MENU

Blog

Halte aux emballages toxiques !

Les contenants méritent qu’on s’intéresse presque autant à eux qu’à leur contenu. En effet, certains composés problématiques peuvent migrer de l’emballage vers l’aliment. Petit tour d’horizon des emballages à éviter et de ceux qui sont sûrs à l’aide du nutritionniste Anthony Berthou.

Le verre : l’allié le plus sain

Dans la liste des contenants les plus sains, le verre occupe une place de choix. Composé de seulement trois matières premières naturelles (sable, carbonate de sodium et calcaire), il est 100 % imperméable. Il empêche ainsi toute réaction avec les éléments extérieurs comme l’humidité et la chaleur, et permet une préservation optimale des vitamines et minéraux, hormis quelques pertes liées à la lumière. Par ailleurs, il empêche la migration de substances étrangères dans les aliments, tout en préservant leur goût.

C’est aussi un contenant écologique, à condition d’être réutilisé plutôt que d’être recyclé à chaque utilisation. En effet, si le verre est recyclable à l’infini, le recyclage du verre est extrêmement énergivore. Il est ainsi conseillé de réutiliser vos contenants en verre pour faire des courses en vrac par exemple.

Le plastique : gare à la qualité et à la surchauffe

Le problème des emballages en plastique est qu’ils contiennent des substances problématiques qui peuvent migrer dans les aliments. Cette migration est d’autant plus importante sous l’effet de la chaleur et avec la durée. C’est pourquoi il est recommandé de conserver au frais les produits emballés dans du plastique, et de les consommer rapidement après achat pour limiter le temps de contact de l’aliment avec le plastique. 

Évitez ainsi de réchauffer vos aliments au micro-ondes dans des contenants en plastiques, ou de boire du thé ou du café dans des gobelets plastique par exemple.

Les particules problématiques se logent par ailleurs plus facilement dans les graisses : la migration est donc plus importante lorsque les plastiques sont en contact avec des graisses (huiles, plats préparés, fromage, charcuterie, etc.).

Il existe différents types de plastiques : ils sont numérotés et ont chacun leur sigle. On retrouve ces sigles sur les emballages, sur le fond des bouteilles par exemple. Certains sont plus problématiques que d’autres. Voici un récapitulatif des différents types de plastiques.

✅ Les plastiques les moins nocifs

Polyéthylène Haute Densité

Usage : bidons de lait, contenants de produits alimentaires
Il s’agit d’un plastique facilement recyclable
Bémol : certaines études ont montré que le PE-HD peut libérer en quantité infime du nonylphénol, un perturbateur endocrinien, en particulier lorsqu’il est exposé à la lumière du soleil

Polyéthylène Basse Densité

Usage : emballage de pain ou de produits surgelés, sacs de congélation, etc.
S’il semble « sûr » pour la santé, le PE-LD produirait cependant des polluants lors de sa décomposition susceptibles de nuire à l’environnement

Polypropylène

Usage : margarines, produits laitiers, couvercles, etc.
Le polypropylène est généralement considéré comme un plastique « sûr » pour la consommation d’aliments et de boissons


❌ Les plastiques les plus nocifs

Polyéthylène Terephtalate

Usage : bouteilles transparentes d’eau, jus de fruits, sodas, huiles, certaines barquettes.
Risques : ce plastique libère différents éléments problématiques (comme le trioxyde d’antimoine, des formaldéhydes et des acétaldéhydes). Le trioxyde d’antimoine est un perturbateur endocrinien qui peut potentiellement altérer le système endocrinien humain en provoquant des problèmes de fertilité, des maladies respiratoires, des troubles neuropsychologiques, ainsi que des problèmes d’obésité chez l’enfant.
Ce plastique est également problématique pour l’environnement car les perturbateurs endocriniens peuvent ensuite se retrouver dans la nature.

Polychlorure de vinyle

Usage : emballages pour les fromages et viandes, film alimentaire plastique
Risques : le PVC libère des phtalates, qui sont des perturbateurs endocriniens mis en cause dans de nombreux problèmes de santé (obésité, résistance à l’insuline, altération de l’activité cardiovasculaire, allergies, perturbation de la croissance et troubles du comportement chez l’enfant, effets sur le développement foetal masculin, etc.)
Ce plastique nuit également à l’environnement

Polystyrène

Usage : yaourts, barquettes, plats à emporter, gobelets et couverts jetables, emballages en polystyrène
Risques : le polystyrène libère du styrène, une substance qui peut entraîner des effet pro-cancérogènes et neurotoxiques
Usage : ce sigle regroupe tous les autres types de plastique, notamment les plastiques à base de polycarbonates. On le retrouve notamment comme revêtement dans les boîtes de conserve.
Risques : Le polycarbonate est fabriqué à base de Bisphénol A (BPA), un perturbateur endocrinien qui peut se révéler nocif même à faible dose et qui migre très facilement dans les aliments sous l’effet de la chaleur. Le BPA pourrait également avoir des effets sur le développement du cancer du sein et de la prostate. Il est désormais couramment remplacé par le Bisphénol S (BPS) et le Bisphénol F (BPF), qui sont également associés à un risque de perturbation endocrinienne.

