogenic potential of bisphenol A. Reprod Toxicol. 2016;59:167–182.
  • Mustieles V, Pérez-Lobato R, Olea N, Fernández MF. Bisphenol A: Human exposure and neurobehavior. Neurotoxicology. 2015 Jul;49:174-84.
  • Rochester JR, Bolden AL. Bisphenol S and F: A Systematic Review and Comparison of the Hormonal Activity of Bisphenol A Substitutes. Environ Health Perspect. 2015 Jul;123(7):643-50.
  • Kharrazian D. The Potential Roles of Bisphenol A (BPA) Pathogenesis in Autoimmunity. Autoimmune Dis. 2014;2014:743616. doi: 10.1155/2014/743616. Epub 2014 Apr 7. Review.
  • Qiu W, Zhan H, Hu J, Zhang T, Xu H, Wong M, Xu B, Zheng C. The occurrence, potential toxicity, and toxicity mechanism of bisphenol S, a substitute of bisphenol A: A critical review of recent progress. Ecotoxicol Environ Saf. 2019 May 30;173:192-202.
  • Héliès-Toussaint C, Peyre L, Costanzo C, Chagnon MC, Rahmani R. Is bisphenol S a safe substitute for bisphenol A in terms of metabolic function? An in vitro study. Toxicol Appl Pharmacol. 2014 Oct 15;280(2):224-35.
  • Huang W, Zhao C, Zhong H, Zhang S, Xia Y, Cai Z. Bisphenol S induced epigenetic and transcriptional changes in human breast cancer cell line MCF-7. Environ Pollut. 2019 Mar;246:697-703.
  • Speidel JT, Xu M, Abdel-Rahman SZ. Bisphenol A (BPA) and bisphenol S (BPS) alter the promoter activity of the ABCB1 gene encoding P-glycoprotein in the human placenta in a haplotype-dependent manner. Toxicol Appl Pharmacol. 2018 Nov 15;359:47-54.
  • Avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif à la migration des composés d’huiles minérales dans les denrées alimentaires à partir des emballages en papiers et cartons recyclés - 8 mars 2017
  • https://www.foodwatch.org/fr/actualites/2015/huiles-minerales-dans-nos-aliments-tous-les-resultats/
  • BEUC (July 18, 2019). “More than a paper tiger. European consumer organizations call for action on paper and board food contact materials.” BEUC-X-2019-042

Découvrez notre livre :
« Le guide de l'alimentation saine »

Ce livre concentre de façon pédagogique et accessible tous les fondamentaux pour se tourner vers une alimentation saine.

  • L'assiette idéale des 4 repas quotidiens
  • De nombreux conseils pour bien choisir ses aliments
  • 36 recettes saines et gourmandes

Commander • 22.90€

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

1 450 commentaires

  1. MYRIAM BOZZETTO

    bonjour, c’est une bonne idée que de ne pas vouloir travailler avec des marques pour garder votre objectivité mais vous devriez creuser davantage vos sources car vous délivrez des informations (sur le PET notamment) qui ne sont pas totalement exactes sachant que le plastique est le matériau le plus contrôlé en terme de sécurité sanitaire et celui qui demande le plus de certificat sanitaires. Je travaille pour le compte d’une société qui fabrique depuis plus de 50 ans des emballages en plastique et nos experts métiers ont une profonde connaissance de ce matériau. Je comprends que vous puissiez penser que votre objectivité ne sera pas totale si vous nous consulter mais vous devriez le faire, au même titre que pour les autres matériaux et vous faire ensuite un avis éclairé et confirmé par des experts métier. Vous insufflez de fausses idées dans la tête des consommateurs et c’est notamment la raison d’un fort plastic bashing que nous vivons depuis des années alors que les mérites du plastique ne sont jamais mis en avant.

    1
    Répondre
  2. Dinz

    Wow, eye-opener !!! Thank you!!!

    1
    Répondre
  3. Claudine

    Et qu en est il des appareils style cuit vapeur, dont les paniers peuvent être alu mais le contenant d eau chaude, plastique ? Comment connaître l impact sur notre santé ? Ou encore les cuiseur style companion moulinex dont la cuve est en aluminium mais le couvercle, plastique ?

    1
    Répondre
  4. Jean-Pierre

    Le verre n’est jamais pur à 100% comme tout matériau extrait du sol. Il peut contenir des métaux lourds tels que le plomb, le zinc, le mercure, l’argent… en fonction de son lieu d’extraction et des conditions d’extraction. Votre initiative est sympathique et part d’un très bon fond. Mais ce n’est pas aussi simple que ce que vous indiquez.

    1
    Répondre
    1. Olivier

      Bonjour Mr Jean-Pierre LobbyDuPlastique ?
      Comment fabriquer du doute en pointant les méfaits d’autres produits. Le verre reste bien plus stable que n’importe quel matériau issu de la pétrochimie. Il n’y a pas de doute quand à la présence d’antimoine dans l’eau des bouteilles plastiques (il suffit de faire une recherche pour vérifier). L’industrie génère d’énormes progrès mais elle à pour but principal de générer du profil et même si cela se fait au dépend de la santé. Exemples : amiante, bisphénol A, Pfoa dans les poêle antiadhésives, pesticides, PCB, radium girls…
      En vous souhaitant en excellente journée.

      1
      Répondre
  5. Jean-Pierre

    Votre article sur les emballages, et notamment les emballages plastiques comporte de nombreuses inexactitudes et confusions.
    Le trioxyde d’antimoine est un agent ignifugeant qui n’est pas utilisé dans les plastiques à usage alimentaire. Le formaldehyde est un produit de dégradation présent essentiellement dans le Poly Oxy Méthylène, (POM ou polyacétal), la version homopolymère en dégageant plus que la version copolymère (moins de 2ppm pour les copolymères, 8 ppm pour les homopolymères d’ancienne génération . Le polyéthylène téréphtalate est issu d’une polycondensation d’un polyéthylène glycol avec un acide téréphtalique. Par contre, on peut aussi rencontrer des phtalates dans certains polypropylènes, et d’autres polymères, ces produits étant utilisés comme catalyseur de polymérisation. On peut donc trouver ces produits présents dans les plastiques en tant que résidu de catalyse (on traque alors le PPM voire le PPB). L’industrie chimique, en tant qu’industrie responsable, met au point des nouveaux modes de production avec des catalyses sans phtalate.

    1
    Répondre
    1. Marie-claude

      En quoi est fait le film plastique alimentaire alimentaire acheté en magasin de tissu peut il chauffer?Je vous remercie.

      1
      Répondre
  6. Elisa

    article simple et tres bien fait ! merci

    1
    Répondre
  7. gaelle

    vous indiquez le PP comme le moins nocif pour l’homme, mais n’ayant pas de filière de recyclage, il le devient sous une autre forme indirectement …

    1
    Répondre
  8. Morane

    Super article, merci ! Le verre y a pas mieux !

    1
    Répondre
  9. Anna Orench

    Excellent article, merci.

    1
    Répondre
  10. Guigui

    Merci beaucoup yuka pour toutes ses informations très intéressantes

    1
    Répondre
  11. Alexandra

    Bonjour,
    Cet article nous affirme beaucoup de choses sur les emballages. Je ne dénigre en rien cet article et les affirmations qu’il contient. Cependant je me demande quelles sont vos sources, sur quelles recherches et études sont basées ces affirmations ? Se baser sur de simples dires d’une seule personne même spécialiste du sujet me semble insuffisant. On a trop d’intox sur internet et il me semble important d’étayer ces affirmations par des preuves.
    Cependant je me sers de votre appli chaque fois que je fais mes courses pour mieux consommer. Et d’utiliser ses propres contenant est meilleur pour l’environnement 🙂

    1
    Répondre
    1. Thomas Muller

      Bonjour Madame,

      Je ne fais aucunement parti du groupe Yuka. Les sources que vous recherchez se trouvent à la fin de l’article 😉

      1
      Répondre
      1. Anonyme

        Merci à toute l’équipe de nous apporter toutes ces informations. Beau travail que je partage.

        1
      2. Anonyme

        Bonjour monsieur malgré vos propos une enquête encore non aboutie et a charge

        1
    2. Nelly Koyenyi

      Grand merci Yuka pour toutes ces informations

      1
      Répondre
  12. Philippe Cazenave

    Bonjour Julie
    Pourrez vous complétez votre article avec votre analyse sur les emballages recyclables type PLA, RPET, pulpe de cane …? Quelles solutions pour la vente à emporter en terme d’emballage?
    Merci
    Philippe

    1
    Répondre
  13. Maurel

    Yuka condamné pour dénigrement
    Le groupement des professionnels de la conserve reprochait à l’appli qui note les aliments d’avoir dénigré à tort les boîtes de conserve sur son site. Il vient d’obtenir auprès du Tribunal de Versailles que Yuka soit condamné pour dénigrement, et pratiques commerciales déloyales et trompeuses. Le 23 octobre 2019, Yuka a publié sur son blog un article intitulé « Halte aux emballages toxiques » donnant des informations sur les avantages et les inconvénients des emballages alimentaires. La Fiac lui reprochait de faire l’amalgame entre les conserves et l’aluminium, en faisant croire que les conserves seraient impactées par le risque lié à l’aluminium. Elle indiquait que 80 % des conserves sont en fer blanc et les 20 % restants des boîtes de conserves qui sont en aluminium sont revêtues d’un film protecteur. Mais l’analyse de Yuka n’est fondée que sur un seul article d’un nutritionniste qui concerne les ustensiles de cuisine et non les conserves.

    1
    Répondre
    1. Sam

      Quel est votre but ? J’utilise yuka depuis des années, bien avant la polémique sur le nutriscore… Bien-sûr qu’on trouve des produits industriels corrects, mais c’est justement en partie grâce à ces Initiatives d’intérêt général qui mettent une certaine pression sur les industries. Vive yuka et tout autre travail au service de la santé et de la nature !!!!

      Répondre
  14. Mimi7513

    Moi j’achète du vin rosé en Briques de 3 litres.
    Mais l’emballage « ALU » qui contient le vin, n’est il pas toxique pour la santé?
    Car cela doit obligatoirement « migrer » dans le vin, non?
    Qu’en pensez vous?

    1
    Répondre
  15. Charest

    Les informations fournies sont très cruciales pour moi et pour beaucoup d’autres. Alors, partagez ce type de blog avec nous.
    Je vous remercie

    2
    Répondre
  16. Simone

    Ok pour acheter une gourde … mais ça sera un retour à l’eau du robinet qui n’est pas toujours bonne !
    Que choisir « entre la peste et le choléra » ?

    1
    Répondre
    1. Pat

      Bonjour ,
      Je travaille dans un laboratoire d’analyse d’eau . Sans rentrer dans les détails il vaut mieux consommer l’eau du robinet en toute circonstance ( dans les villes ou la distribution suit les normes française sans arrêté préfectoral précisant l’inverse et tolérant sa distribution comme en Bretagne )

      1
      Répondre
    2. Kapp

      Les industriels mais ils s’en fout ce n’est que le profit sur l’humain en faites les politicards sont complice de tout ça puisque ils ne font rien

      1
      Répondre
    3. Anonyme

      Vous aite une très bonne marque 👍👍👍

      Répondre
      1. Anonyme

        Très bonne remarque a voir par contre les chiens aboient, et la caravane passe…

  17. Martine

    Un grand merci pour toutes les infos j utilise l application tout les mois pour mes achats et très utiles cela me soulage et je comprend mieux les causes des graves maladies à cause des produits chimiques vivent les légumes du jardin et marchés bio en principe…

    Répondre
  18. Mme Colin

    Bonjour,
    Je vous en remercie Monsieur, pour tous ces préventions

    Répondre
  19. Arthur

    Bravo pour votre site avec toutes ces informations clairement expliquées et agréablement illustrées. En découvrant les dangers dans certains aliments et leurs emballages, on se demande pourquoi on n’est pas déjà mort. Quoi qu’il en soit, votre site peut contribuer à changer les habitudes alimentaires, voire une mentalité de consommation dictée par une industrie alimentaire trop puissante. Nous, les consommateurs, devons nous révolter et changer nos habitudes.

    1
    Répondre
  20. Fournion

    Merci Merci pour toutes ces infos Je me pose des questions depuis que je connais YUKA et que j’utilise chaque jour . Pourquoi les associations de consommateurs ne se servent-il pas de votre application ou constat et les fameux nutritionnistes qui conseillent : quoi ?