Un autre enjeu de taille inhérent aux matières plastiques alimentaires est l’incertitude quant à l’effet cumulé des substances chimiques libérées, leur accumulation dans le corps humain et leurs effets potentiels sur la santé à long terme.

5 astuces pour limiter les migrations des particules toxiques

  1. Faites l’acquisition d’une gourde en inox et n’achetez plus de bouteilles en plastique. Si réutiliser sa bouteille d’eau en plastique est écologique, c’est cependant une erreur pour la santé car de fines particules de plastique peuvent se détacher progressivement au fil du temps
  2. Limitez au maximum l’utilisation de film alimentaire plastique. Dans le réfrigérateur, couvrez vos aliments avec une assiette, ou utilisez un emballage en cire d’abeille (Bee Wrap). Chez le boucher ou le fromager, ramenez directement votre contenant.
  3. Apportez votre tasse au bureau pour éviter d’utiliser les gobelets en plastique de la machine à café. Le plastique utilisé pour ces produits est par ailleurs très souvent de mauvaise qualité.
  4. Utilisez des récipients en verre plutôt que des récipients en plastique pour faire réchauffer vos plats au micro-ondes.
  5. Achetez au maximum vos aliments en vrac, en apportant vos propres contenants (bocaux en verre, ou sachets en tissu réutilisables par exemple).


Au-delà de leur impact sur la santé, les plastiques posent un vrai problème environnemental. Selon un rapport de WWF de 2019, seuls 22% des déchets plastiques sont recyclés en France, et le pays contribue au rejet de 80 000 tonnes de plastiques dans la nature chaque année.

Conserves et aluminium : à éviter au maximum

Aujourd’hui, l’omniprésence de l’aluminium dans notre environnement (alimentation, emballages, ustensiles, médicaments, vaccins…) peut conduire à des taux d’exposition importants : notre exposition à l’aluminium a été multipliée par 30 depuis 1950, et devrait encore être multipliée par 3 d’ici 2050.

Lorsque les emballages alimentaires sont constitués d’aluminium, de faibles particules d’aluminium se transfèrent alors dans les aliments. Cette réaction est d’autant plus forte lors de l’exposition à la chaleur.

Une fois dans notre organisme, l’aluminium est ensuite éliminé via les selles. Mais cette élimination n’est pas totale. Une infime partie de l’aluminium peut alors se retrouver dans le sang puis être transporté vers les os, le foie, les poumons, les reins ou encore le cerveau.

Il peut alors engendrer divers problèmes de santé :

  • Tout d’abord, il contribue fortement au stress oxydatif (voir notre article sur les antioxydants).
  • Il favorise ainsi l’amplification et la pérennisation de l’inflammation dans de nombreuses pathologies comme la sclérose en plaques, la maladie de Crohn, l’asthme, l’autisme, le défaut de fertilité ou encore l’épilepsie.
  • Il peut perturber le fonctionnement cérébral en atteignant les cellules de notre cerveau. Il est ainsi incriminé entre autres dans la maladie d’Alzheimer.
  • L’aluminium est reconnu comme un mutagène, c’est-à-dire comme un agent capable de provoquer des changements dans la structure du matériel génétique.
  • Il semblerait également incriminé pour ses effets sur le développement du fœtus.

Quelques astuces pour limiter l’exposition alimentaire à l’aluminium :

  1. Évitez au maximum la consommation d’aliments en conserve (canettes de sodas, légumes en conserve, etc.)
  2. Évitez aussi les emballages en carton Tetra Pak® car ils comportent une fine couche d’aluminium afin d’augmenter la durée de conservation des aliments
  3. Pour conserver vos aliments, utilisez des boîtes hermétiques ou encore des emballages en cire d’abeille plutôt que du papier d’aluminium
  4. Pour vos cuissons en papillote, remplacez le papier d’aluminium par du papier sulfurisé


Pour aller plus loin sur le sujet de l’aluminium, vous pouvez consulter l’article d’Anthony Berthou.

Le carton : une fausse bonne idée

L’Anses (Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation) a soulevé une alerte en mai 2017 au sujet des emballages alimentaires en papier et en carton. Ceux-ci contiennent en effet des huiles minérales, provenant notamment des encres et adhésifs des emballages, qui peuvent alors migrer dans les aliments. Ainsi, des résidus d’huiles minérales ont été retrouvés dans de nombreux aliments. Ces huiles, qui sont dérivées d’hydrocarbures, seraient cancérigènes et génotoxiques, c’est-à-dire susceptibles d’endommager l’ADN. Elles sont également suspectées de provoquer des réactions inflammatoires.

Le risque de contamination est malheureusement encore plus élevé avec le papier et le carton recyclés. Lors du recyclage, les anciens emballages sont mélangés à de l’eau afin de reconstituer de la pâte à papier. Les encres et adhésifs se retrouvent mélangés au reste et entrent ainsi directement dans la composition du carton.