    Répondre
  21. Gallice Michèle

    Le consommateur a le pouvoir de ne pas consommer, les fabricants ont eux le devoir d’assurer notre sécurité alimentaire, les pouvoirs publics ont eux les moyens d’imposer la sécurité alimentaire.

    Répondre
    1. Denis Lecerf

      Joliment dit !

      Répondre
  22. Bonfanti

    Vous êtes formidables ! Vos infos sont importantes et UTILES. Elles devraient être connues de tout le monde… Merci.

    Répondre
  23. millet caroline

    Étant une épicerie en vrac, j’aurais voulu utiliser votre note dans mon magasin mais ce n’est pas possible à cause de votre politique. C’est dommage que l’on ne puisse pas utiliser Yuka pour aider le consommateur à choisir. Il n’y a pas de code barre dans le vrac, alors comment combiner yuka et la consommation en vrac ? paradoxal…

    Répondre
  24. claudette haquet

    Très belle année (malgré tout) à Yuka …donc à toute l’équipe.
    Je viens de commander le calendrier des fruits et légumes de saison. Au delà de son intérêt premier, je veux que mon achat contribue à la continuité de votre blog . Avec toute mon admiration et mes remerciements

    Répondre
  25. Josiane VIE

    Mais cela dit merci pour votre appli elle me sert beaucoup :-))

    Répondre
  26. Josiane VIE

    Alors comment fait-on pour le lait, car c’est ou plastique ou carton ?? !!

    Répondre
  27. Martine Cuennet

    des amis viennent de me conseiller d’utiliser votre site pour scanner les produits, je n’en suis donc qu’au début mais vous êtes tellement positifs et encourageants que je vais persévérer avec le temps. Grand merci d’exister enfin ! Et surtout bonne suite !

    Répondre
  28. Gaël

    Merci pour toute ces informations !

    Répondre
  29. Renée

    Tout d’abord grand merci de vos interventions et sujets intéressants, mais très inquiètants. Nous vivons vraiment dans un monde d’enfoirés, tueurs autorisés, nous devons TOUS RÉAGIR… Merci encore pour votre aide.

    Répondre
  30. Brigitte

    Merci pour votre article très intéressant.

    Répondre
  31. Vivian Stancheris

    à la lecture du blog et des commentaires, je constate que le problème s’est élargi de l’emballage d’origine, en magasin, à tout contenant de nourriture, et même aux objets touchant la nourriture (spatule, casserole).
    Ainsi, certaines informations me font encore défaut…
    – Qu’en est-il des poêles en téflon?
    – Et le linge qu’on utilise parfois pour recouvrir le pain, est-ce bien sain?
    – Les récipients en cuivre. Par exemple le lait pour faire du fromage est déposé dans une vaste cuve en cuivre. Le même matériau est utilisé pour la bière.
    – Le bois des tonneaux de vin est-il innocent ? Les tonneaux sont-ils tous faits avec du bois non traité? Et même pur, le bois ne laisse-t-il pas s’échapper des toxines?
    – Peut-on faire confiance à l’émail? Certaines personnes sont allergiques à l’émail, donc il laisse des traces au toucher…
    – La céramique, notamment les assiettes décorées de peinture sont-elles dangereuses?
    – à propos des boites de conserve: y a-t-il une influence du contenu sur la vitesse de dégradation de la boite (vinaigre, sucre, sel…)
    – La date de consommation portée sur les boites de conserve indique-t-elle une limite au-delà de laquelle les traces libérées sont dangereuses pour l’organisme, ou cette date est-elle indépendante?
    – On m’a aussi fait remarquer qu’à l’hôpital, les poches utilisées pour distribuer du liquide dans l’organisme (sang, eau salée, médicaments) contiennent des fameux phtalates citées ci-dessus. Dans ce cas, le remède est-il pire que le mal que le liquide est sensé combattre? Je pense en particulier aux chimiothérapies.
    Merci d’éclairer ma lanterne.
    Enfin, pour ces informations et les premières citées, je vous serais reconnaissant de citer vos sources.
    Merci, à bientôt peut-être.

    1
    Répondre
    1. Merci ma ma chérie

      Merci Merci

      Répondre
    2. Pignon

      commentaire très intéressant, et questions pertinentes…..merci

      Répondre
      1. Claire

        Et bien tout cela est interessant.
        Merci à Yuka pour sont travail d’ alerte. Nous le savons, nous sommes « mourables »…mais que nous puissions être en bonne santé jusqu’ au bout n’ est ce pas. Moi la question que je me pose c’ est : ai je vraiment besoin de ce que je choisi dans les magasins. Et souvent je me rend compte de l’ inutilité. Merci de nous alerter pour que nous puissions choisir avec dicernement.

    3. Anonyme

      Je n’ai pas vu de réponse à ces questions

      Répondre
    4. Anonyme

      Où sont les réponses à ce commentaire ?

      Répondre
    5. lu di

      bonjour , d’après les nombreuses recherches que j’ai pu faire , je peux me permettre de répondre à quelques unes de vos interrogations:
      – les poêles en téflon sont à bannir , à la moindre altération du revêtement vous ingérer de fines particules .
      les alternatives les plus saines sont la fonte de fer ( la fonte devient anti adhesive apres le culottage de celle-ci en effet l’huile se polymérise à la surface de la poêle lui donnant cette qualité d’anti adhérence), le fer et l’acier inoxydable.
      le fer des poêles se détache ce qui permet en plus d’augmenter son absorption , ce qui est bon pour l’organisme mais cependant à éviter pour les gens souffrant de pathologies de surcharge en fer (hémochromatose)
      -le tissu si il est bio et lavé avec du savon de Marseille est tout a fait adéquat ( ne pas utiliser de lessive conventionnelle ou d’adoucissant)
      -le cuivre est aussi une bonne alternative et possède des propriétés anti bactériennes formidables ( on utilise du cuivre dans certaines peintures des hôpitaux pour réduire les risques d’infection nosocomiales
      -les tonneaux sont tous faits avec du bois non traité mais on a choisi des essences spéciales qui vont libérer dans l’alcool cette petite note boisée lors de l’affinage ( et c’est ce qui est recherché). quant au bois en France ,toutes les essences ne sont pas autorisées pour l’alimentaire (par exemple les essences exotiques sont interdites. voir ce lien : https://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Securite/Produits-alimentaires/Materiaux-au-contact/Bois#:~:text=Les%20essences%20de%20bois%20qui,%2C%20h%C3%AAtre%2C%20orme%2C%20peuplier.
      pour la céramique voici un article très intéressant :https://oerine.com/toxicite-produits-ceramique/

      Répondre
  32. MAB

    A éviter absolument : tout fromage et yaourt le soir !
    Règle enseignée par l’Ayur Veda depuis des millénaires….

    Répondre
  33. Sédard Jl

    Lecture intéressante mais surtout inquiétante.Mais que font nos dirigeants et nos industriels pour changer tout cela.Du profit toujours du profit.Quand cela se terminera. Merci.

    Répondre
    1. Kapp

      Les industriels mais ils s’en fout ce n’est que le profit sur l’humain en faites les politicards sont complice de tout ça puisque ils ne font rien

      Répondre
  34. Christian Villecourt

    Bravo pour vos conseils , très intéressant ,
    Merci .

    Répondre
  35. Schaal Jean yves

    Très intéressant, très utile aussi…Navrant que cela ne suscite pas de réaction de la part des industriels qui fabriquent et utilisent ces emballages…

    Répondre
  36. Anonyme

    Merci de vos informations

    Répondre
  37. Anonyme

    Inquiétant
    Qui sont les responsables
    C’est toujours les mêmes qui subissent

    Répondre
    1. Christophe

      terrifiant!

      Répondre
    2. Christelle T

      A quand la cotation des emballages sur Yuka ?

      Répondre
  38. Isabel

    Les emballages en carton pour l’agro-alimentaire sont imprimés avec des encres spécifiques « faible odeur et faible migration ». Il y a depuis quelques années une réglementation en place que tout le monde ne connait pas. Les encres avec des huiles minérales sont interdites sauf pour imprimer des journaux et magazines. Il ne faut pas oublier que l’emballage est là pour protéger le produit et informer le consommateur.

    Répondre
  39. allouche yvette

    On savait en gros mais toutes ces précisions sont intéressantes et importantes. Difficile d’échapper totalement à tous ces emballages alimentaires. Vigilance est de rigueur. Merci

    Répondre
  40. Gabrielle Althen

    Merci

    Répondre
  41. Anonyme

    Merci de toutes ces précisions et conseils pour consommer mieux et plus responsable

    Répondre
  42. Anonyme

    Merci Yuka

    Répondre
  43. Airdeterre

    Dommage, pas de réponse !

    Répondre
  44. France

    Merci à Yuka pour tous vos bons conseils, cette vérité doit faire loi.

    Répondre
  45. Stéphane

    Merci pour toutes vos actions pour améliorer nos habitudes alimentaires.
    Je pense qu’il est aussi possible d’agir sur un autre point qui est l’emballage. Vous avez déjà traité ce sujet dans votre article «Halte aux emballages toxiques », mais un autre sujet moins visible pourrait aussi être traité : l’espace perdue.
    Par exemple, un paquet de céréale, purée en poudre et bien d’autre ont seulement les 2/3 de leur volume occupé. Ou des cordons bleus ou autre produit frais, glasses qu’il serait possible d’empiler au lieu de les étaler.
    Tout cela au nom du marketing pour avoir la plus grande surface de présentation alors qu’il serait possible de réduire la consommation de carton et par incidence l’espace nécessaire pour le stockage magasin et domicile ainsi que le transport et donc carburant.
    Avoir une belle présentation pour une boite de chocolat ou un cadeau, pourquoi pas, mais pour une boite de céréale ! Le mieux serait d’avoir une taxe sur l’espace perdue.
    Tout comme une note produit existe, serait-il possible d’intégrer dans Yuka une note emballage intégrant la toxicité et l’espace perdu ?

    Répondre
    1. allouche yvette

      Bien vu pour l’espace perdu dans les emballages. Cela s’est amplifié pour ne pas augmenter le coût du produit mais en réduisant sa quantité !

      Répondre
  46. Anonyme

    Super idée, je m’en sert pour contrôler tous les produits que j’achète.
    Merci encore

    Répondre
  47. Gilles

    Bonjour,
    Est-que le plastique présente un risque pour la congélation?
    On peut utiliser des récipients en verre?
    Merci,

    Répondre
    1. Marie

      Je suis convaincue du bien fait du « vrac » mais il y a un MAIS
      Comment connaitre l’origine? le parcours? la date de fabrication? depuis combien de temps le produits est à ciel ouvert? si le bocal a été bien nettoyé au remplissage?…..la palette qui tombe à terre!
      difficile! Qui pourra me répondre?

      Répondre
      1. Anonyme

        Bravo Marie il faut choisir comme le vrac n’affiche aucune traçabilité laissez tombé. Ne tombez pas dans un effet de mode qui ne garantie rien. Il n’y a que la foi qui sauve. Laissez les autres dans leur monde de naïf.

    2. Fab

      Je congèle la soupe, les légumineuses, les herbes les plats cuisinés dans des pots de confiture. Il suffit de ne pas les remplir complètement et laisser décongeler à température ambiante.

      Répondre
  48. marlene

    Comment vous faites pour aller chez le boucher avec votre contena.
    Il vz s amuser a faire la tare ou va nous traiter de taré!
    Allez y molo

    Répondre
  49. S

    Bonjour, Merci pour tout votre travail. J’ai une question sur le vrac que vous conseillez pour nos achats. Dans quoi est conditionné ce vrac avant d’être versé dans des bacs qui sont eux aussi en plastique (dans le magasin bio où je me rends) ? Pensez-vous que ce soit des matières particulières ou alors c’est juste « moins pire » comme disent les enfants ?

    Répondre
  50. Ange

    J’ en deduis que les dosettes de café type Nespresso doivent être bien toxiques entre l’aluminium la chaleur et la pression pour envoyer le café on doit ingérer une bonne dose… sans compter le recyclage…

    Répondre
    1. Anonyme

      un article parmi d’autre pour répondre à votre question :
      https://cygaia.com/capsules-dosettes-filtres-cafe-bon-ou-mauvais-sante-environnement/

      Répondre
  51. lotfi sediri

    Bonjour,
    Un grand merci à Yuka,comme c’est regrettable,tout ces géants de la grande distribution et industriel,comment peut-ont les laisser faire ainsi ,ça va de la vie des gens,et dire que c’est toujours les même qui tire profit,on devrait boycotter à tout ces grandes distribution.