Lorsqu’il n’y a pas de sachet protecteur entre l’emballage et l’aliment, le risque de migration des huiles minérales est donc important.

Là encore, la solution est de privilégier au maximum les aliments en vrac, en apportant ses propres contenants.

Sources

  • INRS. Produits de dégradation thermique des matières plastiques. Cahier des notes documentaires – Hygiène et sécurité du travail, N°174, 1999
  • Sax, Leonard. “Polyethylene terephthalate may yield endocrine disruptors.” Environmental health perspectives vol. 118,4 (2010): 445-8. doi:10.1289/ehp.0901253
  • Vasami, Ralph. “Polyethylene terephthalate and endocrine disruptors.” Environmental health perspectives vol. 118,5 (2010): A196-7; author reply A197.
  • Ohashi A, Kotera H, Hori H, Hibiya M, Watanabe K, Murakami K, Hasegawa M, Tomita M, Hiki Y, Sugiyama S. Evaluation of endocrine disrupting activity of plasticizers in polyvinyl chloride tubes by estrogen receptor alpha binding assay. J Artif Organs. 2005;8(4):252-6.
  • Carlos KS, de Jager LS, Begley TH. Investigation of the primary plasticisers present in polyvinyl chloride (PVC) products currently authorised as food contact materials. Food Addit Contam Part A Chem Anal Control Expo Risk Assess. 2018 Jun;35(6):1214-1222.
  • Yang, Chun Z et al. “Most plastic products release estrogenic chemicals: a potential health problem that can be solved.” Environmental health perspectives vol. 119,7 (2011): 989-96.
  • Konieczna A, Rutkowska A, Rachoń D. Health risk of exposure to Bisphenol A (BPA). Rocz Panstw Zakl Hig. 2015;66(1):5-11.
  • Jalal, N., Surendranath, A. R., Pathak, J. L., Yu, S., & Chung, C. Y. (2017). Bisphenol A (BPA) the mighty and the mutagenic. Toxicology reports, 5, 76–84.
  • Cox KD, Covernton GA, Davies HL, Dower JF, Juanes F, Dudas SE. Human Consumption of Microplastics. Environ Sci Technol. 2019 Jun 18;53(12):7068-7074.
  • Mason, Sherri A et al. “Synthetic Polymer Contamination in Bottled Water.” Frontiers in chemistry vol. 6 407. 11 Sep. 2018.
  • WWF - https://www.wwf.fr/vous-informer/actualites/chaque-annee-600-000-tonnes-de-plastique-sont-rejetees-dans-la-mer-mediterranee
  • Efsa - https://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/120606
  • Cancer from mineral oil. (1969). British medical journal, 4(5681), 443–444.
  • Grob K. Mineral oil hydrocarbons in food: a review. Food Addit Contam Part A Chem Anal Control Expo Risk Assess. 2018 Sep;35(9):1845-1860.
  • ANSES - https://www.anses.fr/fr/content/exposition-%C3%A0-l%E2%80%99aluminium-par-l%E2%80%99alimentation
  • Exley, C. Human Exposure to Aluminium. Environ. Sci.: Processes Impacts 2013, 15 (10), 1807–1816.
  • Bondy, S. C. The Neurotoxicity of Environmental Aluminum Is Still an Issue. Neurotoxicology 2010, 31 (5), 575–581.
  • Guo, C.-H.; Wang, C.-L. Plasma Aluminum Is a Risk Factor for Oxidative Stress and Inflammation Status in Hemodialysis Patients. Clin. Biochem. 2011, 44 (16), 1309–1314.
  • Mujika, J. I.; Ruipérez, F.; Infante, I.; Ugalde, J. M.; Exley, C.; Lopez, X. Pro-Oxidant Activity of Aluminum: Stabilization of the Aluminum Superoxide Radical Ion. J Phys Chem A 2011, 115 (24), 6717–6723.
  • Maya, S.; Prakash, T.; Madhu, K. D.; Goli, D. Multifaceted Effects of Aluminium in Neurodegenerative Diseases: A Review. Biomed. Pharmacother. 2016, 83, 746–754.
  • Inan-Eroglu, E.; Ayaz, A. Is Aluminum Exposure a Risk Factor for Neurological Disorders? J Res Med Sci 2018, 23, 51.
  • Chin-Chan, M.; Navarro-Yepes, J.; Quintanilla-Vega, B. Environmental Pollutants as Risk Factors for Neurodegenerative Disorders: Alzheimer and Parkinson Diseases. Front Cell Neurosci 2015, 9.
  • Exley, C. The Aluminium-Amyloid Cascade Hypothesis and Alzheimer’s Disease. Subcell. Biochem. 2005, 38, 225–234.
  • Wang, Z.; Wei, X.; Yang, J.; Suo, J.; Chen, J.; Liu, X.; Zhao, X. Chronic Exposure to Aluminum and Risk of Alzheimer’s Disease: A Meta-Analysis. Neurosci. Lett. 2016, 610, 200–206.
  • Léonard, A.; Gerber, G. B. Mutagenicity, Carcinogenicity and Teratogenicity of Aluminium. Mutat. Res. 1988, 196 (3), 247–257.
  • Darbre, P. D. Aluminium, Antiperspirants and Breast Cancer. J. Inorg. Biochem. 2005, 99 (9), 1912–1919.
  • Environ Health Perspect. 2012 Feb; 120(2): a62–a68.
  • Loyo-Rosales JE, Rosales-Rivera GC, Lynch AM, Rice CP, Torrents A. Migration of nonylphenol from plastic containers to water and a milk surrogate. J Agric Food Chem. 2004 Apr 7;52(7):2016-20.
  • Royer SJ, Ferrón S, Wilson ST, Karl DM. Production of methane and ethylene from plastic in the environment. PLoS One. 2018 Aug 1;13(8):e0200574.