    Répondre
  52. Annemarie Kwasny

    Tous les fromages que j’ai testés à l’Intermarché avec Yuka sont « médiocres » ? Expliquez moi !!

    Répondre
    1. Airdeterre

      J’ai trouvé 2 fromages OK : Bridelight et certains chèvres frais sous plastique en grande distribution (ex Les Croisés chez Leclerc). Le gruyère au lait cru Bio Village n’est qu’à 1 point de passer en notation bon (noté 49), j’en prends de temps en temps seulement.

      Répondre
  53. kwasny

    Au sujet des récipients plastiques contenant un plat à réchauffer au micro-ondes que j’ai cuisiné, j’utilise du verre. Vous ne parlez pas du couvercle en plastique fourni avec le micro-onde ? Faut-il ne pas l’utiliser ?

    Répondre
  54. Klein Jo

    Très bonne information, mais pas évident au quotidien.Il faut tout revoir.

    Répondre
  55. lecaille

    Merci de nous informer sur tous ces risques. Maintenant il faut être vigilant …prendre son temps pour faire ses achats… Mais tant que les Industriels ne penseront qu’à se faire de l’argent et les politiques les laisserons faire… !!!!!!!

    Répondre
  56. Marie-Louise

    Merci de nous éclairer sur tous ces risques. On va essayer de faire au mieux !

    Répondre
    1. France M

      Quel excellent travail vous faites ! Maintenant, il faut revoir notre façon de vivre, acheter, consommer et conserver. Pas facile, mais ça vaut tellement le coup pour notre santé, celle de nos enfants et notre belle planète !

      Répondre
    2. Mylène

      Merci pour tout ce travail fait, toutes ces infos très utiles, mais je ne suis pas convaincue sur le vrac : il n y a aucune info pour le consommateur.. Dommage… Du coup je n’achète pas.. On ne sait pas depuis quand le produit est stocké, sa date de péremption, son origine…

      Répondre
  57. Lenfant

    Il devient difficile de vivre !

    Répondre
  58. Sicard

    Qu’en est il du plastique utilisé pour la congélation des aliments ( sacs de congélation et plastique utilisé avec les appareils à emballer sous vide)?

    Répondre
    1. Airdeterre

      Très bonne question !
      Qu’en est il aussi des emballages en barquettes polystyrène, noires ou blanches ?

      Répondre
  59. Roux G.

    La majorité des personnes sont bien consciente des dangers pour notre santé représentés par les divers emballages : plastique, boites de conserves et carton pour l’alimentation. Que faire face aux industriels et politiques qui ne font rien pour contourner les véritables problèmes de notre monde  »moderne » ou seul le profit domine ?? Par exemple les bonnes vieilles bouteilles de verre encore utilisés dans les années 1970 pour les eaux de source ont disparu de notre environnement !!! . On peut seulement retrouver les bouteilles en verre pour les eaux de source sur la table des restaurants. Que peut-on faire ?? C’est être de plus en plus nombreux pour s’opposer à ce que l’on nous impose dans notre quotidien. Comme on le sait les politiques sont sensibles à l’opinion publique qui est le véritable lobbying à suivre… Beaucoup à dire et méditer pour un monde que l’on peut encore essayer de rendre meilleur pour les générations futures. Voir ou revoir le film de l’ ancien Vice-président des Etats Unis Al Gore, Nos enfants nous accuseront ….

    Répondre
  60. Milie

    Bonjour
    Merci pour cet article.
    Mais quelle solution avons nous pour les laits? Il ne se vend qu’en bouteille en plastique ou bouteille en carton. Mais paraît-il que les bouteilles en carton sont enduites à l’intérieur d’un revêtement nocif qui les rend non recyclables… est-ce vrai? Du coup quoi faire ?🤷🏻‍♀️

    Répondre
  61. Benseddik

    Merci beaucoup pour les bons conseils que vous donnez
    Continue svp

    Répondre
  62. desmarest

    Pour l’eau dans les bouteilles plastique,,je conseille de les transvaser,dans des bouteilles en verre et les laisser s’évaporer !!

    Répondre
  63. Anonyme

    merci ,informations excellentes.

    Répondre
  64. PET man

    Pourriez-vous citer les sources de vos allégations: « ce plastique libère différents éléments problématiques (comme le trioxyde d’antimoine, des formaldéhydes et des acétaldéhydes » ? J’aimerai avoir les données de migration du trioxyde d’antimoine car il s’agit, parfois, d’un catalyseur utiliser pour fabriquer le PET. Merci

    Répondre
    1. Airdeterre

      Dommage, pas de réponse !

      Répondre
  65. Perrenot

    Merci pour cet excellent article sur les emballages alimentaires. Dommage de ne pas avoir cité le terme de perturbateurs endocriniens.
    Cordialement

    Répondre
  66. BREVET Jean-Yves

    Bonsoir,
    Je crois avoir bien lu l’article sur les PET, PVC, etc…
    Et les articles en silicone : palettes, couvercle anti-projection, … que faut-il en penser ?
    Merci pour votre réponse.

    Répondre
    1. Antoine

      Yuka, allez vous ajouter ces critères à vos notations de produits ? Cela serait légitime et permettrait de sensibiliser le public à ce problème ! Merci

      Répondre
  67. Anonyme

    Merci beaucoup pour votre article ! On en apprend toujours plus et je me rend compte que vous fournissez un grand travail. Merciiii !!!😄

    Répondre
  68. Didier Palita

    Vous pouvez ajouter dans votre liste de danger auquel on s’expose avec l’aluminium et ses sels, celui de son utilisation comme adjuvant dans les vaccins. Il est à l’origine d’une maladie très invalidante et difficile à identifier, la myofasciite à macrophages (voir http://www.asso-e3m.fr/myofasciite-a-macrophages/quest-m-f-m/).
    L’association E3M se bat énergiquement mais sans soutien médiatique ou politique pour un retour à d’autres adjuvants, existants avant que SANOFI « n’impose » ses vaccins qui en contiennent.

    Répondre
  69. mieze

    super intéressant

    Répondre
  70. Emmanuelle

    Bonjour et merci pour votre article,
    Bravo à toutes l’équipe pour le travail que vous faites, et qui me facilite beaucoup la vie 😀
    Je voulais savoir si vous aviez fait des recherches plus approfondies sur l’inox et si vous aviez prévu de faire un article dessus ?
    J’ai appris récemment qu’il fallait faire attention au type et à la provenance des objets en inox que l’on achète. Pouvez-vous m’en dire plus à ce sujet ?
    Merci pour votre réponse,
    Bien à vous,
    Emmanuelle.