  • Pomatto V, Cottone E, Cocci P, Mozzicafreddo M, Mosconi G, Nelson ER, Palermo FA, Bovolin P. Plasticizers used in food-contact materials affect adipogenesis in 3T3-L1 cells. J Steroid Biochem Mol Biol. 2018 Apr;178:322-332.
  • Katsikantami I, Sifakis S, Tzatzarakis MN, Vakonaki E, Kalantzi OI, Tsatsakis AM, Rizos AK. A global assessment of phthalates burden and related links to health effects. Environ Int. 2016 Dec;97:212-236.
  • Chen GR, Dong L, Ge RS, Hardy MP. [Relationship between phthalates and testicular dysgenesis syndrome]. Zhonghua Nan Ke Xue. 2007 Mar;13(3):195-200. Chinese.
  • Hauser R, Meeker JD, Singh NP, et al. DNA damage in human sperm is related to urinary levels of phthalate monoester and oxidative metabolites. Hum Reprod. 2007 Mar;22(3):688-95.
  • Hatch EE, Nelson JW, Qureshi MM, et al. Association of urinary phthalate metabolite concentrations with body mass index and waist circumference: a cross-sectional study of NHANES data, 1999-2002. Environ Health. 2008 Jun 3;7:27.
  • Johns, Lauren E et al. “Relationships Between Urinary Phthalate Metabolite and Bisphenol A Concentrations and Vitamin D Levels in U.S. Adults: National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES), 2005-2010.” The Journal of clinical endocrinology and metabolism vol. 101,11 (2016): 4062-4069.
  • Jaimes R 3rd, Swiercz A, Sherman M, Muselimyan N, Marvar PJ, Posnack NG. Plastics and cardiovascular health: phthalates may disrupt heart rate variability and cardiovascular reactivity. Am J Physiol Heart Circ Physiol. 2017 Nov 1;313(5):H1044-H1053.
  • Mandy Fisher, Tye E. Arbuckle, Susan MacPherson, Joseph M. Braun, Mark Feeley, and Éric Gaudreau. Environmental Science & Technology 2019 53 (18), 10813-10826
  • Swan SH, Main KM, Liu F, Stewart SL, Kruse RL, Calafat AM, Mao CS, Redmon JB, Ternand CL, Sullivan S, Teague JL; Study for Future Families Research Team. Decrease in anogenital distance among male infants with prenatal phthalate exposure. Environ Health Perspect. 2005 Aug;113(8):1056-61. Erratum in: Environ Health Perspect. 2005 Sep;113(9):A583.
  • INSPQ - https://www.inspq.qc.ca/bise/bisphenol-phtalates-parabenes-sous-la-loupe-de-l-inserm
  • Hu D, Wang YX, Chen WJ, Zhang Y, Li HH, Xiong L, Zhu HP, Chen HY, Peng SX, Wan ZH, Zhang Y, Du YK. Associations of phthalates exposure with attention deficits hyperactivity disorder: A case-control study among Chinese children. Environ Pollut. 2017 Oct;229:375-385.
  • Pilevar, Zahra & Bahrami, Akbar & Beikzadeh, Samira & Hosseini, Hedayat & Jafari, Seid. (2019). Migration of styrene monomer from polystyrene packaging materials into foods: Characterization and safety evaluation. Trends in Food Science & Technology. 91. 10.1016/j.tifs.2019.07.020.
  • Seachrist DD, Bonk KW, Ho SM, Prins GS, Soto AM, Keri RA. A review of the carcinogenic potential of bisphenol A. Reprod Toxicol. 2016;59:167–182.
  • Mustieles V, Pérez-Lobato R, Olea N, Fernández MF. Bisphenol A: Human exposure and neurobehavior. Neurotoxicology. 2015 Jul;49:174-84.
  • Rochester JR, Bolden AL. Bisphenol S and F: A Systematic Review and Comparison of the Hormonal Activity of Bisphenol A Substitutes. Environ Health Perspect. 2015 Jul;123(7):643-50.
  • Kharrazian D. The Potential Roles of Bisphenol A (BPA) Pathogenesis in Autoimmunity. Autoimmune Dis. 2014;2014:743616. doi: 10.1155/2014/743616. Epub 2014 Apr 7. Review.
  • Qiu W, Zhan H, Hu J, Zhang T, Xu H, Wong M, Xu B, Zheng C. The occurrence, potential toxicity, and toxicity mechanism of bisphenol S, a substitute of bisphenol A: A critical review of recent progress. Ecotoxicol Environ Saf. 2019 May 30;173:192-202.
  • Héliès-Toussaint C, Peyre L, Costanzo C, Chagnon MC, Rahmani R. Is bisphenol S a safe substitute for bisphenol A in terms of metabolic function? An in vitro study. Toxicol Appl Pharmacol. 2014 Oct 15;280(2):224-35.
  • Huang W, Zhao C, Zhong H, Zhang S, Xia Y, Cai Z. Bisphenol S induced epigenetic and transcriptional changes in human breast cancer cell line MCF-7. Environ Pollut. 2019 Mar;246:697-703.
  • Speidel JT, Xu M, Abdel-Rahman SZ. Bisphenol A (BPA) and bisphenol S (BPS) alter the promoter activity of the ABCB1 gene encoding P-glycoprotein in the human placenta in a haplotype-dependent manner. Toxicol Appl Pharmacol. 2018 Nov 15;359:47-54.
  • Avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail relatif à la migration des composés d’huiles minérales dans les denrées alimentaires à partir des emballages en papiers et cartons recyclés - 8 mars 2017
  • https://www.foodwatch.org/fr/actualites/2015/huiles-minerales-dans-nos-aliments-tous-les-resultats/
  • BEUC (July 18, 2019). “More than a paper tiger. European consumer organizations call for action on paper and board food contact materials.” BEUC-X-2019-042