    Répondre
  71. christine

    fin – Dans la cuisine j’oublie les emballages plastique alimentaires (j’utilise des boites en verre) qui peuvent contenir des phtalates substance classée cancérogène et reprotoxique qui sous l’effet de chaleur, migrent dans les aliments : les spatules souples, les poêles à fond adhésif, les boîtes de conserve, les canettes de boisson chemisées de bisphénol A.
    Remplacez les contenants par le verre, l’acier inoxydable, la fonte émaillée et optez pour une bonne spatule en bois.

    Répondre
  72. Anonyme

    fin – Dans la cuisine j’oublie les emballages plastique alimentaires (j’utilise des boites en verre) qui peuvent contenir des phtalates substance classée cancérogène et reprotoxique qui sous l’effet de chaleur, migrent dans les aliments : les spatules souples, les poêles à fond adhésif, les boîtes de conserve, les canettes de boisson chemisées de bisphénol A.
    Remplacez les contenants par le verre, l’acier inoxydable, la fonte émaillée et optez pour une bonne spatule en bois.

    Répondre
  73. Anonyme

    suite : on peut éliminer une bonne partie des perturbateurs endocriniens stockés dans nos tissus adipeux. Le 1er réflexe est de soulager le foie. C’ est lui qui purifie et raffine tout ce qu’on respire, ce qu’on mange, ce qui est respiré par la peau : en particulier les toxines, les métaux lourds et les pesticides. Solubles dans la graisse, les perturbateurs endocriniens affectionnent tout particulèrement notre masse grasse. Plus elle est importante, plus on stocke ces indésirables. L’ ACTIVITE PHYSIQUE, tout ce qui permet de bouger, marche vélo, jardinage, etc pour brûler ce tissu adipeux, ce qui facilitera l’évacuation des toxines.
    Je fais une cure radis noir pendant 1 semaine.
    Pour la déco je fais les bons choix : les revêtements plastifiés pour le sol et les murs sont à éviter. Mieux vaut privilégier les peintures et enduits naturels. Idem pour l’ ameublement, on préfère les meubles en bois plein que ceux agglomérés. Les canapés et tapis, souvent traités avec des composants perfluorés et avec des ignifuges bromés, de même que certains textiles deco (rideaux,…). L’exigence est de mise pour les couettes, draps, matelas et coussins qui peuvent contenir et d’ autre part, des pesticides comme la perméthrine, une substance utilisée dans les traitements textiles acaricides pour le linge de lit ou encore les matelas.

    Répondre
    1. Martine

      Moi le soucis ce sont les eaux minérales.. Je ne bois que ça et je me demande s il ne vaut pas mieux celle du robinet vu que les emballages plastiques sont nocifs aussi 🤔😒

      Répondre
  74. Anonyme

    Les emballages alimentaires en plastique qui peuvent contenir des substances classées cancérogènes et reprotoxiques qui sous l’ effet de la chaleur migrent dans les aliments.
    LES BOUTEILLES PLASTIQUE EAU EVIAN (pour les bébés) portent le sigle 1….. Pourquoi ?
    Les perturbateurs endocriniens peuvent être à l’origine d’infertilité et aussi de nombreuses maladies.
    L’eau embouteillée, c’ est fini ! Mieux verser l’eau dans une bouteille en verre ou en acier inoxydable. On oublie toutes les gourdes en plastique !
    FRANCE : 3 millions de personnes sous LEVOTHYROX;;; eT DEMAIN ,nos enfants aussi ?

    Répondre
  75. Nacera Rios

    Bonjour j ai scanné le café chicorée Abbaye Sept Fons il est noté zéro acides gras saturés zéro sucres …et sur l emballage ils notent contient des quantités négligeables de matières grasses acides gras saturés sucres etc … il n y a pas de quantité. merci pour votre retour

    Répondre
  76. Sophie

    C’est quand même assez stressant toutes ces infos car même quand on veut bien faire (le plus sainement possible en tous cas) on n’est pas au bout de nos difficultés pour trouver les bons produits et les bons lieux d’approvisionnement, ni à l’abri d’une autre « dérive » (cf l’es emballage carton recyclés). En tous cas merci pour les conseils judicieux afin de limiter les risques de toxicité des emballages en complément de toutes les mises en garde.

    Répondre
  77. Lilinou

    Bonjour,
    Je n’ai pas tout compris, d’un côté vous recommandez l’achat d’une gourde en aluminium pour remplacer les bouteilles en plastique et juste en dessous vous faites un gros paragraphe sur les dangers de l’aluminium, n’est ce pas antinomique ?
    Pourriez vous expliquer, s’il vous plaît ?
    Et sinon, continuez, ça fait du bien de vous savoir aux côtés des consommateurs.
    Cordialement,
    Lilinou

    Répondre
    1. Helene

      Bonsoir lilinou, dans leur article yuka a parlé d’une gourde en inox et pas en aluminium ce sont 2 composés différents meme si c’est de la ferail..
      Cordialement

      Répondre
    2. Anonyme

      Bonjour!
      Veuillez m’excuser pour mon intervention, mais il me semble que l’on vous propose une gourde en « Acier inoxydable », et non en aluminium!
      Cordialement

      Répondre
  78. Sasa

    Article très intéressant. Malheureusement revenir à l’âge de pierre c’est un peu compliqué avec cette société qui fait tout pour pousser à la consommation. Mais je pense quand faisant ne serait-ce que la moitié de vos conseils, que j’avais déjà commencé à faire avec ma femme (merci chérie), on gagne en « confort de vie ».

    Répondre
    1. Ersatz

      Très intéressant, heureusement qu’il existe qq marques bio pionnières qui utilise le verre et le vrac pour aller dans une démarche produits naturels et bio et avec un packaging responsable (marque française tambour battant).
      Encore trop de bio emballé dans du plastique Qui malgré les efforts est peu recyclé (20% en France et la plupart des sachets transparents ne le sont pas ) et non recyclable après 2 cycles. Deplus les interactions contentant Plastique avec le contenu (nourriture / médicaments) sont connues et dangereuses. Un congrès Recent, plastic health summit 2019, a mis en lumière de nombreuses études cliniques internationales montrant la présence de nombreuses substances cancerigenes issues des plastiques dans le corps humain. Le plastique est utilise dans de nombreux secteurs certes mais doit être proscrit dans le packaging à usage unique

      Répondre
    2. Anonyme
  79. Anonyme

    Article très intéressant. Malheureusement revenir à l’âge de pierre c’est un peu compliqué avec cette société qui fait tout pour pousser à la consommation. Mais je pense quand faisant ne serait-ce que la moitié de vos conseils, que j’avais déjà commencé à faire avec ma femme (merci chérie), on gagne en « confort de vie ».