Pour aller plus loin

Découvrez le Programme Nutrition Yuka : 10 semaines pour acquérir les bases d’une alimentation saine avec 40 recettes et 1 nutritionniste qui répond à vos questions.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

1 352 commentaires

  1. Milie

    Bonjour
    Merci pour cet article.
    Mais quelle solution avons nous pour les laits? Il ne se vend qu’en bouteille en plastique ou bouteille en carton. Mais paraît-il que les bouteilles en carton sont enduites à l’intérieur d’un revêtement nocif qui les rend non recyclables… est-ce vrai? Du coup quoi faire ?🤷🏻‍♀️

  2. Benseddik

    Merci beaucoup pour les bons conseils que vous donnez
    Continue svp

  3. desmarest

    Pour l’eau dans les bouteilles plastique,,je conseille de les transvaser,dans des bouteilles en verre et les laisser s’évaporer !!

  4. Anonyme

    merci ,informations excellentes.

  5. PET man

    Pourriez-vous citer les sources de vos allégations: « ce plastique libère différents éléments problématiques (comme le trioxyde d’antimoine, des formaldéhydes et des acétaldéhydes » ? J’aimerai avoir les données de migration du trioxyde d’antimoine car il s’agit, parfois, d’un catalyseur utiliser pour fabriquer le PET. Merci

  6. Perrenot

    Merci pour cet excellent article sur les emballages alimentaires. Dommage de ne pas avoir cité le terme de perturbateurs endocriniens.
    Cordialement

  7. BREVET Jean-Yves

    Bonsoir,
    Je crois avoir bien lu l’article sur les PET, PVC, etc…
    Et les articles en silicone : palettes, couvercle anti-projection, … que faut-il en penser ?
    Merci pour votre réponse.

    1. Antoine

      Yuka, allez vous ajouter ces critères à vos notations de produits ? Cela serait légitime et permettrait de sensibiliser le public à ce problème ! Merci

  8. Anonyme

    Merci beaucoup pour votre article ! On en apprend toujours plus et je me rend compte que vous fournissez un grand travail. Merciiii !!!😄

  9. Didier Palita

    Vous pouvez ajouter dans votre liste de danger auquel on s’expose avec l’aluminium et ses sels, celui de son utilisation comme adjuvant dans les vaccins. Il est à l’origine d’une maladie très invalidante et difficile à identifier, la myofasciite à macrophages (voir http://www.asso-e3m.fr/myofasciite-a-macrophages/quest-m-f-m/).
    L’association E3M se bat énergiquement mais sans soutien médiatique ou politique pour un retour à d’autres adjuvants, existants avant que SANOFI « n’impose » ses vaccins qui en contiennent.

  10. mieze

    super intéressant

  11. Emmanuelle

    Bonjour et merci pour votre article,
    Bravo à toutes l’équipe pour le travail que vous faites, et qui me facilite beaucoup la vie 😀
    Je voulais savoir si vous aviez fait des recherches plus approfondies sur l’inox et si vous aviez prévu de faire un article dessus ?
    J’ai appris récemment qu’il fallait faire attention au type et à la provenance des objets en inox que l’on achète. Pouvez-vous m’en dire plus à ce sujet ?
    Merci pour votre réponse,
    Bien à vous,
    Emmanuelle.