    Répondre
    1. Anonyme

      A lire tres lnteressant
      Bonne journee bz

      Répondre
  80. Agnès Bonopèra

    Très intéressant

    Répondre
  81. CLAIRE LADOUX

    Bonjour. Votre article est trés interéssant . Je vais vider ma bouteille en plastique qui contient de l’eau du robinet et revenir a la carafe en verre. Si vous avez un conseil pour diminuer les crampes des membres inférieurs, je suis preneur. ( les statines contre la lipidemie, même mini dosées les favorisent) Merci YUKA

    Répondre
    1. Sophie

      Boire, boire et boire beaucoup d’eau…et que de l’eau pour éliminer l’acide lactique qui provoque (dans mon cas) ces crampes des membres inférieurs. Et puis il faut marcher aussi, ou en tous cas avoir une activité physique chaque jour. C’est ce que j’ai trouvé de mieux contre les crampes. Et pour celles qui me réveillent la nuit, j’ai constaté qu’elles augmentent avec l’alcool, les repas trop lourds et trop près du coucher, alors j’évite. Si ça peut vous aider…

      Répondre
  82. Muguet

    Les casseroles en aluminium présentent elles un danger ? Si oui les casseroles en émail sont-elles plus sûres ?

    Répondre
    1. Fonsine

      oui les casseroles émaillées sont plus sûres à condition qu elles ne soient pas écaillées !

      Répondre
  83. Anonyme

    Merci infiniment pour ces informations, notamment celles concernant le papier aluminium et les emballages en papier. privilégions nos emballages en verre et en tissu !

    Répondre
  84. Françoise Pettré

    Merci je trouve cet article très intéressant je le garderai pour y revenir.

    Répondre
  85. Simone Liautaud

    Bonjour
    vous parler d’aluminium , de plastique etc
    mais qu’en est-il des plats en silicone pour les gâteaux avec cuisson au four
    J’aimerais avoir votre opinion sur ce sujet
    Merci pour votre réponse et votre site yuka
    Amicalement

    Répondre
    1. Kris

      Bonjour, Il existe une cocotte en plastique chez Tupperwar de couleur noire qui va au four et qui supporte de très fortes températures. Ma sœur y fait tous ses rôtis. qu’en pensez-vous ? Merci pour vos infos très intéressantes !

      Répondre
  86. Edith Kieffer

    Bjr. Nous sommes éliminés part petit peu en nous empoisonnant avec les emballages toxiques, alors qu’il existe d’autres matières . C’EST écoeurant car on doit tous regarder avant d’acheter et le symbole aluminium n’est pas inscrit sur les emballages . J’ai tous virer a la poubelle et mes prochaines courses je vais y faire attention . Merci a yuka des conseils.

    Répondre
  87. Anonyme

    Avec quoi ferme-t-on les récipients en verre? Avec du plastique ou avec de l’aluminium? Quel tupe de sachet protecteur pour réduire le migration des emballages en papier et carton vers les aliments? Pas de plastique, ni d’aluminium…
    Quand je pense que les générations précédentes emballaient de nombreux produits alimentaires dans du papier journal… Surtout les légumes qui venaient du maraîcher local.

    Répondre
  88. Guy

    Merci pour tout ses informations

    Répondre
  89. Anonyme

    Bonjour, l’ autisme est une maladie neurodeveloppementale génétique. Le lien avec l’ aluminium n’ est pas prouvé. Merci

    Répondre
  90. Anonyme

    Merci d’être là pour nous.
    Grâce à vous je crois beaucoup que avec le temps tous le monde va se poser mêmes questions et à la force l’alimentation va changer.

    Répondre
  91. Pat M.S

    Bonjour,
    Merci pour votre travail et sa communication.
    Continuez car nous devenons plus exigeants face aux industriels et ces derniers commencent à changer également.

    Répondre
  92. Jessica

    Bonjour,

    Pouvez-vous me dire si le verre trempé est considéré comme un verre « sain » ?

    Répondre
    1. Petit Pascale

      Bjr et merci pour toutes ces infos précieuses… Affolante par leur densité mais pourtant utiles à connaître. Un grand merci pour votre travail !

      Répondre
  93. joelle Boullier

    j’aime énormément toutes les infos précieuses que vous nous transmettez mais quand on fait partie de Greenpeace et Amnesty, ça fait vraiment beaucoup de lecture et je suis parfois obligée de faire des choix et je suis frustrée !!

    Répondre
  94. Corine C

    Merci pour toutes ces informations, c’est très utile.
    corine.

    Répondre
  95. Evelyne Jolit

    Très bon article – Mais certaines questions posées par des lecteurs dans les commentaires m’intéressent mais je ne vois pas les réponses que vous leur apportez. Pourquoi ?

    Répondre
    1. Hélène

      Je crois que nous sommes pas encore là. Un jour les solutions vont arriver. Comme par exemple les Yaourts en plastique même dans le magasin bio…un jours tout changera, enfin j’espère 🙂

      Répondre
      1. Barbara

        J’ai vu dans un magasin Bio (satoriz) une marque y travailler et prévenir que bientôt ça changera. Entre temps j’ai décidé de faire moi même mes yaourts. Garantie 100 % sans plastique ni autres cochonneries

    2. Airdeterre

      Oui, vous avez raison, je constate la même chose que vous.
      Pourquoi ?

      Répondre
      1. Anonyme

        Je répondais à Evelyne Jolit pour souligner sa question que je me pose aussi : pourquoi certaines questions dans les commentaires n’obtiennent elles pas de réponse ?

  96. NICOLAS

    excellente synthèse, très agréable à lire

    Répondre
    1. Lydie

      Même avis.
      Instructif Clair et précis.

      Répondre
  97. Montesinos

    Merci, la santé est tellement importante.