  12. christine

    fin – Dans la cuisine j’oublie les emballages plastique alimentaires (j’utilise des boites en verre) qui peuvent contenir des phtalates substance classée cancérogène et reprotoxique qui sous l’effet de chaleur, migrent dans les aliments : les spatules souples, les poêles à fond adhésif, les boîtes de conserve, les canettes de boisson chemisées de bisphénol A.
    Remplacez les contenants par le verre, l’acier inoxydable, la fonte émaillée et optez pour une bonne spatule en bois.

  13. Anonyme

    fin – Dans la cuisine j’oublie les emballages plastique alimentaires (j’utilise des boites en verre) qui peuvent contenir des phtalates substance classée cancérogène et reprotoxique qui sous l’effet de chaleur, migrent dans les aliments : les spatules souples, les poêles à fond adhésif, les boîtes de conserve, les canettes de boisson chemisées de bisphénol A.
    Remplacez les contenants par le verre, l’acier inoxydable, la fonte émaillée et optez pour une bonne spatule en bois.

  14. Anonyme

    suite : on peut éliminer une bonne partie des perturbateurs endocriniens stockés dans nos tissus adipeux. Le 1er réflexe est de soulager le foie. C’ est lui qui purifie et raffine tout ce qu’on respire, ce qu’on mange, ce qui est respiré par la peau : en particulier les toxines, les métaux lourds et les pesticides. Solubles dans la graisse, les perturbateurs endocriniens affectionnent tout particulèrement notre masse grasse. Plus elle est importante, plus on stocke ces indésirables. L’ ACTIVITE PHYSIQUE, tout ce qui permet de bouger, marche vélo, jardinage, etc pour brûler ce tissu adipeux, ce qui facilitera l’évacuation des toxines.
    Je fais une cure radis noir pendant 1 semaine.
    Pour la déco je fais les bons choix : les revêtements plastifiés pour le sol et les murs sont à éviter. Mieux vaut privilégier les peintures et enduits naturels. Idem pour l’ ameublement, on préfère les meubles en bois plein que ceux agglomérés. Les canapés et tapis, souvent traités avec des composants perfluorés et avec des ignifuges bromés, de même que certains textiles deco (rideaux,…). L’exigence est de mise pour les couettes, draps, matelas et coussins qui peuvent contenir et d’ autre part, des pesticides comme la perméthrine, une substance utilisée dans les traitements textiles acaricides pour le linge de lit ou encore les matelas.

    1. Martine

      Moi le soucis ce sont les eaux minérales.. Je ne bois que ça et je me demande s il ne vaut pas mieux celle du robinet vu que les emballages plastiques sont nocifs aussi 🤔😒

  15. Anonyme

    Les emballages alimentaires en plastique qui peuvent contenir des substances classées cancérogènes et reprotoxiques qui sous l’ effet de la chaleur migrent dans les aliments.
    LES BOUTEILLES PLASTIQUE EAU EVIAN (pour les bébés) portent le sigle 1….. Pourquoi ?
    Les perturbateurs endocriniens peuvent être à l’origine d’infertilité et aussi de nombreuses maladies.
    L’eau embouteillée, c’ est fini ! Mieux verser l’eau dans une bouteille en verre ou en acier inoxydable. On oublie toutes les gourdes en plastique !
    FRANCE : 3 millions de personnes sous LEVOTHYROX;;; eT DEMAIN ,nos enfants aussi ?

  16. Nacera Rios

    Bonjour j ai scanné le café chicorée Abbaye Sept Fons il est noté zéro acides gras saturés zéro sucres …et sur l emballage ils notent contient des quantités négligeables de matières grasses acides gras saturés sucres etc … il n y a pas de quantité. merci pour votre retour

  17. Sophie

    C’est quand même assez stressant toutes ces infos car même quand on veut bien faire (le plus sainement possible en tous cas) on n’est pas au bout de nos difficultés pour trouver les bons produits et les bons lieux d’approvisionnement, ni à l’abri d’une autre « dérive » (cf l’es emballage carton recyclés). En tous cas merci pour les conseils judicieux afin de limiter les risques de toxicité des emballages en complément de toutes les mises en garde.

  18. Lilinou

    Bonjour,
    Je n’ai pas tout compris, d’un côté vous recommandez l’achat d’une gourde en aluminium pour remplacer les bouteilles en plastique et juste en dessous vous faites un gros paragraphe sur les dangers de l’aluminium, n’est ce pas antinomique ?
    Pourriez vous expliquer, s’il vous plaît ?
    Et sinon, continuez, ça fait du bien de vous savoir aux côtés des consommateurs.
    Cordialement,
    Lilinou

    1. Helene

      Bonsoir lilinou, dans leur article yuka a parlé d’une gourde en inox et pas en aluminium ce sont 2 composés différents meme si c’est de la ferail..
      Cordialement

    2. Anonyme

      Bonjour!
      Veuillez m’excuser pour mon intervention, mais il me semble que l’on vous propose une gourde en « Acier inoxydable », et non en aluminium!
      Cordialement

  19. Sasa

    Article très intéressant. Malheureusement revenir à l’âge de pierre c’est un peu compliqué avec cette société qui fait tout pour pousser à la consommation. Mais je pense quand faisant ne serait-ce que la moitié de vos conseils, que j’avais déjà commencé à faire avec ma femme (merci chérie), on gagne en « confort de vie ».

    1. Ersatz

      Très intéressant, heureusement qu’il existe qq marques bio pionnières qui utilise le verre et le vrac pour aller dans une démarche produits naturels et bio et avec un packaging responsable (marque française tambour battant).
      Encore trop de bio emballé dans du plastique Qui malgré les efforts est peu recyclé (20% en France et la plupart des sachets transparents ne le sont pas ) et non recyclable après 2 cycles. Deplus les interactions contentant Plastique avec le contenu (nourriture / médicaments) sont connues et dangereuses. Un congrès Recent, plastic health summit 2019, a mis en lumière de nombreuses études cliniques internationales montrant la présence de nombreuses substances cancerigenes issues des plastiques dans le corps humain. Le plastique est utilise dans de nombreux secteurs certes mais doit être proscrit dans le packaging à usage unique

    2. Anonyme

      K

  20. Anonyme

    Article très intéressant. Malheureusement revenir à l’âge de pierre c’est un peu compliqué avec cette société qui fait tout pour pousser à la consommation. Mais je pense quand faisant ne serait-ce que la moitié de vos conseils, que j’avais déjà commencé à faire avec ma femme (merci chérie), on gagne en « confort de vie ».

  21. Agnès Bonopèra

    Très intéressant

  22. CLAIRE LADOUX

    Bonjour. Votre article est trés interéssant . Je vais vider ma bouteille en plastique qui contient de l’eau du robinet et revenir a la carafe en verre. Si vous avez un conseil pour diminuer les crampes des membres inférieurs, je suis preneur. ( les statines contre la lipidemie, même mini dosées les favorisent) Merci YUKA

    1. Sophie

      Boire, boire et boire beaucoup d’eau…et que de l’eau pour éliminer l’acide lactique qui provoque (dans mon cas) ces crampes des membres inférieurs. Et puis il faut marcher aussi, ou en tous cas avoir une activité physique chaque jour. C’est ce que j’ai trouvé de mieux contre les crampes. Et pour celles qui me réveillent la nuit, j’ai constaté qu’elles augmentent avec l’alcool, les repas trop lourds et trop près du coucher, alors j’évite. Si ça peut vous aider…

  23. Muguet

    Les casseroles en aluminium présentent elles un danger ? Si oui les casseroles en émail sont-elles plus sûres ?

  24. Anonyme

    Merci infiniment pour ces informations, notamment celles concernant le papier aluminium et les emballages en papier. privilégions nos emballages en verre et en tissu !

  25. Françoise Pettré

    Merci je trouve cet article très intéressant je le garderai pour y revenir.

  26. Simone Liautaud

    Bonjour
    vous parler d’aluminium , de plastique etc
    mais qu’en est-il des plats en silicone pour les gâteaux avec cuisson au four
    J’aimerais avoir votre opinion sur ce sujet
    Merci pour votre réponse et votre site yuka
    Amicalement

  27. Edith Kieffer

    Bjr. Nous sommes éliminés part petit peu en nous empoisonnant avec les emballages toxiques, alors qu’il existe d’autres matières . C’EST écoeurant car on doit tous regarder avant d’acheter et le symbole aluminium n’est pas inscrit sur les emballages . J’ai tous virer a la poubelle et mes prochaines courses je vais y faire attention . Merci a yuka des conseils.

  28. Anonyme

    Avec quoi ferme-t-on les récipients en verre? Avec du plastique ou avec de l’aluminium? Quel tupe de sachet protecteur pour réduire le migration des emballages en papier et carton vers les aliments? Pas de plastique, ni d’aluminium…
    Quand je pense que les générations précédentes emballaient de nombreux produits alimentaires dans du papier journal… Surtout les légumes qui venaient du maraîcher local.

  29. Guy

    Merci pour tout ses informations

  30. Anonyme

    Bonjour, l’ autisme est une maladie neurodeveloppementale génétique. Le lien avec l’ aluminium n’ est pas prouvé. Merci

  31. Anonyme

    Merci d’être là pour nous.
    Grâce à vous je crois beaucoup que avec le temps tous le monde va se poser mêmes questions et à la force l’alimentation va changer.

  32. Pat M.S

    Bonjour,
    Merci pour votre travail et sa communication.
    Continuez car nous devenons plus exigeants face aux industriels et ces derniers commencent à changer également.

  33. Jessica

    Bonjour,

    Pouvez-vous me dire si le verre trempé est considéré comme un verre « sain » ?

    1. Petit Pascale

      Bjr et merci pour toutes ces infos précieuses… Affolante par leur densité mais pourtant utiles à connaître. Un grand merci pour votre travail !

  34. joelle Boullier

    j’aime énormément toutes les infos précieuses que vous nous transmettez mais quand on fait partie de Greenpeace et Amnesty, ça fait vraiment beaucoup de lecture et je suis parfois obligée de faire des choix et je suis frustrée !!

  35. Corine C

    Merci pour toutes ces informations, c’est très utile.
    corine.