    Répondre
  98. Eugène Simoes

    Merci pour ces informations précieuses qui nous permettent ensuite de guider nos choix.
    Bien à vous

    Répondre
  99. Michelle Filippini

    A part l’eau du robinet, où peut-on trouver de l’eau de source en bouteille ?

    Répondre
    1. Ju

      Bonjour, pour notre bébé nous achetons de l’eau dans des bouteilles en verre qui sont consignées, cela se trouve dans les grandes surfaces plutôt à destination des commercants. Cela demande un peu de logistique mais ça permet d’éviter le plastique et permet d’éviter le recyclage énergivore du verre.

      Répondre
  100. schouver Françoise

    Bonjour Julie
    Toujours très instructif de lire vos articles , merci.
    Je me demande si les tupperware dans lesquels je conserve mes aliments secs comme pates, riz, sucre , farine, lentilles etc sont sans dangers?
    Merci de votre réponse
    Bien cordialement

    Répondre
  101. Alain

    Article très intéressant, mais difficile à appliquer. On est un peu perdu. Nous avons l’impression que tout est toxique. On ne peut plus manger de sardine, de carotte bio sous emballage….

    Répondre
  102. Anonyme

    merci pour vos conseils

    Répondre
  103. Frandre

    Comment faire un couvercle avec de la cire d’abeille

    Répondre
    1. FRANCOISE ESPINA

      on les trouve en vente sur internet et peut-être dans certains magasins bio.
      j’ai eu l’occasion de m’en servir chez ma fille, ce n’est pas mal. Un peu bizarre au début… mais il faut changer ses habitudes. l’assiette sur le lol ou le saladier c’est bien aussi !!!

      Répondre
  104. Jean-Claude Vinatier

    Merci pour cet excellent article qui m’a appris beaucoup de choses, en particulier sur les cartons, que je croyais plus sains.
    Les boîtes de conserves en fer blanc ne sont pas citées. Peut-on continuer à manger des raviolis ? 🙂

    Répondre
  105. Vanacker

    Dans une gourde on met de l eau du robinet???

    Répondre
    1. doudouce

      Bonjour à toute l’équipe.
      Merci pour vos articles de qualité et vos conseils.
      Continuez, sans vous occuper des grincheux et autres mécontents.

      Répondre
    2. anonyme

      Bien sur

      Répondre
  106. Anonyme

    Merci de ce super article mais merci de se documenter sur le microondes, dangereux pour la santé
    Je viens de participer à un restitution de rapport sur 10 cancers de cerveau dans mon entreprise causé par le champs électromagnétiques dont le micronde qui fait partie de sources quotidien d exposition avec l antenne relai et le téléphone portable
    Merci

    Répondre
  107. Kako

    Bonjour Yuka
    L’acte article est truffé d’approximations et de mauvaises interprétations. Ce qui rend son contenu partiellement faux. Je vous ai laissé un thread sur le sujet sur Twitter. N’hésitez pas à réagir ou à le contacter en privé :
    https://twitter.com/kako_line/status/1190311469558239232?s=21

    Répondre
    1. Isabelle

      Bonjour, j’aimerais savoir qu’est ce qui vous semble faux ou approximatif ? Merci.

      Répondre
      1. MS

        Lisez le fil de son tweet…

      2. Kako

        Je vous suggère de lire le thread dont je suis l’auteur. Si vous souhaitez en discuter aucun problème.

  108. Françoise Michaud

    Merci pour ces informations et vos conseils qui sont précieux!!

    Répondre
  109. schgil

    Pourquoi les gouvernements successifs tolèrent de tels abus qui nuisent à notre santé à ???? Toujours plus de frics pour les hobbys qui se gavent !!!!!

    Répondre
    1. Alex33

      et pourquoi les gens votent pour des beau parleur qui promettent du, pouvoir d achat et rien d autre?

      Répondre
  110. Catherine Ducher

    Comment faire pour mettre des aliments au congélateur ?
    Et quand on choisit de consommer une eau calcique ( Contrex par exemple), comment faire ? On peut la transférer dans une gourde mais auparavant elle aura transité en bouteille ! Que suggérez-vous ? Merci.

    Répondre
    1. Barbara

      C’est un choix qui conduit à voir l’eau faire des kilomètres dans des contenants en plastique. Je ne sais pas ce qui vous conduit à ce choix. Perso je bois l’eau du robinet depuis toujours, j’ai vécu dans plusieurs régions et à 63 ans je vais très bien

      Répondre
    2. Josi

      Pourquoi voulez-vous utiliser une eau calcique, alors que les médecins dignes de ce nom conseillent totalement l’opposé, afin d’éviter au fil des années, des calcifications sur les articulations (super douloureux + obligation d’intervention chirurgicale).
      Préférez l’eau prescrite pour les nourrissons. Ce n’est pas un hasard si les autres eaux leur sont interdites.
      En général, les eaux pour nourissons eviennent du massif central, Thonon, Volvic, …
      Le médecin spécialiste ayant insisté, j’ai recherché dans ce sens et j’ai trouvé dans la mini supérette locale, sous la marque Carrefour, une eau d’Auvergne ne contenant que 4,1mg/l de calcium et 23,7mg/l de silice si indispensable pour les os.
      Contrairement à ce que l’on croit, l’apport important de calcium devient nocif si on le consomme sans mesure précise et de façon anarchique.
      Préférez une eau peu calcique et trouver votre source de calcium dans des produits frais et variés ou dans des laitages, en les consommant de façon modérée et surtout en favorisant les laits et laitages de chèvre et brebis en minimisant au maximum le lait de vache qui pourra agir très négativement sur certains organes.
      Le lait de chèvre n’est pas plus fort, c’est une idée reçue. Je n’aime pas le lait, et je consomme du lait de chèvre (lait, fromage, yaourts) pour ma santé sans aucun problème. Si vous êtes en ville, vous en trouverez aisément en grande surface dans des flaconages traditionnels.
      De plus, l’eau d’Auvergne Carrefour étant très bas prix, cela permet de répercuter cette économie sur l’achat de lait de chèvre en bouteille.il existe aussi des yaourts de brebis à tous les prix.
      Prenez bien soin de vous et essayez éventuellement de vous faire conseiller par des spécialistes dans ce domaine : homéopathe, naturopathe, peut-être un nutritionniste, etc…
      Bon courage.

      Répondre
1 2 3 4 5