  36. Evelyne Jolit

    Très bon article – Mais certaines questions posées par des lecteurs dans les commentaires m’intéressent mais je ne vois pas les réponses que vous leur apportez. Pourquoi ?

    1. Hélène

      Je crois que nous sommes pas encore là. Un jour les solutions vont arriver. Comme par exemple les Yaourts en plastique même dans le magasin bio…un jours tout changera, enfin j’espère 🙂

      1. Barbara

        J’ai vu dans un magasin Bio (satoriz) une marque y travailler et prévenir que bientôt ça changera. Entre temps j’ai décidé de faire moi même mes yaourts. Garantie 100 % sans plastique ni autres cochonneries

  37. NICOLAS

    excellente synthèse, très agréable à lire

    1. Lydie

      Même avis.
      Instructif Clair et précis.

  38. Montesinos

    Merci, la santé est tellement importante.

  39. Eugène Simoes

    Merci pour ces informations précieuses qui nous permettent ensuite de guider nos choix.
    Bien à vous

  40. Michelle Filippini

    A part l’eau du robinet, où peut-on trouver de l’eau de source en bouteille ?

    1. Ju

      Bonjour, pour notre bébé nous achetons de l’eau dans des bouteilles en verre qui sont consignées, cela se trouve dans les grandes surfaces plutôt à destination des commercants. Cela demande un peu de logistique mais ça permet d’éviter le plastique et permet d’éviter le recyclage énergivore du verre.

  41. schouver Françoise

    Bonjour Julie
    Toujours très instructif de lire vos articles , merci.
    Je me demande si les tupperware dans lesquels je conserve mes aliments secs comme pates, riz, sucre , farine, lentilles etc sont sans dangers?
    Merci de votre réponse
    Bien cordialement

  42. Alain

    Article très intéressant, mais difficile à appliquer. On est un peu perdu. Nous avons l’impression que tout est toxique. On ne peut plus manger de sardine, de carotte bio sous emballage….

  43. Anonyme

    merci pour vos conseils

  44. Frandre

    Comment faire un couvercle avec de la cire d’abeille

    1. FRANCOISE ESPINA

      on les trouve en vente sur internet et peut-être dans certains magasins bio.
      j’ai eu l’occasion de m’en servir chez ma fille, ce n’est pas mal. Un peu bizarre au début… mais il faut changer ses habitudes. l’assiette sur le lol ou le saladier c’est bien aussi !!!

  45. Jean-Claude Vinatier

    Merci pour cet excellent article qui m’a appris beaucoup de choses, en particulier sur les cartons, que je croyais plus sains.
    Les boîtes de conserves en fer blanc ne sont pas citées. Peut-on continuer à manger des raviolis ? 🙂

  46. Vanacker

    Dans une gourde on met de l eau du robinet???

    1. doudouce

      Bonjour à toute l’équipe.
      Merci pour vos articles de qualité et vos conseils.
      Continuez, sans vous occuper des grincheux et autres mécontents.

    2. anonyme

      Bien sur

  47. Anonyme

    Merci de ce super article mais merci de se documenter sur le microondes, dangereux pour la santé
    Je viens de participer à un restitution de rapport sur 10 cancers de cerveau dans mon entreprise causé par le champs électromagnétiques dont le micronde qui fait partie de sources quotidien d exposition avec l antenne relai et le téléphone portable
    Merci

  48. Kako

    Bonjour Yuka
    L’acte article est truffé d’approximations et de mauvaises interprétations. Ce qui rend son contenu partiellement faux. Je vous ai laissé un thread sur le sujet sur Twitter. N’hésitez pas à réagir ou à le contacter en privé :
    https://twitter.com/kako_line/status/1190311469558239232?s=21

    1. Isabelle

      Bonjour, j’aimerais savoir qu’est ce qui vous semble faux ou approximatif ? Merci.

      1. MS

        Lisez le fil de son tweet…

      2. Kako

        Je vous suggère de lire le thread dont je suis l’auteur. Si vous souhaitez en discuter aucun problème.

  49. Françoise Michaud

    Merci pour ces informations et vos conseils qui sont précieux!!

  50. schgil

    Pourquoi les gouvernements successifs tolèrent de tels abus qui nuisent à notre santé à ???? Toujours plus de frics pour les hobbys qui se gavent !!!!!

    1. Alex33

      et pourquoi les gens votent pour des beau parleur qui promettent du, pouvoir d achat et rien d autre?

  51. Catherine Ducher

    Comment faire pour mettre des aliments au congélateur ?
    Et quand on choisit de consommer une eau calcique ( Contrex par exemple), comment faire ? On peut la transférer dans une gourde mais auparavant elle aura transité en bouteille ! Que suggérez-vous ? Merci.

    1. Barbara

      C’est un choix qui conduit à voir l’eau faire des kilomètres dans des contenants en plastique. Je ne sais pas ce qui vous conduit à ce choix. Perso je bois l’eau du robinet depuis toujours, j’ai vécu dans plusieurs régions et à 63 ans je vais très bien